19 September 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Wednesday, 23 January 2013 12:00

Bhavik Desai (Research Analyst chez AXYS Stockbroking) « La Bourse a connu sa plus forte quinzaine depuis 2008 » Featured

Rate this item
(0 votes)
Le Semdex terminera l’année 2013 en territoire positif, prévoit Bhavik Desai. Il fait également le point sur l’euro qui est aujourd’hui à son plus haut niveau face à la roupie depuis août 2011. Pour le ‘Research Analyst’ chez AXYS Stockbroking, si la monnaie européenne maintient sa remontée, les hôtels pourront améliorer leurs résultats.
> Le Semdex a perdu 8,28 % en 2012 alors que le SEM-7 a reculé de 3,73 %. Avons-nous déjà connu pire ?
Oui. Nous avons été témoins des plus pires performances sur une base annuelle. Le Semdex a perdu 36 % entre le 31 décembre 2007 et le 31 décembre 2008. Cela s’est produit, bien sûr, pendant le ‘krach’ boursier de 2008.

La Bourse mauricienne a glissé depuis le troisième trimestre 2011 et a connu un creux au début de novembre 2012. La baisse a été en ligne avec le sentiment négatif qui a prévalu au long de 2012 au cours de laquelle Statistics Mauritius a révisé à la baisse le taux de croissance du pays par rapport au produit intérieur brut (PIB) à plusieurs reprises.

> Quels sont les facteurs qui ont amené à une reprise sur le marché boursier ces dernières semaines ?
La Bourse de Maurice a connu sa première plus forte quinzaine depuis 2008. Le rallye sur la MCB, le groupe New Mauritius Hotels (NMH), et la compagnie cannière industrielle Alteo qui figure parmi les quatre plus importantes sociétés de capitalisation boursière a aidé à faire progresser le Semdex à son plus haut niveau en sept mois et demi.

Une partie de l’équation est due à ce que certains appellent « l’effet janvier », où les gestionnaires de fonds ont tendance à rééquilibrer leurs portefeuilles. Le titre MCB est très demandé par les investisseurs étrangers qui ont, au contraire, sous-évalué l’action SBM. NMH, qui s’échangeait juste avant Noël, à son plus bas niveau en huit ans, reste le groupe hôtelier mauricien le plus rentable. Quant à Alteo, qui a récemment rejoint le SEM-7, il a connu une demande croissante. D’où l’envolée du titre jusqu’à Rs 35.

> Qu’est-ce qui explique l’embellie du compartiment des valeurs hôtelières depuis le début de l’année ? Depuis janvier 2013, quelles sont les ‘plus-values’ réalisées par les trois principaux groupes hôteliers cotés sur le marché officiel ?
Sur une base annuelle (au moment où l’interview a été réalisée, soit lundi matin), Lux est stable, Sun Resorts a grimpé de 2 % et NMH a connu une progression significative de 19 %. Ce rallye est curieux vu que les arrivées touristiques en 2012 ont stagné autour de 965 000 visiteurs avec environ 49 000 Européens en moins.

Ce chiffre inclut l’élan donné pour augmenter le nombre de visiteurs russes (+ 7 000). La baisse enregistrée sur nos principaux marchés a été principalement compensée par notre pays voisin, l’île de la Réunion (+26 000). Il y a également quelque 6 000 autres touristes chinois et 1 000 visiteurs indiens supplémentaires en 2012.

D’autre part, l’euro a repris de la vigueur. En 2012, le cours euro / roupie était tombé à son plus bas depuis six ans, compte tenu des problèmes en Europe. Mais aujourd’hui, le cours euro / roupie est à son plus haut niveau depuis août 2011, soit avant le ‘US Debt Default’ et l’accord sur la dette grecque de 2011. 

> Toujours s’agissant des valeurs hôtelières, peut-on dire qu’elles ont touché le fond et que le moment est donc propice pour investir sur ces sociétés ?
Tout investissement sur les hôtels serait sur le long terme. Tous les grands groupes hôteliers opérant dans le haut du segment sont très endettés avec des ratios d’endettement proches de 100 %, et peu sont susceptibles de payer des dividendes. Dans le cas contraire, cela dépassera les taux typiques des comptes d’épargne.

En août, nous avons abaissé nos cotes sur tous les hôtels listés sur le Marché officiel (NMH, Sun, Lux) avec conseil de « réduire » et introduit Constance Hotels Services avec à « vendre ». Cela dit, si l’euro continue de se renforcer, les résultats des hôtels devraient s’améliorer.

> Compte tenu de l’embellie, ces jours-ci, sur le marché européen, peut-on s’attendre à une amélioration sur la place financière à Maurice ?
Ne souhaitons-nous tous pas avoir cet œil magique qui voit tout ou une boule de cristal ? À moins qu’il n’y ait une autre crise financière, souveraine et économique en Amérique du Nord ou en Europe – compte tenu d’un sentiment moins pessimiste qu’en 2012 –, nous prévoyons que le Semdex sera en territoire positif à la fin de l’année.

> En 2012, les compagnies d’investissement ont préféré opter pour des placements sur des fonds sécurisés comme les bons du Trésor car la Bourse de Maurice était en recul et peu attrayante. Selon vous, quelle sera la posture des compagnies d’investisse­ment en 2013 ?
Le gouvernement est, en effet, en train d’emprunter à son taux le plus bas, selon nos données. Lors de la dernière adjudication, le rendement obligataire de 5 ans est tombé à 5,6 % et le taux de 364-Day T-Bill à 3 %.

Un dépôt à terme semble plus attrayant, vous ne pensez pas ? Compte tenu de la faiblesse des rendements sur les instruments souverains locaux, je pense que la composition du portefeuille sera, en effet, revue pour inclure une plus grande équité, mais, 2012 a également vu l’introduction d’obligations d’entreprise (Corporate Bonds) sur la Bourse. Omnicane a soulevé Rs 1 milliard, soit 7,15 % de son programme de 5 ans, et plus récemment Rs 920 millions (sur un programme initial de Rs 500 millions) à 5,7 %, de son programme de 3 ans. À mon avis, c’est au niveau des obligations d’entreprise qu’il y a une demande croissante. Nos organismes de réglemen­tation travaillent de concert sûrement pour aider à stimuler ce marché naissant.

> Les investisseurs seront-ils timides ou conquérants en 2013 ?
Il faut de tout pour faire un monde. Étant donné que les comportements moutonniers dictent générale­ment les directions, et que nous attendons que le Semdex soit en territoire positif fin 2013, disons sim­plement que les conquérants pourraient l’emporter.



Last modified on Thursday, 24 January 2013 09:01
Christina Vilbrin

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Interview Popular Articles

Google+