23 August 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Thursday, 17 January 2013 11:30

Drame à Bras-d’Eau – Vimal Jhoomuck : « J’ai perdu le contrôle en voulant éviter une branche » Featured

Rate this item
(0 votes)
Les trois victimes de l'accident Les trois victimes de l'accident
Le chauffeur s’est expliqué sur les circonstances du drame à Bras-d’Eau. Vimal Jhoomuck a nié avoir pris le volant sous l’effet de l’alcool. Des zones d’ombre planent toujours malgré sa version des faits.
48 heures après le drame à Bras-d’Eau, Vimal Jhoomuck s’est constitué prisonnier au poste de police de Flacq. Cet habitant de Roches-Noires était accompagné de son homme de loi, Me Rama Valayden. L’homme de 26 ans est maintenu en détention et sera traduit devant le tribunal de Flacq ce jeudi matin, sous une accusation provisoire d’homicide involontaire.

Cela, après que le 2x4 qu’il dit avoir conduit lundi soir ait fait une sortie de route et que trois de ses occupants, nommément Aman Arrah, Nitin Chetak et Nitish Hurry, qui avaient pris place dans le caisson, ont trouvé la mort. Les rescapés sont Harrish Rajsingh Fokeera, son frère Hanish Rajsingh Fokeera, Sandeep Kistoo et Ajay Domah.

Depuis, le mystère planait sur l’identité du chauffeur. Les spéculations allaient bon train et le chauffeur ne s’était pas manifesté. Ainsi la police de Flacq menée par le chef inspecteur Sam Bansoodeb a recueilli des indices sur le terrain.
Un dénommé Bisram, chauffeur d’une camionnette, a été longuement entendu. Cet habitant de Roches-Noires a divulgué le nom de Vimal Jhoomuck comme étant celui qui était au volant du 2x4. Trois des rescapés, toujours admis à l’hôpital, ont confirmé ses propos.

Lors de son audition, Vimal Jhoomuck a été confronté aux allégations faites contre lui. En présence de Me Rama Valayden, il a vite admis qu’il était bien au volant au moment du drame. Il a donné sa version des faits : « Ce soir-là, il pleuvait. Je roulais à une vitesse normale. J’ai appliqué les freins en voulant éviter une branche. Le véhicule a dérapé et j’ai perdu tout contrôle. » Vimal Jhoomuck a soutenu avoir aidé à placer ses amis blessés dans une fourgonnette et il les a accompagnés à l’hôpital.
 
Pas d’alcool
Un autre volet de l’enquête portant sur la conduite en état d’ivresse a été abordé. Lors de la déposition des rescapés, la police a appris que Vimal Jhoomuck avait aussi consommé de l’alcool à la plage de Poste-La-Fayette. Mais le principal concerné a lancé : « Mo pann bwar ! » Le chauffeur a été placé en cellule. Outre l’accusation provisoire d’homicide involontaire qui devrait être logée contre lui, la police compte le poursuivre pour avoir transporté des passagers dans le caisson.

Les zones d’ombre
Si Vimal Jhoomuck a reconnu qu’il était au volant du véhicule, les enquêteurs relèvent toujours des zones d’ombre dans sa déposition.
  • Le constat de la police au moment du drame ne démontre aucune trace de freinage sur l’asphalte ou encore la présence de branches sur la route.
  • Aucun des rescapés au départ n’avait incriminé Vimal Jhoomuck comme étant le chauffeur. Il a fallu que la police signifie son intention de les arrêter pour entrave à l’enquête pour qu’ils divulguent son nom.
  • Sandeep Kistoo avait déclaré sur les ondes de Radio Plus qu’à aucun moment, Vimal Jhoomuck ne conduisait le véhicule. Or, la police l’a interrogé en début de soirée sur son lit d’hôpital. Il a nié avoir tenu de tels propos à la radio, même s’il reconnaît qu’il s’est adressé à un journaliste. Comme ses amis, il a lui aussi affirmé à la police que c’est Vimal Jhoomuck qui était au volant au moment du drame.

Voir la vidéo: Trois morts dans un accident à Bras-d’Eau : Me Rama Valayden s’explique



Last modified on Thursday, 17 January 2013 15:37
Irfaad Olitte

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Faits Divers Popular Articles

Google+