19 April 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Friday, 09 December 2011 12:00

Des changements dans les normes internationales sont attendues.

Rate this item
(0 votes)
Le secteur de la publicité évolue depuis une vingtaine d’années. Avec un chiffre d’affaires qui tourne autour du milliard par an, ce marché a recours à de nouvelles formes de communication. Le nombre d’agences de marketing ne cesse d’augmenter et  les moyens techniques s’améliorent graduellement. La publicité est omniprésente surtout en cette période des fêtes. Les invités de Talk of the Town, mercredi dernier étaient Cyril Palan, président de l’Association des Agences de Publicité et directeur de Logos Communication Agency,  Raviraj Beechook, directeur de Xprim Communication et Suttyhudeo Tengur, président de l’Association pour la Protection de l’Environnement et des Consommateurs (APEC).

> Comment expliquez-vous la bonne santé qu’affiche le domaine de la publicité ?
Cyril Palan :
À la fin des années 80, le commerce a connu un boom. Ce développement allait et va toujours de pair avec la communication. Le commerce s’est modernisé, idem pour la communication. Plusieurs jeunes ont fait des études dans les domaines précités et profitent de la dynamique enclenchée. De nos jours, la communication est ouverte à tous.

> Utilisez-vous à bon escient la publicité qui est l’âme du commerce ?
Raviraj Beechook :
Effectivement, les choses ont évolué, et au fur et à mesure que le pays s’est développé, le nombre d’enseignes a augmenté, entraînant un meilleur pouvoir d’achat et le secteur commercial s’est dynamisé. L’offre sur le plan commercial a boosté la publicité et attiré de nouveaux publicistes.

> L’évolution rapide de l’économie explique-t-elle la bonne santé des secteurs concernés ?
Raviraj Beechook :
Si un pays va bien, la consommation suit, de même que la publicité. Lorsque les choses vont mal, c’est le budget de la publicité qui en est le premier affecté.
Cyril Palan :
Il ne faut pas miser uniquement sur une période faste. Au contraire, il s’agit égale­ment de faire de la pub lorsque l’économie va mal, parce que tôt ou tard, les choses se remettent en place. Nous risquons de perdre notre clientèle si la communication passe mal.

> Pour se faire connaître, une nouvelle entreprise mise sur une campagne de publicité.
Cyril Palan :
Aujourd’hui, avec la variété de produits existants, si l’on n’agit pas, on paie les conséquences. La seule façon est d’investir dans la publicité.

> Quel est votre constat sur la publicité ?
Suttyhudeo Tengur :
La publicité est un outil essentiel qui cible les consommateurs. Lorsqu’on parle de publicité, il faut également inclure les lois et les règlements. L’association des agences publicitaires a un code éthique qui comprend 72 sections.

> Quels sont les supports utilisés pour la publicité aujourd’hui ?
Cyril Palan :
Les supports sont plus avancés et moins coûteux. L’île Maurice a beaucoup de ressources inexploitées, qui ne demandent qu’à l’être.

> Votre constat sur la publicité sur Internet ?
Raviraj Beechook :
La publicité sur Internet est encore embryonnaire  sur le plan local. Il y a certains sites de publicité. Avec l’Internet, la concurrence, que ce soit entre les agences  locales et les clients ou les agences à l’étranger, dynamise le secteur. Aujourd’hui, une agence de publicité est aussi une agence de communication. Elle est professionnelle.

Cyril Palan :
La multiplicité de brochures est un avantage pour le consommateur qui peut choisir où et comment acheter.

> Comment jaugez-vous le message des publicistes à l’égard des consommateurs ?
Suttyhudeo Tengur :
La cible des publicistes est le consommateur. Le phénomène qui domine le monde actuellement est la publicité  On-line. Aujourd’hui, le Digital Media est aussi utilisé et expose au consommateur les produits en promotion. La publicité n’est plus un art, mais une science. Les promoteurs réfléchissent aux nouvelles techniques pour attirer le consommateur. Nous pouvons avoir une quinzaine de méthodes couramment utilisées à travers le monde. Il y a cependant une méthode qui touche en particulier le consommateur,  le Spam.

> Où s’arrête votre responsabilité ?
Cyril Palan :
Notre code d’éthique vise à encadrer, de façon responsable, la publicité. C’est un document, pas une loi. Si tous les publicitaires suivaient ce code, il n’y aurait pas de problème.

> Qu’en est-il de la publicité mensongère ?
Cyril Palan :
Certes, il y en a, mais au détriment de l’agence. Le client expose son produit ; comment en vérifier le contenu ? Nous ne sommes pas des experts !



Annick Daniella Rivet

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Interview Popular Articles

Google+