26 November 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Friday, 04 November 2011 16:02

Budget 2012 – Pravind Jugnauth : « Que Xavier-Luc Duval ne bluffe pas sur la marge de manœuvre » Featured

Rate this item
(0 votes)

Le prédécesseur de Xavier-Luc Duval, Pravind Jugnauth, lui lance un appel et surtout une mise en garde pour qu’il ne bluffe pas concernant la marge de manœuvre. Selon le leader du Mouvement socialiste militant (MSM), il y en a suffisamment.

L’appel de Pravind Jugnauth à Xavier-Luc Duval est direct : « J’aimerais demander à mon successeur de ne pas faire de cinéma concernant la marge de manœuvre. Il a une très bonne marge. » Dans la foulée, il invite l’actuel ministre des Finances à savoir maintenir la balance entre l’économie et le social.

Pravind Jugnauth ajoute, tout en concédant qu’il faut certes que le pays progresse : « Pour qu’il y ait des progrès et des développements, il faut de l’argent. Il faut prendre cet argent de ceux qui possèdent et qui ont les moyens. Et j’espère que le gouvernement ne fera pas le contraire. »

Face à la presse, jeudi, le leader du MSM a rappelé qu’en mai 2010, quand il a assumé les fonctions de ministre des Finances, « l’économie était gravement menacée , et il fallait agir vite ». Il a affirmé avoir pu prendre des « mesures courageuses » pour permettre aux différents secteurs de s’adapter. Et cela, dit-il, a continué dans le Budget 2011. Et il s’en prend au gouvernement : « De 2005 à 2010, le gouvernement travailliste avait mené une politique ultralibérale. Avec les taxes imposées par l’Alliance sociale, il y avait un appauvrissement de la population et le fossé entre les riches et les pauvres s’était agrandi. »

C’est ainsi que Pravind Jugnauth rappelle les mesures comprises dans le Budget qu’il avait présenté, notamment l’abolition de la National Residential Property Tax (NRPT), l’abolition de la taxe sur l’intérêt bancaire, le rétablissement des subventions sur les frais d’examens du School Certificate (SC) et du Higher School Certificate (HSC), les mesures en faveur des sociétés coopératives, l’« income support » qui avait été doublé, entre autres.

Et Pravind Jugnauth affirme que tout cela a profité au peuple. Il va plus loin en faisant référence à d’autres facteurs, survenus sous son mandat de Grand argentier. Parmi, le taux de croissance de 4,2 %, le maintien de l’inflation à 5,1 % ou encore le déficit budgétaire de 3,3 %.

Par ailleurs, Pravind Jugnauth insiste sur le fait qu’il n’existe aucune raison pour augmenter la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) : « J’avais pris une série de mesures pour alléger le fardeau de la population et j’avais également travaillé pour l’élimination de la TVA sur une centaine de produits alimentaires. J’espère que Xavier-Luc Duval continuera dans la voie que j’ai tracée ». De plus, il ne se prive pas pour demander au gouvernement de ne pas venir annoncer des décisions déjà prises, notamment la transformation de la Development Bank of Mauritius (DBM) en une banque dédiée aux petites et moyennes entreprises (PME), ou encore une série de projets de développements majeurs.

L’appel de Pravind Jugnauth à Xavier-Luc Duval est direct : « J’aimerais demander à mon successeur de ne pas faire de cinéma concernant la marge de manœuvre. Il a une très bonne marge. » Dans la foulée, il invite l’actuel ministre des Finances à savoir maintenir la balance entre l’économie et le social.

Pravind Jugnauth ajoute, tout en concédant qu’il faut certes que le pays progresse : « Pour qu’il y ait des progrès et des développements, il faut de l’argent. Il faut prendre cet argent de ceux qui possèdent et qui ont les moyens. Et j’espère que le gouvernement ne fera pas le contraire. »

Face à la presse, jeudi, le leader du MSM a rappelé qu’en mai 2010, quand il a assumé les fonctions de ministre des Finances, « l’économie était gravement menacée , et il fallait agir vite ». Il a affirmé avoir pu prendre des « mesures courageuses » pour permettre aux différents secteurs de s’adapter. Et cela, dit-il, a continué dans le Budget 2011. Et il s’en prend au gouvernement : « De 2005 à 2010, le gouvernement travailliste avait mené une politique ultralibérale. Avec les taxes imposées par l’Alliance sociale, il y avait un appauvrissement de la population et le fossé entre les riches et les pauvres s’était agrandi. »

