30 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Friday, 11 January 2013 12:00

Alors qu'il rentrait chez lui – Le coiffeur menacé et dépouillé Featured

Rate this item
(1 Vote)
Il avait acheté une bicyclette pour éviter de se faire attaquer en route pour la maison à des heures tardives. Ironie du sort, cinq jours après cette acquisition, il a été victime d'un vol avec violence.
Johnny (prénom fictif), âgé de 24 ans et habitant Baie-du-Tombeau, s'en remet encore. Mardi soir, ce coiffeur revenait de son salon lorsque deux malfrats à moto lui sont tombés dessus. C'est sous la menace d'une arme tranchante qu'ils ont commis leur larcin, volant ainsi sa recette du jour.

La police de cette localité a été informée. « Des fois je rentre à la maison à une heure. Malgré l'heure tardive, je n'ai jamais eu de problème », lâche Johnny. Il y a cinq jours, le jeune homme décide de s'acheter un vélo. « Je voulais un moyen rapide pour rentrer chez moi une fois le travail terminé. En même temps, je voulais éviter les mauvaises rencontres », confie-t-il.

Mardi soir, c'est accompagné de deux amis, issus de la localité, que Johnny quitte le salon. « J'ai fermé les volets à 19 h 45. J'étais accompagné de deux amis. Ils étaient aussi à vélo », raconte le coiffeur. Si à pied, il lui faut 30 minutes pour regagner son domicile, à bicyclette, il pensait pouvoir se retrouver chez lui en un rien de temps. Mais tel n'a pas été le cas. Alors qu'il fait route vers sa demeure, il aperçoit au loin deux hommes debout à côté d'une motocyclette. « Je croyais qu'ils avaient une panne ou un problème mécanique. Ils ne portaient pas de casque. Je les ai même salués », explique le jeune homme qui est alors suivi de près par ses deux amis.

Puis, Johnny s'est retrouvé à la traîne, ses amis l'ayant dépassé. « J'ai tenté de les rattraper, mais mon cellulaire a sonné. J'ai dû ralentir pour prendre l'appel », poursuit notre interlocuteur. C'est à ce moment qu'il a été surpris par les deux hommes à moto. « Monn santi enn lame may mo licou. Linn trenn mwa lor 30 met apepre ziska dan enn plas kot pena lalimyerr. Zot inn tir enn couto zot inn met amba mo lagorz. Monn panike », se remémore le jeune homme.

Cependant, il est loin de se laisser faire. « L'un d'eux me tenait à la gorge. Je n’ai pas pu crier, mais je me suis débattu avec l'énergie du désespoir », soutient la victime. Dans une ultime tentative de se défaire de deux malfrats, Johnny sort les griffes. « Monn grif enn ladan lor so lame. » Les deux hommes sont tout de même parvenus à couper les lanières de sa sacoche. Le butin en main, ils sont partis, laissant le coiffeur sur place. Alertés par ses cris, les voisins ont accouru. Johnny a perdu un trousseau de clés, un cellulaire et Rs 3 000 représentant la recette de la journée. Le butin s'élève à Rs 15 000. La police criminelle de Port-Louis Nord s'est saisie de l'affaire.




Le Défi Quotidien

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Faits Divers Popular Articles

Google+