24 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Wednesday, 21 September 2011 13:43

À la gare Jan Palach, Curepipe  Le fils d’un conseiller : « On m’a piqué avec une seringue »

Rate this item
(0 votes)

Un étudiant de 17 ans, fils d’un conseiller municipal de Quatre-Bornes, allègue avoir été attaqué par cinq individus à la gare Jan Pallach, Curepipe, lundi après-midi. La bande a menacé la victime avec un couteau avant de lui injecter le contenu d’une seringue. L’ado s’est évanoui. Lorsqu’il a repris ses esprits, il a constaté la disparition de son portable et d’une somme de Rs 25. 

Il venait de prendre connaissance de l’emploi du temps de ses examens à son collège de Vacoas, lundi. Cet étudiant de Form V, âgé de 17 ans, se rend donc à ses leçons particulières à Curepipe. Il est 13 h 15. À peine est-il descendu à la gare routière, qu’il reçoit un message d’un ami qui lui demande de rappeler. Ce qu’il fait tout de suite. Son appel achevé, il place son cellulaire dans sa poche. Il se trouve alors près des toilettes publiques quand il aperçoit cinq individus louches qui se dirigent vers lui.

Paniqué, l’ado n’a ni le temps de fuir, ni de se défendre. L’un des malfrats s’approche de lui sur sa gauche. Il l’aurait menacé en plaçant un couteau sous sa nuque. Un autre s’avance vers lui sur la droite et lui aurait injecté le contenu d’une seringue dans le bras droit. L’ado s’est tout de suite senti mal et se dirige vers un banc pour s’asseoir. Il se serait alors évanoui. Il reprendra ses esprits deux heures plus tard. À son réveil, il constatera que son téléphone cellulaire, valant Rs 7 000, et un billet de Rs 25 qui se trouvait dans sa poche, avaient disparu.

La victime se rend aussitôt chez une tante à Curepipe. Il appelle son père, Roshan, conseiller municipal de Quatre-Bornes pour lui relater sa mésaventure. Le père accourt immédiatement.

Roshan devait s’apercevoir que son fils était dans un état lamentable : « Il était traumatisé. Il avait vomi. Je l’ai emmené à l’hôpital de Candos. Les médecins ont effectué des prélèvements sanguins sur lui, car il portait une marque d’une piqûre au bras droit… »

Le père a ensuite conduit son fils au poste de police de Curepipe pour consigner une déposition. Selon nos informations, la victime aurait également subi un test sanguin dans une clinique privée.

Roshan explique que son fils se rendait à ses leçons particulières, après avoir récupéré son « time table » au collège, l’ado devant prendre part à ses examens bientôt.

« Personne n’a porté secours à mon fils, car lorsqu’il s’est évanoui, il était dans une position assise sur un banc. Les gens ont dû penser qu’il s’asseyait, car il portait des lunettes de soleil », relate le père. Ce dernier invite les autorités à accroître la présence policière dans cette gare routière de Curepipe.

L’étudiant dit ne pas se rappeler exactement ce qui s’est passé, car il est entré dans une profonde somnolence. Par contre, il dit se souvenir de ses présumés agresseurs. La police s’est lancée sur la piste des malfrats. L’enquête est menée par inspecteur Dhunoo sous la supervision de l’ASP Ramsarrun.





Lovina Sophie

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Faits Divers Popular Articles

Google+