C’est ainsi que Pravind Jugnauth rappelle les mesures comprises dans le Budget qu’il avait présenté, notamment l’abolition de la National Residential Property Tax (NRPT), l’abolition de la taxe sur l’intérêt bancaire, le rétablissement des subventions sur les frais d’examens du School Certificate (SC) et du Higher School Certificate (HSC), les mesures en faveur des sociétés coopératives, l’« income support » qui avait été doublé, entre autres.

Et Pravind Jugnauth affirme que tout cela a profité au peuple. Il va plus loin en faisant référence à d’autres facteurs, survenus sous son mandat de Grand argentier. Parmi, le taux de croissance de 4,2 %, le maintien de l’inflation à 5,1 % ou encore le déficit budgétaire de 3,3 %.

Par ailleurs, Pravind Jugnauth insiste sur le fait qu’il n’existe aucune raison pour augmenter la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) : « J’avais pris une série de mesures pour alléger le fardeau de la population et j’avais également travaillé pour l’élimination de la TVA sur une centaine de produits alimentaires. J’espère que Xavier-Luc Duval continuera dans la voie que j’ai tracée ». De plus, il ne se prive pas pour demander au gouvernement de ne pas venir annoncer des décisions déjà prises, notamment la transformation de la Development Bank of Mauritius (DBM) en une banque dédiée aux petites et moyennes entreprises (PME), ou encore une série de projets de développements majeurs.

Un nouveau fournisseur pour le Mauritius Duty-Free Paradise ?
Pravind Jugnauth a tenu, jeudi, à faire une parenthèse concernant le Mauritius Duty-Free Paradise. Il affirme que depuis qu’il était au ministre des Finances, le Premier ministre voulait des changements concernant la compagnie qui fournit des produits au Mauritius Duty-Free Paradise. Selon le leader du MSM, ce changement ne devrait, finalement, pas tarder. Pravind Jugnauth va même jusqu’à annoncer que le contrat sera accordé à une certaine compagnie nommée « Dufry », et il affirme être en présence de certains dossiers.
Selon le leader du Mouvement socialiste militant (MSM), il y en a suffisamment.

L’appel de Pravind Jugnauth à Xavier-Luc Duval est direct : « J’aimerais demander à mon successeur de ne pas faire de cinéma concernant la marge de manœuvre. Il a une très bonne marge. » Dans la foulée, il invite l’actuel ministre des Finances à savoir maintenir la balance entre l’économie et le social.

Pravind Jugnauth ajoute, tout en concédant qu’il faut certes que le pays progresse : « Pour qu’il y ait des progrès et des développements, il faut de l’argent. Il faut prendre cet argent de ceux qui possèdent et qui ont les moyens. Et j’espère que le gouvernement ne fera pas le contraire. »

Face à la presse, jeudi, le leader du MSM a rappelé qu’en mai 2010, quand il a assumé les fonctions de ministre des Finances, « l’économie était gravement menacée , et il fallait agir vite ». Il a affirmé avoir pu prendre des « mesures courageuses » pour permettre aux différents secteurs de s’adapter. Et cela, dit-il, a continué dans le Budget 2011. Et il s’en prend au gouvernement : « De 2005 à 2010, le gouvernement travailliste avait mené une politique ultralibérale. Avec les taxes imposées par l’Alliance sociale, il y avait un appauvrissement de la population et le fossé entre les riches et les pauvres s’était agrandi. »

C’est ainsi que Pravind Jugnauth rappelle les mesures comprises dans le Budget qu’il avait présenté, notamment l’abolition de la National Residential Property Tax (NRPT), l’abolition de la taxe sur l’intérêt bancaire, le rétablissement des subventions sur les frais d’examens du School Certificate (SC) et du Higher School Certificate (HSC), les mesures en faveur des sociétés coopératives, l’« income support » qui avait été doublé, entre autres.

