25 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Wednesday, 20 February 2013 10:30

École Raoul Rivet – Le père de Hanna réclame l’annulation des procédures judiciaires Featured

Rate this item
(0 votes)
Parvez Nuckcheddy a juré un affidavit dans lequel il demande à la Cour suprême de ne pas donner suite à la démarche légale initiée contre lui par le maître d’école de la Raoul Rivet Government School, Ramakrisnayah Appadoo, suite à son insistance d’y admettre sa fille.
L’admission de la petite Hanna Nuck­cheddy en primaire a soulevé la polémi­que. Cette fillette avait été admise à l’école Raoul Rivet, à Port-Louis, le 14 janvier. Toutefois, le ministère de l’Éducation l’a redirigée vers l’école Dr Beaugeard, vu qu’elle n’habiterait pas dans le « catchment area » de l’école Raoul Rivet.

Parvez Nuckcheddy affirme, dans son affidavit, que l’admission de sa fille à cette école ne devrait souffrir d’aucune contestation, vu qu’il est en règle. Pour soutenir sa demande, il fait mention que le taux de réussite des écoles Raoul Rivet et Dr Beaugeard, aux examens du Certificate of Primary Education (CPE) 2012, est 94,84 % et 67,9 % respectivement.

Ce directeur de compagnie, habitant rue Decotter, Port-Louis, explique que sa fille a fréquenté l’école Raoul Rivet depuis le 14 janvier, sans qu’il n’y ait le moindre incident. Cependant, le 29 janvier, il dit avoir reçu un appel téléphonique lui informant que la présence de sa fille dans l’enceinte de l’école avait donné lieu à des problèmes. Ainsi que des membres de la police et de la Child Development Unit avaient été mandés à l’école.

Parvez Nuckcheddy évoque aussi, dans son affidavit, que Ramakrisnayah Appadoo lui aurait confié qu’il n’avait aucun problème à ce que sa fille fréquente l’école Raoul Rivet, mais qu’il subissait des pressions des officiers du ministère de l’Éducation. Le père de Hanna Nuckcheddy ajoute qu’il n’a jamais été question de « catchment area » dans le communiqué du ministère de l’Éducation : « Further I am informed and verily believe that many students who have been admitted to Raoul Rivet Government School not only do not reside within its alleged catchment area but live outside the City of Port-Louis. »

Parvez Nuckcheddy explique que ce n’est que le 17 janvier qu’il a reçu une lettre du ministère de l’Éducation , lui demandant de se présenter à l’école Dr Beaugeard, le 11 janvier. Et de préciser que ladite lettre était datée du 16 janvier.Dans son affidavit rédigé par l’avoué, Me Pravind Nathoo, Parvez Nuckcheddy récuse les allégations de brutalité faites à l’encontre de Ramakrisnayah Appadoo.

Ce dernier avait notamment fait ressortir, dans un affidavit rédigé le 6 février, que Parvez Nuckcheddy avait proféré des menaces contre le personnel de l’école et contre lui. L’affaire avait été appelée mardi devant le juge Shaheed Bhaukaurally, siégeant en référé, qui l’a renvoyée au lundi 25 février, vu que l’affidavit du Parquet n’est pas encore prêt.

Hanna reste dans la « staff room »
C’est dans la « staff room » de l’école Raoul Rivet que Hanna Nuckcheddy attend que le problème entourant son admission se résolve. C’est ce qu’a fait ressortir Me Karuna Devi Gunesh-Ballaghee, Assistant Solicitor General, lorsque l’affaire a été appelée devant le juge Shaheed Bhaukaurally, siégeant en référé. Elle affirme que l’enfant n’est plus sous la responsabilité du maître d’école, vu qu’elle n’a pas été admise à cet établissement.

« Mrs Gunesh-Ballaghee disagrees with the above statement and states that since Wednesday 6 February, the child (Hanna) is not being admitted in the classroom and she is being made to wait in the staff room [...] the headmaster of the Raoul Rivet Government School will not shoulder any responsibility for whatever happens to the child as the latter has not been admitted to the said school », peut-t-on lire dans le document en date 8 février 2013.




Last modified on Wednesday, 20 February 2013 09:16
Nilen Kattany

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Actualités Popular Articles

Google+