22 July 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Patrice Donzelot

Patrice Donzelot

Depuis 2011, la Bourse de Maurice (SEM) s’est lancée dans un projet d’attirer sur ses marchés des compagnies minières africaines.
Pour fêter ses 25 ans, la Stock Exchange of Mauritius (SEM) annonce différentes innovations, dont la possibilité d’investir sur la Bourse de Johannesburg à travers la Bourse de Maurice, la transformation de SEM-7 en SEM-10 et la cotation prochaine de compagnies offshores. La SEM compte aussi augmenter de 50 % le nombre d’investisseurs d’ici à 2017.
Le Managing Director de Currimjee Jeewanjee and Co. Ltd revient, dans l’entretien qui suit, sur le rachat des 50 % détenus par Millicom dans l’actionnariat d’Emtel. Anil Currimjee évoque, également, les performances et les défis du secteur des télécommunications.
«Vendre du hardware (matériel informa­tique ou de téléphonie) n’est plus aussi rentable, mais c’est un service que nous offrons toujours à nos clients. Il faut savoir que sur des ordinateurs, des téléphones ou des serveurs, les marges sont faibles.
RT Knits vient d’intégrer le cercle du Top 100 des entreprises locales. L’entreprise met l’accent sur l’innovation et la protection de l’environnement.
Les ventes des ciments Kolos et Ecocem du fabricant Holcim ne sont pas impactées par l’annonce de la vente du cimentier à l’île Maurice. Au contraire, dans certaines quincailleries interrogées ce mardi, on note une hausse des ventes.
L’analyste et observateur économique, Sameer Sharma tire la sonnette d’alarme sur l’endettement des entreprises mauriciennes dans un article publié dans le dernier numéro du magazine économique en ligne Conjoncture.
Le Comité de la politique monétaire (MPC) de la Banque de Maurice (BoM) qui s’est réuni, lundi, a pris à l’unanimité la décision de maintenir le taux directeur à 4,65 %.
En 2020, on estime qu’il y aura 50 milliards d’objets connectés à travers le monde, et les bâtiments n’y échapperont pas, particulièrement les espaces de travail.
Stag Beverages, qui avait repris les activités de la défunte Universal Breweries Ltd en 2009, jette l’éponge. Officiellement, l’entreprise cite des raisons économiques pour justifier sa décision mais la Commission sur la concurrence (CCM) a prouvé que la brasserie laissait le champ libre à sa concurrente Phoenix Beverages.
Page 1 of 107

Interview Popular Articles

Google+