Et Pravind Jugnauth affirme que tout cela a profité au peuple. Il va plus loin en faisant référence à d’autres facteurs, survenus sous son mandat de Grand argentier. Parmi, le taux de croissance de 4,2 %, le maintien de l’inflation à 5,1 % ou encore le déficit budgétaire de 3,3 %.

Par ailleurs, Pravind Jugnauth insiste sur le fait qu’il n’existe aucune raison pour augmenter la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) : « J’avais pris une série de mesures pour alléger le fardeau de la population et j’avais également travaillé pour l’élimination de la TVA sur une centaine de produits alimentaires. J’espère que Xavier-Luc Duval continuera dans la voie que j’ai tracée ». De plus, il ne se prive pas pour demander au gouvernement de ne pas venir annoncer des décisions déjà prises, notamment la transformation de la Development Bank of Mauritius (DBM) en une banque dédiée aux petites et moyennes entreprises (PME), ou encore une série de projets de développements majeurs.

L’appel de Pravind Jugnauth à Xavier-Luc Duval est direct : « J’aimerais demander à mon successeur de ne pas faire de cinéma concernant la marge de manœuvre. Il a une très bonne marge. » Dans la foulée, il invite l’actuel ministre des Finances à savoir maintenir la balance entre l’économie et le social.

Pravind Jugnauth ajoute, tout en concédant qu’il faut certes que le pays progresse : « Pour qu’il y ait des progrès et des développements, il faut de l’argent. Il faut prendre cet argent de ceux qui possèdent et qui ont les moyens. Et j’espère que le gouvernement ne fera pas le contraire. »

Face à la presse, jeudi, le leader du MSM a rappelé qu’en mai 2010, quand il a assumé les fonctions de ministre des Finances, « l’économie était gravement menacée , et il fallait agir vite ». Il a affirmé avoir pu prendre des « mesures courageuses » pour permettre aux différents secteurs de s’adapter. Et cela, dit-il, a continué dans le Budget 2011. Et il s’en prend au gouvernement : « De 2005 à 2010, le gouvernement travailliste avait mené une politique ultralibérale. Avec les taxes imposées par l’Alliance sociale, il y avait un appauvrissement de la population et le fossé entre les riches et les pauvres s’était agrandi. »

C’est ainsi que Pravind Jugnauth rappelle les mesures comprises dans le Budget qu’il avait présenté, notamment l’abolition de la National Residential Property Tax (NRPT), l’abolition de la taxe sur l’intérêt bancaire, le rétablissement des subventions sur les frais d’examens du School Certificate (SC) et du Higher School Certificate (HSC), les mesures en faveur des sociétés coopératives, l’« income support » qui avait été doublé, entre autres.

Et Pravind Jugnauth affirme que tout cela a profité au peuple. Il va plus loin en faisant référence à d’autres facteurs, survenus sous son mandat de Grand argentier. Parmi, le taux de croissance de 4,2 %, le maintien de l’inflation à 5,1 % ou encore le déficit budgétaire de 3,3 %.

Par ailleurs, Pravind Jugnauth insiste sur le fait qu’il n’existe aucune raison pour augmenter la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) : « J’avais pris une série de mesures pour alléger le fardeau de la population et j’avais également travaillé pour l’élimination de la TVA sur une centaine de produits alimentaires. J’espère que Xavier-Luc Duval continuera dans la voie que j’ai tracée ». De plus, il ne se prive pas pour demander au gouvernement de ne pas venir annoncer des décisions déjà prises, notamment la transformation de la Development Bank of Mauritius (DBM) en une banque dédiée aux petites et moyennes entreprises (PME), ou encore une série de projets de développements majeurs.

Un nouveau fournisseur pour le Mauritius Duty-Free Paradise ?
Pravind Jugnauth a tenu, jeudi, à faire une parenthèse concernant le Mauritius Duty-Free Paradise. Il affirme que depuis qu’il était au ministre des Finances, le Premier ministre voulait des changements concernant la compagnie qui fournit des produits au Mauritius Duty-Free Paradise. Selon le leader du MSM, ce changement ne devrait, finalement, pas tarder. Pravind Jugnauth va même jusqu’à annoncer que le contrat sera accordé à une certaine compagnie nommée « Dufry », et il affirme être en présence de certains dossiers.


Jean Francois Cossigny

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Actualités Popular Articles