01 September 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Kervin Victor

Kervin Victor

La présence de Tom Devlin et Alex Young, de la firme britannique Stephen Platt & Associates, parmi les inspecteurs de la FSC, qui passent au peigne fin les entreprises du « Global Business », à Maurice fait sourciller.
Le directeur du Board of Investment, Ken Poonoosamy, revient sur les entrées d’investissements directs étrangers (IDE) dans le pays pour les six premiers mois de l’année. 
La dette publique a atteint plus de Rs 211 milliards en juin dernier, soit une hausse de 10,5 % sur un an. C’est ce que révèlent les dernières données du ministère des Finances. Alors que la tendance aurait dû être baissière, afin d’atteindre l’objectif d’une dette publique à 50 % du PIB en 2018, la situation continue de se détériorer.
La crise continue de faire des séquelles. Et ce ne sont pas que les petites entreprises qui sont en proie à la crise de la demande ou aux déboires financiers, mais également les grosses entreprises, dont certaines comptent des dizaines d’années de présence sur le sol mauricien et qui emploient des centaines de personnes. Zoom sur certaines de ces entreprises qui ont dû être placées sous administration. 
La compagnie Bharat Telecom a enregistré des pertes de Rs 21,6 millions pour le trimestre se terminant au 30 juin 2014, contre Rs 18,7 millions à pareille époque en 2013.
Le cabinet Bradley Hackford vient de publier son classement 2014 des principaux pays dans lesquels il est intéressant d’établir sa résidence physique et fiscale. Ces pays appliquent un taux d’imposition neutre ou faible sur les personnes physiques. Maurice se classe à la sixième place dans ce classement.
La semaine boursière s’est clôturée vendredi 25 juillet 2014, à la hausse. L’indice Semdex a gagné 0,6 %, pour atteindre 2, 090.82 points. C’est le titre du segment immobilier, Le Meritt, qui s’est fait remarquer au cours de la semaine écoulée. Mais pas pour de bonnes raisons !
De juin 2013 à juin 2014, la Banque de Maurice (BoM) a acheté des devises étrangères (dollars et euros) d’un montant de Rs 35,6 milliards. Une opération permettant d’atteindre un taux de couverture des importations à 6 mois.
La nervosité est omniprésente chez les investisseurs indiens, qui utilisent Maurice comme plate-forme d’investissement pour investir en Inde. L’épée de Damoclès, qu’est le General Anti-Avoidance Rules (GAAR), reste suspendue sur leur tête, et ce, depuis 2012. Cet environnement d’incertitudes continue d’affecter le centre financier mauricien.
Nous avons dû attendre deux ans pour voir un consensus au sein du Monetary Policy Committee (MPC). Après trois rounds, tous les membres ont voté en faveur du maintien du taux directeur. Mais il devrait bientôt être rehaussé, apprend-t-on.

Economie Popular Articles

Google+