24 April 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Kervin Victor

Kervin Victor

Le Fonds monétaire international (FMI) vient de conclure les consultations du 2014  Article IV sur Maurice. Les défis économiques identifiés par le FMI sont notamment la dette publique, l’excès de liquidités, et la réforme du secteur privé, entre autres.
Le Monetary Policy Committee (MPC), qui s’est réuni lundi, a décidé de maintenir le taux directeur à 4,65 %. Comme attendu par la majorité des observateurs. L’excédent de liquidité sur le marché bancaire a été un des thèmes longuement abordés durant cette réunion, révèle le communiqué du comité.
Les employés de la Mauritius Stationery Manufacturers (MSM) sont désillusion­nés, mais surtout frustrés par le traite­ment reçu de la direction de GML. Notamment, depuis la mise sous administration et la vente de MSM, où 178 personnes seront licenciées et leurs années de service pas reconnues.
Ravin Bholah, Chief Executive Officer du State Investment Trust (SIT), détaille dans cet entretien, les différents projets de la compagnie. Il fait également un état des lieux de la situation financière du SIT.
À quand la conclusion des négociations sur le traité de non-double imposition entre l'Inde et Maurice ? Le premier round de discussions de 2014 a été annulé par l'Inde, tout juste après le coup de gueule du Premier ministre mauricien, Navin Ramgoolam, à Davos. Et aucune date n'a été arrêtée jusqu'a présent.
Le Premier ministre mauricien, Navin Ramgoolam, a tapé sur la table dans les négociations concernant le dépoussiérage du traité de non-double imposition indo-mauricien. C'était lors d’une rencontre avec le ministre des Finances indien, à Davos. Mais son écho sur la place publique indienne est quasi inexistant. Mais Maurice continue son lobbying.
L’ancien ministre des Finances était jeudi l’invité du Grand Journal de Radio Plus. Le thème central était le traité de non double-imposition indo-mauricien.
Le  groupe Espitalier-Noël Limited essaie toujours de remettre sa compagnie de construction Cogir sur les rails de la rentabilité. Une opération qui s’avère délicate, compte tenu de la morosité ambiante du secteur de la construction. 
La semaine boursière, vendredi dernier, a été la plus mauvaise du Stock Exchange of Mauritius (SEM), cette année-ci. L’indice Semdex a perdu 0,9 %, clôturant à 2 114,75 points. Mais l’indice reste, malgré tout, en territoire positif, avec + 0,9 % depuis le début de l’année.
Le gouvernement, à travers la Banque de Maurice, privilégie de plus en plus les émissions d’obligation pour lever des fonds. Des dettes que ce dernier se doit d’honorer avec des intérêts. Au 31 décembre 2013, le montant à être honoré par le gouvernement dans les court, moyen et long termes, s’élève à Rs 148 milliards.
Economie

Economie Popular Articles

Google+