26 July 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Christina Vilbrin

Christina Vilbrin

Le couperet est tombé, mercredi. La Bourse de Maurice a décidé de suspendre les transactions sur les actions de Le Meritt Holdings à la fermeture du marché. Une décision qui est motivée par le fait que Le Meritt n’a pas fourni des indications financières demandées à maintes reprises par les autorités boursières.
Le gouvernement s’est engagé à ramener la dette publique à 50 % du PIB d’ici à 2018. Un pari que le pays aura du mal à réaliser, craignent certains économistes. Constat.
Dans les grandes entreprises familiales, on privilégie les hommes au détriment des femmes pour des postes de responsabilité. Tel est le constat de Mala Chetty. Dans cet entretien, l’ancienne présidente du National Women Entrepreneur Council et consultante en entreprenariat commente  également les données des ‘Gender Statistics’.
La roupie a évolué en dents de scie face aux principales devises depuis le début de l’année. Tel est le constat de Pascal Gil et Ram Jutliah, respectivement chef de projet et directeur chez Upstage Ltd. Ces deux spécialistes du taux de change estiment que la roupie reflète « correctement les conditions du marché ». Le point.
Si Monsieur touche un salaire de Rs 17 900, Madame en gagne en moyenne Rs 13 300. C’est la conclusion à laquelle est arrivée Statistics Mauritius dans le cadre de la préparation de son rapport Gender Statistics, publié il y a quelques jours. Un écart qui est attribué à une série de facteurs. Explications…
À partir de ce mercredi, les épargnants pourront acheter des obligations sur cinq ans assorties d’un taux d’intérêt de 6 %. Cette mesure permettra de redynamiser l’épargne nationale, estime le Gouverneur Bheenick.
Législatives, Air Mauritius, CT Power… Paul Bérenger a fait un survol des sujets d’actualité en conférence de presse samedi. 
La tenue des prochaines élections générales, l’achat de six Airbus A350 par Air Mauritius, le projet CT Power… Ce sont autant de points abordés par Paul Bérenger lors d’une conférence de presse samedi 19 juillet à la mairie de Port-Louis samedi.
Les taux à l’épargne pratiqués par les banques, qui varient entre 2,5 % et 3,4 %, sont dérisoires. Gilbert, Rishi, Marianne et Sanjana – tous des épargnants  – jugent que les intérêts qu’ils perçoivent sont insuffisants pour compenser la hausse du coût de la vie surtout si l’on tient en compte que l’inflation est actuellement à 4 %.
La roupie est stable, selon certains observateurs. D’autres sont d’avis que la monnaie locale est surévaluée. Qu’en est-il au juste ? Faut-il intervenir sur le taux de change ? Quels sont les risques d’une dépréciation de la roupie ? Le point !
Page 1 of 139
Economie

Economie Popular Articles

Google+