18 December 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Monday, 17 December 2012 11:42

Souffrant de dépression – Il menace de « tuer » et ne s’en rappelle plus Featured

Rate this item
(1 Vote)
Les limiers de Pointe-aux-Sables se penchent sur cette affaire Les limiers de Pointe-aux-Sables se penchent sur cette affaire
Raj (prénom fictif), responsable technicien dans une compagnie de transport à La Tour Koënig, dit avoir été menacé d’agression à l’acide et de mort, mardi, par un dénommé Sooramanien M., forgeron, au sein de cette compagnie. Ce dernier affirme ne se rappeler de rien.
L’incident s’est produit mardi dernier quand Sooramanien M. a débarqué au bureau du technicien et aurait proféré des menaces de mort à son encontre. « Mo capav jette l’acide lors toi, mo capav touye toi !», lui aurait dit le forgeron.

La raison de sa colère : Raj avait donné instruction au vigile, en l’occurrence une femme, de fouiller le sac de chaque employé qui franchit le portail d’entrée après les heures de travail.

Ces directives ont froissé l’employé qui a montré haut et fort son indignation. De peur qu’il ne passe aux actes, Raj a porté plainte à la police.

Au moment de l’incident, le responsable s’entretenait avec un collègue. Le forgeron a brusquement fait irruption dans le bureau. Pointant son doigt vers le responsible, il lui lance : « To faire madame fouille dans mo sac... » avant de poursuivre, « mo kapav jette l’acide lor toi, mo kapav touye toi !» Puis, l’employé est ressorti du bureau.

La mesure date du jeudi 6 décembre. Le sac du forgeron avait été fouillé comme celui de tout employé, sauf que ce dernier a crié haut et fort sa désapprobation et aurait élevé la voix contre la vigile.

La dame s’est plainte auprès de la direction. Sooramanien avait été déféré devant un comité disciplinaire. Mardi, il a fait état du traitement qu’il dit avoir subi.

La police de Pointe-aux-Sables a ouvert une enquête après la déclaration de Raj. Le suspect a été interpellé et interrogé mercredi. Les policiers ont  été surpris d’entendre sa version des faits. Si le forgeron admet avoir fait irruption dans le bureau du responsable, il dit ne pas se souvenir de la suite des événements.

“C’est le trou noir. Je ne me rappelle pas de la suite, ni des menaces à l’encontre de Raj. Mo pa rappel ki mone dire… »

Il aurait fourni aux agents un document attestant qu’il souffre de dépression et a été relâché sur parole. Jeudi, le forgeron a comparu devant la Cour intermediaire de Port-Louis. Une charge de menace verbale a été retenue contre lui. Il a dû s’acquitter d’une caution de Rs 5 000 pour retrouver la liberté.

Kendy Antoine

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus