02 September 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Tuesday, 18 December 2012 11:17

Sur son lit d'hôpital – Une visiteuse lui profère des menaces de mort Featured

Rate this item
(2 votes)
La sortie familiale se voulait festive, mais la fête a tourné en véritable cauchemar sur la plage d’Albion, le 10 décembre. Ravish, blessé au crâne à l’aide d’une bouteille, a été admis à l’hôpital Dr A.G Jeetoo. À l’heure des visites, une dame, proche de son agresseur présumé, l’aurait menacé de mort.
«Mo pou fer bane dimunn transs to lagorz… » Ce sont les menaces que Ravish, 21 ans, originaire de Beau-Bassin, aurait reçues alors qu’il était sur son lit d’hôpital. Elles ont été proférées par une dame à l’heure des visites. Depuis ce lundi 10 décembre, il vit dans l’angoisse, d’autant que la dame l’aurait pris en photo.

Le jeune homme était en compagnie de ses proches et amis sur la plage d’Albion, quand une altercation éclate avec un groupe de jeunes. Blessé, Ravish est admis à l’hôpital Dr A.G Jeetoo. Au cours de son séjour, il reçoit la visite des proches de son présumé agresseur, également hospitalisé. Ravish a consigné une plainte au poste de police de Line Barracks.

Ravish relate la sortie de lundi dernier. « Nous sommes partis à la plage d’Albion. Nous voulions passer un bon moment entre proches et amis. » Lorsqu’ils débarquent vers 16 heures, ils constatent la présence d’un groupe de jeunes. « Ils étaient une dizaine environ et avaient consommé de l’alcool. Ils se sont installés à proximité de nous », relate le jeune homme.

Mais voilà, « banela inn kumans koze deplezan kont mo fami », poursuit notre interlocuteur. Sa tante leur aurait alors demandé de surveiller leur langage. Ces remontrances ne serviront à rien et les jeunes continuent de plus belle.

« Je suis allé les voir », lâche Ravish. « Kuma monn all labas pann gayn letan koze ! » En effet, une bouteille à la main, un jeune de la bande lui aurait asséné un coup sur la tête. Surpris par cette attaque éclair, Ravish réplique. Il bouscule son présumé agresseur qui se retrouve au sol. Entretemps, ses proches interviennent et la bande de jeunes préfère décamper.

La police d’Albion est prévenue de l’incident. Ravish, blessé au crâne, est admis à l’hôpital Dr A.G Jeetoo. Son présumé agresseur, blessé lors de la bousculade, aurait atterri sur des débris de verre. Il est également hospitalisé. L’incident était loin d’être clos pour le Beaubassinois.

Le même jour, vers 17 heures, Ravish reçoit la visite d’une dame. Cette dernière se présente comme étant la mère du jeune homme qui l’aurait agressé. « To finn bless mo garson. Sa pa pou fini kumsa ! Mo pou all de l’avan ek sa ». Après avoir lancé ces propos, la dame ressort aussitôt. Craignant pour sa sécurité, Ravisn relate l’incident à la police de l’hôpital.

Le jour suivant, le cauchemar se poursuit. Àl’heure des visites, la dame revient le voir. Elle n’était pas seule. « Ti ena trwa dimunn ek madam la ». Arrivée devant son lit, la dame aurait pris Ravish en photo sur son cellulaire. « To finn bless mo zenfan » lui aurait-elle reproché une fois de plus, avant d’ajouter : « Mo pou fer bann dimunn transs to lagorz. To pas pou sapp vivant monn fini tir to foto ». Après ces menaces, Ravish, qui a reçu deux points de suture à la tête, s’est résolu à quitter l’hôpital contre avis médical. « J’ai signé une décharge pour pouvoir m’en aller », ajoute-t-il.

Depuis ce jour, Ravish vit dans l’angoisse. « Mo pas pé kav sorti tension li montre dimunn mo foto. Mo pas senti mwa en sekirite ». Le jeune homme a consigné une plainte formelle pour menaces. Une enquête a été initiée pour tirer cette affaire au clair.



Kendy Antoine

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Faits Divers Popular Articles

Google+