23 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Thursday, 08 November 2012 12:37

Textile – Zoul Juddoo : « Les Mauriciens doivent retourner avec confiance dans le textile » Featured

Rate this item
(0 votes)
Lors de la 6e édition du Chairman's Awards pour les Garments Units du Groupe CIEL Textile, Aquarelle Clothing Ltd Grand-Bois a raflé le «Chairman’s Award 2012 for Manufacturing Excellence», un prix destiné à l’unité du groupe qui,  toutes catégories confondues, a démontré les meilleurs niveaux d’excellence.
Comme nous explique Zoul Juddoo, Senior Factory Manager d’Aquarelle Clothing Ltd Grand-Bois, pour être compétitif sur le plan mondial, le secteur du textile doit faire de gros progrès en termes de qualité, d’efficience, de profitabilité, du taux de rejet et d’environnement.

À noter que le taux d’efficience de l’unité de Grand-Bois est passé de 74% en 2008/2009 à 88,8% pour la période 2011/2012. La production de chemises est passée de 686 328 à 735 246 avec le même nombre de personnel. L’objectif pour 2012/2013 est d’augmenter de 10% la production qui passera obligatoirement par une hausse de l’efficience et de la productivité tout en misant sur une équipe dynamique et engagé envers l’excellence.

En outre, dans le carnet de commandes, indique Zoul Juddoo, on note un retour du marché américain. Maurice, souligne-t-il, peut produire pour des marchés-niche, au contraire de la Chine qui va dans la production de masse, ainsi que des produits à valeur ajoutée et des produits de grade A. Aquarelle, explique Zoul Juddoo, se positionne comme la meilleure alternative à la Chine.

Parmi les enjeux pour le secteur du textile, Zoul Juddoo indique qu’une roupie forte n’aide pas le secteur à rester compétitif et qu’une roupie moins forte donnerait un sérieux coup de pouce pour le secteur manufacturier. La main-d’œuvre reste un autre enjeu important pour le secteur. Zoul Juddoo explique la fuite des Mauriciens des usines par une mauvaise expérience dans le passé, contraignant les usines à avoir recours à la main-d’œuvre étrangère.

Il explique qu’aujourd’hui, c’est une idée fausse de croire que les usines payent mal leurs employés. De plus, dit-il, il y a beaucoup d’opportunité dans ce secteur. En effet, mis à part les machinistes, le secteur est à la recherche d’autres talents dans des domaines comme la recherche et le développement, l’ingénierie et le design, entre autres. « Le travail est très bien valorisé et bien payé », précise-t-il.

En ce qu’il s’agit de la profitabilité, Zoul Juddoo explique que de nos jours, elle vient des usines de l’extérieur, notamment de Madagascar, de l’Inde et du Bangladesh. Il salue ainsi la vision sur le long terme du CEO du Wooven Cluster de Ciel Textile, Éric Dorchies, pour une délocalisation bien entreprise et réfléchie.

Selon lui, Maurice a besoin de la délocalisation de certaines branches, notamment la production, pour faire face à la compétition. Maurice, disposant de compétences locales certaines, garderait ainsi les départements de marketing, de recherche et de développement, entre autres.




Daniel Chan

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Economie Popular Articles

Google+