21 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Friday, 12 October 2012 10:46

Salaires selon le PRB 2012- Le secteur public devance le privé Featured

Rate this item
(2 votes)
Qui gagne le plus d’argent ? L’employé du privé ou le fonctionnaire ?
À partir de janvier, la majorité des employés de la Fonction publique recevra un salaire plus élevé que leurs confrères du privé.

Le mythe est tombé ! Avec le dernier rapport du Pay Research Bureau (PRB), rendu public mardi, les fonctionnaires et employés des corps parapublics ont une meilleure paie que leurs confrères qui travaillent dans le secteur privé. Ceci est le cas pour les petits métiers, mais également à des postes hiérarchiques élevés.

Que l’on soit chauffeur, réceptionniste, gardien, jardinier, magasinier, cuisinier ou encore technicien, le salaire de base des fonctionnaires est plus élevé. Même le directeur général de la Central Water Authority (CWA), de la Wastewater Management Authority (WMA), de l’Employees’ Welfare Fund (EWF) ou de la Meat Authority aura une meilleure rémunération que la moyenne de leurs confrères du privé.

Hausses insuffisantes

Depuis mardi, les critiques fusent du côté du secteur privé. Alors que les uns soutiennent qu’injecter Rs 4,8 milliards pour payer les hausses salariales des fonctionnaires est irresponsable, surtout dans un contexte économique incertain, d’autres avancent qu’il est illogique que le secteur public paie mieux que le secteur privé qui est pourtant producteur des richesses du pays.

Dans l’autre camp, celui des syndicats de la Fonction publique, l’on est d’avis que ces hausses sont insuffisantes et que l’on pouvait faire mieux. Qui a raison ? Le secteur public paie-t-il réellement mieux que le secteur privé ? Oui, dans la plupart des cas.

Les chiffres officiels parlent d’eux-mêmes. Nous avons pris le rapport PRB 2012 couvrant et les fonctionnaires et les corps parapublics, dont les recommandations seront effectives à partir du 1er janvier 2013, et les Remuneration Orders du National Remuneration Board (NRB) en 2012 pour ce qui est du privé.

Il faut noter que pour le secteur privé, le NRB propose les minima de salaires, qui varient selon les corps de métier. Par exemple, la paie recommandée pour un chauffeur d’une papeterie peut varier de quelques centaines de roupies par rapport à celle d’une personne exerçant le même métier dans un établissement hôtelier.

Contrairement à la Fonction publique où les salaires sont fixes, dans le privé, chaque patron d’entreprise est libre d’appliquer des salaires plus élevés que ceux préconisés par le NRB. Aussi, les salaires du privé ne connaissent pas de plafond alors que pour les fonctionnaires, chaque grade a un salaire minimum et un salaire maximum.

Pour le secteur privé, la Mauritius Employers’ Federation (MEF) a cependant préparé un rapport en février dernier sur les salaires. Nous publions aussi la moyenne de ces salaires comme contenu dans le rapport de la MEF.

Bunwaree insatisfait

Vasant Bunwaree, ministre de l’Education, estime que l’augmentation des salaires proposée dans le Pay Research Bureau (PRB) pour les enseignants n’est pas suffisante. Il soutient que les enseignants, surtout ceux du cycle primaire, font beaucoup d’efforts malgré les pressions auxquelles ils doivent faire face. « Je ne suis pas satisfait parce que les enseignants font beaucoup d’efforts et je parle surtout des enseignants du primaire. Ils subissent beaucoup de pressions », a affirmé le ministre de l’Education.

Toutefois, il devait admettre que le PRB « a ses contraintes ». « Le PRB a expliqué que si le salaire des enseignants devait changer, celui des autres postes équivalents dans la Fonction publique devait être revu également. Cela aurait posé des problèmes et je pense que c’est la raison pour laquelle le PRB n’a pas augmenté le salaire des enseignants comme on le souhaitait », a expliqué Vasant Bunwaree.

