16 April 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Kervin Victor

Kervin Victor

Le secteur de la grande distribution a aujourd’hui un poids considérable dans l’économie mauricienne. Le secteur représentait environ 11,4 % du Produit Intérieur Brut (PIB) en 2013, soit contribuant à hauteur de Rs 36,8 milliards. Le secteur « wholesale and retail trade » a connu une croissance de 3,3 % en 2013.
L’indice Semdex a perdu 0,8 % depuis le début de l’année. L’indice est tombé à 2 079,22 points, à la clôture vendredi dernier.
Le gouverneur de la Banque de Maurice, Rundheersing Bheenick, a passé en  revue l’économie mauricienne à la loupe dans sa dernière « Letter to Stakeholders ». Sur le plan macroéconomique, le gouverneur estime « qu’on doit explorer toutes les avenues pour permettre à l’économie mauricienne d’éviter le piège des pays à revenu intermédiaire ».
Richard Arlove, Chief Executive Officer d’ABAX Corporate, est revenu sur le traité de non-double imposition indo-mauricien dans la presse indienne.
Le ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, revient, dans l’entretien qui suit, sur l’ambition de Maurice de devenir un pays à revenu élevé. Une transition que le ministre se veut souple, et qui ait l’acceptation de la population mauricienne sur les mesures à prendre, notamment celles qui sont difficiles.
Alors qu’on parle de reprise économique, les trois groupes hôteliers majeurs du pays sont toujours handicapés par un taux d’endettement élevé. Les trois groupes totalisaient des dettes de plus de Rs 30 milliards à court et à long termes.
L’industrie du thon est en ébullition depuis le début de l’année. On annonce que  Princes Mauritius, du groupe japonais Princes Food Group, voudrait fusionner avec sa compétitrice Thon des Mascareignes.
L’indice Semdex a perdu 0,1 % à la clôture vendredi dernier, chutant à 2 085,39 points. L’indice a donc perdu 0,5 % depuis le début de l’année.
L’excès de liquidités a augmenté de 112,7 % entre le mois de septembre 2013 et celui de janvier 2014. Les banques avaient des réserves représentant plus de 11 % de leur base de dépôt, soit 3 % de plus que la loi bancaire exige.
Rs 23,3 milliards ! C’est la somme record que détenait le public mauricien au mois de décembre 2013. Soit 5,2 % de plus qu’en décembre 2012 (Rs 22,2 milliards) et +11,2 % comparativement au mois de janvier 2013 (Rs 20,9 milliards).
Economie

Economie Popular Articles

Google+