01 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Friday, 25 January 2013 12:00

Les réformes dans le secteur éducatif Featured

Rate this item
(0 votes)
Une batterie de réformes a été enclenchée dans le secteur éducatif ces dernières années. Régionalisation, introduction de nouvelles matières, le Kreol Morisien, examen national de la Form III et une réforme du CPE pour bientôt...
Ces changements connaîtront le succès avec la participation active des parents. Parents et enseignants sont des acteurs principaux dans l’éducation des enfants. L’émission « Talk of the Town » réunissait mercredi: Parmanand Jeerakhan,  Assistant Director Management Primary School, Chandrakhan Toolsee, Director Quality Assurance au ministère de l’Education, Ajay Thacoor, Head National Consultancy Services et Naushad Fatehmamode, président de la PTA de l’école primaire Jean Lebrun, Port-Louis. 

> Comment  a été la rentrée 2013 ?
Parmanand Jeerakhan : Nous sommes satisfaits que tous les enfants aient obtenu une place en Standard I. Il y a toujours des places vacantes dans nos écoles.

Chandrakhan Toolsee : Au niveau du secondaire tout s’est bien passé pour l’admission en Form I, sauf pour quelques-uns qui ont obtenu un No School Case. Le choix des parents est justifié mais il faut quand même tenir compte des résultats de l'enfant.

> Quelle est donc l’étape suivante ?

Chandrakhan Toolsee : Le ministère de l’Education en collaboration avec le Mauritius Examinations Syndicate (MES) relance l’exercice et s’assure que l’enfant obtient une place dans un collège.

> Quel est le délai pour enclencher la deuxième procédure ?

Chandrakhan Toolsee : Nous le faisons dans les plus brefs délais pour ne pas pénaliser l’enfant.

> Quelles sont les réformes introduites au niveau du primaire ?

Parmanand Jeerakhan :  Le Bridging the Gap se fait sur un trimestre pour les élèves de la première. Le but : mettre les enfants au même niveau. Le Diagnostic Assessment au niveau du STD III permet de connaître le niveau des écoliers. Ils passent un questionnaire au niveau de l’anglais et des mathématiques. Une fois les résultats obtenus, cela permet d’accorder une attention particulière à ceux qui en ont besoin. Le contrôle continu a été introduit en STD IV et V pour permettre à l’enseignant de connaître les compétences acquises par les écoliers à la fin d’un chapitre.

L’Enhancement Programme a été introduit en STD III et IV et comporte des activités extracurriculaires et un peu de pédagogie. Cela se fait les après-midi dans l’enceinte de l’école, à raison de trois la semaine. Par ailleurs, le Sankore Project est utilisé pour davantage d’interactivités avec les enfants et pour rendre les explications plus vivantes. « Silence on lit » est un projet de 50 minutes où l’enfant lit en français et en anglais. L’enfant apprend la signification de nouveaux mots en consultant le dictionnaire.

Pour sa part, le Kreol Morisien a été introduit comme une matière optionnelle. L’année dernière, il a été introduit en STD I et, cette année, c’est au tour du STD II. Le bhojpuri, lui, a été intégré dans la classe d’hindi. Lors d’un sondage, nous avons enregistré très peu de demandes pour le bhojpuri. Cette partie se fait à l’orale. La Summer School a enregistré un énorme succès dans une vingtaine d’écoles. C’est pour cette raison que nous avons aussi fait la Winter School. La révision des examens du Certificate of Primary Education (CPE) a aussi retenu l’attention, puisque nous avons eu deux sessions de travail avec les partenaires de l’éducation. En ce moment, les rapports sont examinés pour la mise en place des mesures à court, moyen et long termes.

> Pourquoi avoir introduit un contrôle au niveau de la Form III ?
Chandrakhan Toolsee : C’est un contrôle introduit en 2010. Au début, les candidats étaient examinés en quatre matières: les mathématiques, l’anglais, le français et les sciences. Puis, nous avons ajouté l’informatique et par la suite les sciences ont été divisées en trois, à savoir biologie, chimie et physics. Cette année, nous préconisons que tous les collèges participent à ce contrôle national. L’objectif est de permettre aux élèves de Form I – III d’être mieux préparés à choisir leurs filières pour la Form IV à monter.

> Au bout de trois ans maintenant, y a-t-il un rééquilibrage au niveau du choix des matières, puisque certains affirmaient que les sciences étaient délaissées ?

Chandrakhan Toolsee : C’est définitivement le cas. Je ne sais pas d’où sort cette psychose, mais je peux vous assurer que les sciences ne sont pas difficiles. Le gouvernement s’est assuré que l’enfant a toutes les facilités nécessaires pour étudier comme il se doit.

> Comment réagissent les associations de parents-élèves avec toutes ces réformes ?

Naushad Fatehmamode : Nous devons essayer de nous adapter et de coopérer. Nous sommes conscients que les réformes sont nécessaires. Parfois, vous avez des parents qui demandent des explications. Et dès qu'ils comprennent le rouage, cela va mieux.

> Est-ce qu’il existe un accrochage entre les enseignants et les parents ?

Naushad Fatehmamode : Naturellement… J’ai aussi remarqué qu’il y a un manque de discipline qui existait dans le passé. Autrefois, lorsqu’un enseignant infligeait une punition à un enfant pour un devoir mal fait ou un mauvais comportement, les parents acceptaient. Aujourd’hui, l’enseignant a des ennuis jusqu’à être transféré. L’enseignant travaille dans l’intérêt de ses 40 écoliers, alors qu’un parent se penche sur un seul enfant. Certains parents sont compréhensibles, alors que d'autres non.

> Est-ce que la discipline existe toujours au sein des écoles ?

Parmanand Jeerakhan :  Oui, elle existe mais pas en tout temps. Il y a des cas où si un enfant veut faire du football, alors qu’il se trouve en classe... Il peut sortir à sa guise.

> Est-ce que le problème ne se joue pas déjà à la maison ?

Ajay Thacoor : Il ne faut pas oublier que le parent est le premier éducateur de son enfant. Ce faisant, le parent éduque son enfant et il y a un code de conduite qui existe à la maison qui se transmet par la suite à l’école et dans la société.




Annick Daniella Rivet

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Interview Popular Articles

Google+