25 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Monday, 28 January 2013 12:00

En l’absence de Paul Bérenger – L’Opposition parlementaire pourra-t-elle damer le pion au gouvernement ? Featured

Rate this item
(0 votes)
Jocelyn Chan Low, Motee Ramdass et Dharam Gokhool. Jocelyn Chan Low, Motee Ramdass et Dharam Gokhool.
Avec le retrait temporaire du leader historique du Mouvement militant mauricien (MMM), Paul Bérenger, de la politique active pour des raisons de santé, l’Opposition parlementaire pourra-t-elle  maintenir le  même rythme au Parlement face au gouvernement ? 
La question a été abordée dans « Le grand journal », qui a vu la participation de l’ancien ministre Motee Ramdass, l’historien Jocelyn Chan Low et  Dharam Gokhool, ancien ministre et observateur politique. 

>  Pensez-vous que l’Opposition parlementaire pourra tenir le même rythme contre le gouvernement en  l’absence de Paul Bérenger ?
Jocelyn Chan Low : Paul Bérenger a un charisme et une force de  frappe extraordinaire au Parlement. Dans une grande mesure, il est irremplaçable. Mais le MMM est un parti bien structuré et bon nombre de ses députés sont compétents. Il ne faut pas oublier que le MMM est en alliance avec le MSM, où l’on retrouve un autre monstre politique en la personne de sir Anerood Jugnauth. 

Donc, si la campagne de dénonciation des scandales continue, je ne crois pas qu’il y aura de grands changements.   De l’autre côté, la nouvelle de la maladie de Paul Bérenger a soulevé une vague de sympathie  dans la population.  Ceux qui le critiquaient lui trouvent maintenant des qualités. Son retour au pays est très attendu.  Ce sera un Paul Bérenger plus fort qui fera son retour sur la scène politique et, en même temps, il va renforcer le MMM.   Bien sûr qu’Alan Ganoo a son propre style. Est-ce qu’il aura le même punch au Parlement. Il faut suivre l’évolution des événements pour le savoir.

 > Rejoignez-vous l’analyse de Jocelyn Chan Low ?
Motee Ramdass : Paul Bérenger a mené la lutte sur tous les fronts.  À travers son combat  syndical, pour l’amélioration des conditions de vie, des travailleurs, il est devenu le symbole même de la classe laborieuse. Il est comparable aux grands tribuns comme Maurice Curé, Emmanuel Anquetil, Guy Rozemont et  Renganaden Seeneevassen. Vu son passé, ce sera difficile de le remplacer. Mais le MMM est un parti bien structuré et Alan Ganoo a  fait ses preuves. Évidemment, il a un style différent de Paul Bérenger, mais avec son caractère posé, c’est sûr qu’il va pouvoir prendre la relève.  Avec le concours des députés mauves, je suis sûr que tout va marcher pour le mieux.

> Pensez-vous que l’Opposition pourra tenir le  même  rythme  pendant les trois mois d’absence de Paul Bérenger ?
Dharam Gokhool : Tout d’abord, le fait que Paul Bérenger ait révélé au grand jour sa maladie, est un évènement inédit.   Dans beaucoup de pays, les dirigeants politiques ne révèlent pas ce type d’information.  C’est un acte de courage. Deuxièmement, le travail  qu’il a accompli au Parlement, surtout durant ces derniers mois, est énorme. Il a pu mettre le gouvernement sur la défensive. Si bien que les agents du Parti travailliste sont très mal à l’aise avec ce qui se passe.  
niveau de la population, on disait que le Remake 2000 n’allait pas marcher  mais,  d’après ce que j’ai entendu,  avec le travail  des deux partenaires, il y avait un début de confiance dans la population. J’ai bien dit un début, car d’autres conditions doivent se réunir pour une alternance. Mais je pense que la nouvelle de la maladie de Paul Bérenger aura un impact « sur le momemtum ». Est-ce que les arrangements qui ont été annoncés, auront le même impact ?  La question reste posée.

> Avec  l’annonce de la maladie de Paul Bérenger, faut-il commencer à  penser à son successeur à la tête du MMM ?
Motee Ramdass : Le MMM est très structuré et il y existe une hiérarchie. Alan Ganoo est le numéro 2 du parti et c’est tout à fait légitime qu’il devienne leader du parti, jusqu’au retour de Paul Bérenger dans trois mois. Certes, Paul Bérenger est incon­tournable au sein du MMM, mais je pense qu’il  a déjà préparé la relève.

> Un jour où l’autre, il faudra remplacer Paul Bérenger. Pensez-vous que le poste de leader doit revenir à un membre de sa famille ou à un membre du MMM ? Dernièrement, le nom de son fils Emmanuel a été cité...
Jocelyn Chan Low : Ce sont des spéculations. Je n’ai aucun doute que Paul Bérenger va retourner après trois mois. Mais la question de succession se pose pour tous les partis politiques et nous savons qu’à Maurice, à l’exception du MSM, où il y a eu une douce transition, d’autres partis à l’instar du PMSD et du Parti travailliste , ont connu  de graves problèmes internes.  Ce qui est important, c’est qu’il y ait d’abord un rajeunissement des cadres du MMM.

La deuxième question est évidemment ce qui va se passer, si Paul Bérenger se retire de la scène politique. Il est toujours difficile de trouver un leader  pour succéder à un très grand tribun.  Comme c’est le cas dans d’autres pays, il faut  qu’il y ait d’abord une direction collégiale au sein du parti, en attendant que quelqu’un  émerge.   Est-ce qu’on parle d’un leader portant le même patronyme que Paul Bérenger ? Ce n’est pas une question de dynastie, mais quand quelqu’un portant le même patronyme prend la succession, c’est un peu l’ombre de l’ancien leader qui plane toujours et ça facilite une douce transition.  Mais comme je l’ai dit, nous en sommes toujours au stade des spéculations.

> Est-ce qu’Alan Ganoo pourra tenir le rythme au sein de l’Opposition ?
Dharam Gokhool : C’est vrai qu’on ne peut «  write off » Paul Bérenger. Toutefois, le problème de la relève reste posé.  Je pense que le fait que Paul Bérenger ait fait quelque chose d’inédit en annonçant publiquement la nature de sa maladie, est déjà une indication, qu’il a déjà pensé à sa succession au niveau du parti dans le temps. C'est-à-dire une relève durable. 

Bien souvent, quand les leaders politiques se retirent, leurs partis finissent par se désagréger. C’est une leçon à tirer. Ce dont nous sommes témoins actuellement, est peut-être le début d’une nouvelle culture politique. En ce qui concerne Alan Ganoo, c’est quelqu’un qui a un parcours exceptionnel. C’est le seul député élu systématiquement à toutes les élections.  Il est un parlementaire exemplaire. Mais sa personnalité diffère de celle de Paul Bérenger. Sans diminuer les qualités d’Alan Ganoo, je pense qu’il y aura une différence au Parlement.




Mario Boutia

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Interview Popular Articles

Google+