02 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Tuesday, 12 February 2013 11:27

Une histoire d’amour qui finit mal à Rivière-du-Poste – Il tue sa petite amie puis se suicide Featured

Rate this item
(22 votes)
Roopesh avait garé son véhicule de sorte que Nidhi  ne puisse ouvrir les portières arrières. En médaillon, les victimes Roopesh avait garé son véhicule de sorte que Nidhi ne puisse ouvrir les portières arrières. En médaillon, les victimes
Rivière-du-Poste est sous le choc après le double drame qui s’est abattu sur deux familles lundi. Virendrasing Boolaky a tué sa petite amie Dishtee Pattur avant de retourner l’arme contre lui.
Relation contrariée ? Dispute amou­reuse ? En tout cas, ce n’était pas la fin que les deux tour­tereaux avaient envisa­gée. Tout laisse croire que Virendrasing Boolaky, 27 ans, plus connu sous le sobriquet de Roopesh, a tué sa petite amie Dishtee Pattur, 15 ans, avant de se suicider. Les deux habitaient Rivière-du-Poste.  

Vers 15 heures lundi, Roopesh s’est rendu à bord de son véhicule tout terrain à la route principale de Savanne pour rencontrer sa bien-aimée. Cette dernière, appelée affec­tueuse­ment Nidhi, revenait du collège Hindu Girls et devait se rendre à ses leçons particulières à Souillac. C’est ce qu’elle avait dit à son père. Une fois que Dishtee Pattur a pris place sur la banquette arrière, Roopesh a pris la direction de sa maison, à la rue Coopérative, Rivière-du-Poste.

Il a garé le véhicule dans le garage. Il semble que Roopesh a stationné le véhicule de façon à ce que l’adolescente ne puisse ouvrir aucune des portières arrières. Puis, il a sorti un fusil de chasse de calibre .12. Roopesh a pointé l’arme sur sa dulcinée et a fait feu. Nidhi a été atteinte à l’estomac. Il a alors retourné l’arme contre lui. Il s’est écroulé à l’extérieur du véhicule.
Tout porte à croire qu’il avait préparé son coup étant donné, selon les enquêteurs, que le fusil était en sa possession quand il est parti récupérer Dishtee Pattur.

Au moment du drame, le père de Roopesh faisait la sieste. Sa mère, qui effectuait des travaux ménagers, a entendu un bruit ressemblant à une pétarade. C’est en entendant les cris de la grand-mère du jeune homme qu’elle est allée s’enquérir de la situation.

C’est l’horreur ! Son fils est par terre, dans une mare de sang. À ce moment précis, elle ignorait qu’il y avait un autre corps dans le véhicule. Alerté à son tour par les cris, le père de Roopesh arrive. La police est mandée, ainsi que les membres du Scene of Crime Office et des experts en balistique. Le remue-ménage a vite fait d’alerter le voisinage. Une foule s’est pressée devant la maison des Boolaky.

L’autopsie, pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, chef du service médico-légal, a attribué le décès de Roopesh Boolaky à une blessure par balle à la tête et celui de Dishtee Pattur à deux balles à l’estomac.

Les enquêteurs de la Criminal Investigation Division de Rivière-des-Anguilles, menés par le surintendant Lutchmun, l’inspecteur Goolap et le sergent Korimbocus, ont initié une enquête. Ils ont entendu plusieurs proches des deux tourtereaux. Mais, pour l’instant, la raison ayant poussé Roopesh Boolaky à commettre cet acte demeure inconnue.
Bagwandass Boolaky, le père de Roopesh, est dans le flou lui aussi. « Zot ti bien », lâche-t-il. Son benjamin, ajoute-t-il, n’a à aucun moment laissé paraître qu’il pouvait commettre un tel geste. « Li ti ene bon garçon. Dans la famille, nous avions l’habitude d’aller chasser », dit-il. C’est ce qui explique la présence du fusil de chasse au domicile du jeune homme. L’arme a été retrouvée aux côtés de Roopesh.

Les proches de Dishtee sont eux-aussi dans l’incompréhension. L’étudiante, qui devait prendre part aux examens du School Certificate cette année, est décrite comme quelqu’une « d’exem­plaire ». « Sa zanfant la c’est ene perle, li innocent », affirme une de ses tantes. « Nidhi ti extra gâter. Li vraiment inaccep­table ce ki fine arriver », lâche une autre tante.

Qu’est-ce qui a poussé Roopesh Boolaky à tuer sa dulcinée et à se sui­cider ? L’enquête policière n’a pas encore répondu à cette question. Néanmoins, plusieurs rumeurs circulent dans la localité. La police a, elle, saisi un autre fusil et 26 balles de calibre .12 et 30.6. Il nous revient que le fusil utilisé dans cette tragédie se trouvait dans un coffre et les balles dans une armoire. Les funérailles du jeune homme sont prévues mardi après-midi, alors que celles de Dishtee Pattur seront fixées une fois que l’arrivée de sa soeur aînée, qui se trouve actuellement en Chine pour des études de médecine, aura été confirmée.

Yogesh Boolaky : « Notre famille était pour cette union »
« Ils étaient heureux ensemble. Ma famille et celle de Nidhi étaient toutes les deux pour leur relation. D’ailleurs, ils comptaient se marier plus tard », nous a déclaré Yogesh Boolaky, le frère de Roopesh. Il ajoute : « Mon frère était quelqu’un de bien. Rien ne présageait qu’il était en détresse ».

Rencontre des tourtereaux
Roopesh Boolaky est chauffeur de profession. Il y a environ deux ans et demi, il a trouvé un boulot chez les Pattur, qui habitent non loin de chez lui. C’est là qu’il tombe amoureux de leur fille, Dishtee. Les deux ont été souvent vus dans son véhicule.



Last modified on Tuesday, 12 February 2013 11:55
Le Défi Quotidien

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Faits Divers Popular Articles

Google+