25 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Thursday, 21 February 2013 10:59

Sacrifice humain lors d'une séance de sorcellerie : Pitchee et sa concubine écopent de 17 ans de prison Featured

Rate this item
(4 votes)
Jean Clifford Pitchee et sa concubine Ludmila Maria Nunkoo Jean Clifford Pitchee et sa concubine Ludmila Maria Nunkoo
Le couperet est tombé en cour d’assises. Six ans après le meurtre de Sumangal Rye Jalim, survenu en mars 2007, Jean Clifford Pitchee et Ludmila Maria Nunkoo ont été reconnus coupables mercredi.
«Ce crime a été commis d'une manière atroce... », a qualifié le juge Prithviraj Fekna dans son jugement. La victime, Sumangal Rye Jalim, alors 37 ans, avait été portée manquante, depuis le 9 mars 2007.

Cela a été signalé au poste de police de Nouvelle-France. Vingt-deux jours plus tard, Jean Clifford Pitchee et sa concubine Ludmila Maria Nunkoo se sont constitués prisonniers à la Major Crimes Investigation Team (MCIT). Les restes du corps de la victime avaient été retrouvés dans une rivière à Rose-Belle.

Jean Clifford Pitchee, 38 ans, était poursuivi devant la cour d’assises pour meurtre ; le chef d'accusation ayant été commué. Alors que Ludmila Maria Nunkoo, 38 ans, répondait d’une accusation de complicité de meurtre. Elle était accusée d’avoir poussé la victime dans un guet-apens, dans sa maison à Rose-Belle, afin que Jean Clifford Pitchee passe à l'acte. Le couple rêvait d’une vie meilleure et avait décidé de donner la victime en sacrifice lors d'une séance de sorcel­lerie.

Dans sa déposition produite en Cour, Jean Clifford Pitchee a fait des aveux au sujet de ce crime qualifié d’atroce. Dans un premier temps, il avait raconté avoir surpris la victime essayant de déshabiller sa concubine Ludmila Maria Nunkoo. Avant de se raviser. Dans une autre version, Jean Clifford Pitchee a expliqué qu’il voulait une belle maison et tout le reste. En 2004, il a rencontré Ludmila Maria Nunkoo à l’usine où il travaillait. Ils ont alors loué une maison à Rose-Belle pour y vivre ensemble.

Sa concubine, selon Jean Clifford Pitchee, lui a raconté qu'une « déesse est apparue dans ses rêves et lui a promis une vie meilleure en échange d’un sacrifice humain ». La jeune femme lui a alors dit comment son ancien amant, Sumangal Rye Jalim, était toujours en contact avec elle. Il n’en fallait pas plus à ce couple pour ourdir un complot.

Ludmila Maria Nunkoo a alors fixé un rendez-vous à la victime et lui a demandé de venir la rencontrer à sa résidence. Sumangal Rye Jalim a accepté et en entrant, Jean Clifford Pitchee lui a infligé plusieurs coups de gourdin. Après quoi, il s’est saisi d’un couteau, acheté pour l’occasion, et lui a tranché la gorge.

Jean Clifford Pitchee a ensuite recueilli le sang de la victime dans une chopine. Il s’est ensuite rendu au cimetière d’Union-Park. Et le sang a été versé au pied d’une statuette représentant une « déesse » à Médine. De retour à la maison, le couple s’est débarrassé du cadavre de Sumangal Jalim en le brûlant sous un fagot de bois à l’arrière de la maison. Jean Clifford Pitchee a ensuite placé les os et le crâne de la victime dans un carton et a balancé le tout dans une rivière à Rose-Belle.

Les deux prévenus, lors de leur procès, ont réclamé l’indulgence de la Cour. Ils ont aussi présenté des excuses. Ludmila Maria Nunkoo est mère de quatre  enfants, 15, 12, 7 et 5 ans. Le benjamin n’est autre que le fils de Jean Clifford Pitchee. Alors que les autres enfants sont issus d'un premier mariage en décembre 1999.

Le juge Prithviraj Fekna soutient avoir pris en considération les circonstances du crime, qu’il a qualifié d’« odieux », le fait que les deux prévenus ont plaidé coupables et regrettent leur geste. Jean Clifford Pitchee a deux condamnations qui remontent en 2000. Alors que Ludmila Maria Nunkoo détient un casier judiciaire vierge. Pour le juge, une peine de 17 ans de prison est justifiée pour Jean Claude Pitchee et sa concubine Ludmila Maria Nunkoo.




Last modified on Thursday, 21 February 2013 11:34
Nilen Kattany

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Actualités Popular Articles

Google+