31 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Friday, 03 February 2012 12:00

Accusé du viol d’une mineure – Il s’en sort grâce à son mariage avec la victime Featured

Rate this item
(3 votes)
Me. Sanjeev Teeluckdharry a indiqué qu’une femme ne peut être contrainte à témoigner contre son époux. Me. Sanjeev Teeluckdharry a indiqué qu’une femme ne peut être contrainte à témoigner contre son époux.
Le mariage peut aussi servir à éviter la prison. C’est la leçon que pourrait bien retenir ce jeune homme de 22 ans. Ce dernier, surnommé Men et habitant Pointe-aux-Piments, était accusé du viol de son ex-petite amie de 16 ans.
Une femme ne peut être contrainte à témoigner contre son époux. C’est l’argument utilisé par Me Sanjeev Teeluckdharry, avocat du prévenu, lors du procès devant le magistrat Vijay Appadoo, de la Cour intermédiaire. La poursuite a finalement abandonné l’accusation de viol retenue contre le jeune homme.

Men avait été arrêté par la police de Triolet en juillet 2009, suite à une déposition de son ex-petite amie d’alors. Celle-ci avait indiqué que le 18 juillet 2009, elle marchait le long de la route Royale à Pointe-aux-Piments vers 18 heures, en compagnie de sa nièce de huit ans pour rentrer chez elle. Elle avait indiqué, dans sa déposition, avoir croisé Men. Ce dernier se trouvait devant l’entrée d’une cour dans laquelle se trouvait une maison abandonnée appartenant à son oncle.

Selon la plaignante, Men l’aurait emmenée de force dans la maison abandonnée, laissant sa nièce seule à l’extérieur. Elle avait précisé, dans sa déposition, que la maison était constituée de deux pièces. Dans l’une d’elles, il y avait un matelas et un placard. Selon ses dires, Men l’avait jetée sur le matelas et l’avait déshabillée avant d’avoir des relations sexuelles avec elle, sans son consentement.
Ses « ébats forcés » auraient duré environ 30 minutes. Elle avait ajouté, dans sa version à la police, que Men s’est ensuite rhabillé et a quitté les lieux. Elle en a fait de même. Une fois chez elle, l’adolescente avait affirmé avoir tout raconté à sa mère.

Men avait, quant à lui, récusé les allégations portées contre lui dans sa déposition, faite à la police le 27 juillet 2009. Il avait indiqué que le jour allégué du viol, il se trouvait chez lui et aidait sa mère souffrante à faire le ménage. Men avait ajouté qu’il est victime d’une vendetta.

Il avait affirmé avoir déjà eu des relations sexuelles avec l’adolescente, alors que celle-ci n’avait que 15 ans. Celle-ci était alors tombée enceinte et avait eu recours à un avortement. Elle fait actuellement l’objet de poursuites criminelles pour avoir mis fin prématurément à sa grossesse, alors que Men était lui poursuivi pour relations sexuelles avec une mineure de moins de 16 ans.

L’affaire a été entendue devant le magistrat Vijay Appadoo, de la Cour intermédiaire. Mais le 26 janvier, coup de théâtre ! Me Sanjeev Teeluckdharry a fait ressortir que Men et son « accusatrice » ont décidé de s’unir pour le meilleur et pour le pire. Ils se sont mariés en décembre 2011.

L’avocat de Men a alors soulevé un point de droit. Selon lui, une femme ne peut être contrainte à témoigner contre son époux, en vertu des articles 184 et 187 de la Courts Act. L’avocat a ainsi demandé à ce que son client soit relaxé. Face à la tournure des événements et compte tenu de la demande de Me Sanjeev Teeluckdharry, la poursuite a pris la décision d’abandonner l’accusation de viol retenue contre Men.




Nilen Kattany

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Actualités Popular Articles

Google+