02 September 2015
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin

Devesh Dukhira passe en revue le concept de commerce équitable, introduit en 2009. Il fait part des objectifs du Syndicat tant en termes de production pour 2015 que de l’adhésion des petits planteurs.
André L. Nairac explique le pourquoi de son association avec Carlson Wagonlit. Il revient sur la transformation du secteur des voyages d’affaires où tout businessman est pressé. Notre interlocuteur s’appesantit également sur la nécessité de rehausser le niveau des services.
Marc de Ravel, directeur-général de Mont Blanc Ltée et propriétaire des salines de Tamarin, répond à ses détracteurs. Il explique les raisons pour lesquelles une partie des salines devra être convertie et exprime sa volonté de continuer l’activité de production de sel.
Représentant légal des souscripteurs du plan Super Cash Back Gold, proposé par BA Insurance – compagnie placée sous contrôle conservatoire depuis le 3 avril, Me Vikash Rampoortab affirme faire confiance au ministre Roshi Bhadain pour trouver la lumière au bout du tunnel. Il évoque la souffrance des victimes et souhaite qu’une solution soit trouvée au plus vite.
C’est en sa qualité de Managing Director de GFA Insurance et vice-président de l’Association des assureurs, mais également en tant qu’assuré du Super Cash Back Gold qu’Abdel Ruhomutally commente l’affaire BAI. Selon lui, ce plan est tout ce qu’il y a de plus légal et c’est sa gestion qui doit être mise à l’index.
À 52 ans, l’avocat Siddhartha Hawoldar reste tout aussi sensible aux faits de société à Maurice que durant les premières années au barreau. Un seul mot gouverne sa pensée et ses actions : le dharma, terme hindi qui signifie le devoir. Homme de convictions, aux amitiés solides, il n’est pas un « lâcheur », pour oublier un Rakesh Gooljaury ou le restaurateur Gool, qui fut son client.
L’architecte Sandeep Sewpal revient sur le concept ‘Smart Cities’ que veut introduire le gouvernement. Il est d’avis qu’on ne peut parler de ‘Smart Cities’ alors qu’il n’y a pas de cités et que peu de villes sont planifiées à Maurice.
L’ex-ministre des Affaires étrangères, Arvin Boolell, estime qu’extrader Nandanee Soornack de l’Italie vers Maurice relève d’une mission impossible. Le motif : le vieux traité établi à l’époque coloniale entre les deux pays ne serait plus valide. Le porte-parole des rouges évoque aussi la tentative de vendre au rabais les biens de la BAI.
Les propos de Shakeel Mohamed, affirmant que Navin Ramgoolam serait un «boulet» pour le Parti travailliste (PTr), fait voir rouge à Patrick Assirvaden. Il estime qu’il est temps de mettre fin à l’hypocrisie de la part de certains ‘apparatchiks rouges’. Abordant l’affaire BAI, il estime que c’est un « complot orchestré ».
L’affaire BAI-Bramer pourrait causer du tort au secteur financier mauricien et impacter sur les transactions en Bourse, appréhende Imrith Ramtohul. Le Senior Investment Consultant chez Aon Hewitt livre son avis sur toute l’affaire.
Les rôles de l’administrateur, du liquidateur et du conservateur diffèrent. Un conservateur doit préserver les actifs d’une compagnie d’assurances et leur valeur. Un administrateur gère les biens en vue de leur liquidation, alors que le liquidateur peut disposer des actifs d’une entreprise pour rembourser les créanciers, soutient l’avocat Nityesh Pradeep Peetumber.
La Banque de Maurice a dû faire un choix : soit sauver la Bramer Bank, soit procéder à sa mise à mort. Elle a choisi la deuxième option, déplore l’avocat d’affaires Reza Uteem. La meilleure solution, avance-t-il, aurait été de nommer un « conservator » pour qu’il redresse la situation.
Page 6 of 115
Podcasts