En ce qui concerne la disparité entre les salaires des enseignants du primaire et ceux du secondaire, le ministre est d’avis que le PRB a pris une bonne mesure et qu’on est sur la bonne voie. « J’avais demandé qu’on corrige la disparité dans les salaires des enseignants du primaire et ceux du secondaire car les deux catégories d’enseignants font presque les mêmes études pour pouvoir enseigner.

Il y a très peu de différence. Le Mauritius Institute of Education (MIE) comblera cette différence d’études de deux à trois mois. Le PRB est venu avec une mesure très intéressante qui aidera à aller dans cette direction. Le ministère devra travailler avec le MIE et trouver des moyens pour combler ce fossé, comme ajouter des modules pour que le cours soit reconnu et pour que les enseignants du primaire obtiennent une licence. Ainsi on pourra revoir les conditions. Ce ne sera pas pour bientôt mais dans les mois et années qui vont suivre», a assuré le ministre.

Vasant Bunwaree, qui agit comme ministre des Finances par intérim jusqu’à samedi, participait à une remise de verres optiques aux quinze élèves du Beau-Vallon G.S., jeudi après-midi. Cela en marge de la Journée mondiale de la Vue. Le ministère de l’Education, en collaboration avec la Standard Chartered Bank et l’Optical Association Mauritius, fait des tests visuels dans toutes les écoles primaires d’Etat depuis environ quatre mois pour s’assurer que nos écoliers ne souffrent pas de trouble visuel. 

Le ministre a saisi l’occasion pour annoncer le lancement de la Best Talents Competition au niveau du primaire. Trois élèves de chacun des quatre zones seront choisis pour démontrer leurs talents. Les enseignants peuvent d’ores et déjà sélecter les élèves qui y participeront.

Corps parapublics : vers une « rationalisation des services» 
 
Le directeur du PRB recommande une « rationalisation des services » au sein des corps paraétatiques avec la création de grades multitâches d’ « officers» et de « senior officers ». La mise en place de cette politique vise à optimiser les ressources au sein de ces différentes instances.  Le rapport du Pay Research Bureau n’est pas  destiné qu’aux fonctionnaires.

Il ya aussi les milliers d’employés de pas moins de 92 corps parapublics qui sont concernés par l’exercice 2013.  Dans ce rapport, le directeur du PRB, Mohun Aujayeb, laisse entendre qu’il compte faire entrer le concept de « multifonctionnalité et d’efficience de la structure » au sein de ces corps parapublics. Une idée déjà lancé dans le rapport de 2008 pour la Fonction publique. Dans cette optique, il compte sur l’introduction de « general services officers ».



Cela concerne la création d’ « officers » et de « senior officers » dans les corps parapublics qui auraient la responsabilité d’exécuter plusieurs tâches administratives à la fois.  « Cette mesure a déjà permis une plus grande flexibilité, ce qui conduit à une optimisation des ressources », souligne Mohun Aujayeb dans son rapport.  Dans l’optique de la mise en place d’une structure au sein des corps parapublics, les membres du personnel des différentes institutions concernées, ainsi que les représentants des différentes directions ont fait des représentations au PRB. 

Le directeur de cette institution souligne, toutefois, à ce sujet, être contre l’idée d’un seul ‘scheme of duty’ pour tous les employés de tous les corps parapublics dans l’optique de la mise en place des « general service officers ». « Le concept de ‘one size fits all’ ne marchera pas », insiste ainsi Mohun Aujayeb.  C’est ainsi que des représentants de la direction de différents corps parapublics concernés  ont soumis des propositions propres à être incluses dans le scheme of duty de leur general services officers specifiques. Ces derniers seront ainsi soumis à des demandes particulières, selon l’institution dans laquelle ils travaillent, tout en ayant tous des tâches communes à effectuer.




Le Défi Quotidien

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

PRB 2012 Popular Articles

Google+