23 July 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Pradeep Kumar Daby

Pradeep Kumar Daby

Roches-Brunes, environ 4 500 habitants. Presque tous des cadres du secteur privé, hommes d’affaires et une poignée de fonctionnaires. Une moyenne bourgeoisie hétérogène qu’il convenait de réunir, tant ils se méconnaissaient et projetaient l’image d’un quartier froid, et indifférents à ce qui n’était pas de leur monde.
Quelle est l’empreinte laissée par la colonisation sur les individus que cette entreprise des Européens a soumis à sa domination ? Si les combats de libération nationaux, quelle soit leur forme, ont parfois réussi à émanciper ces individus de la tutelle économique des pays-colonisateurs - mais aussi pour reprendre d’autres formes de coopération assimilées à la néo-colonisation - ces combats ont échoué à libérer les esprits de ce que Frantz Fanon appelait l’aliénation. 
Une situation politique en demi-teinte, sans réelle certitude, mais aussi un 'poker menteur', estime Malenn Oodiah, analyste politique et citoyen engagé qui, dans l'interview qui suit, passe en revue les derniers développements politiques à Maurice. « (...) J’étais et suis encore très inquiet des dérives potentielles », confie-t-il.
Dépendance aux drogues, perte de valeurs sociales, rejet des ‘vieux’… le malaise qu’éprouvent les jeunes mauriciens présente souvent les mêmes traits à d’autres pays. Audrey Kodye, psychologue, explique que la dépendance à l’égard des drogues illicites peut conduire certains jeunes  à  des actes asociaux, dont le vol au préjudice de leurs propres parents.
Toucher le fond, mais se donner les moyens pour remonter. Yoshika Audit, la trentaine, tient encore le moral au terme d’un procès éreintant impliquant son défunt mari et qui l’a entraînée dans les abysses. Mais c’était mal connaître la jeune femme, esthéticienne de formation et aujourd’hui recyclée dans la formation des jeunes de sa région.
Si les medias s’y intéressent, ce sera un album qui ne risque pas de passer inaperçu. En tout, son auteur pense que cette fois, « Electric Sega » connaîtra son vrai acte de naissance.
S'engager dans le débat citoyen, réagir aux décisions qui violent les droits des personnes dépourvues de moyens, c'est un choix d'action de l'universitaire Veena Ballgobin, pédagogue à l'UoM. Elle fait valoir que son 'instruction', payée des deniers publics, lui dicte d'agir pour que s'instaure une démocratie digne de ce nom.
« Notre industrie touristique est à un tournant, il lui faut affronter la concurrence en innovant », avance Satyajeet Soorjonowa, formateur, consultant et conférencier en Hotel Management and Hospitality. Détenteur d’un MBA dans ces matières, il explique qu’il faut investir dans tous les domaines du tourisme pour capter les marchés indien et chinois, tout en consolidant la clientèle européenne.
C’était des appartements de tous les maux sociaux. Pas parce que leurs habitants portaient en eux des gènes prédisposés à une vie asociale.
À chaque scrutin, il devient l’épouvantail des partis politiques traditionnels. Son restaurant est devenu l’épicentre des actions citoyennes. À Mahébourg, Georges Ah-Yan, un des porte-paroles du Forum des Citoyens libres (FCL), réfléchit sur l’échec de ces partis, l’hypocrisie et l’opportunisme de leurs dirigeants et loue l’engagement de Sheila Bunwaree. Georges Ah-Yan plaide pour un Parlement pluriel avec des députés indépendants, issus des forces vives.
Page 1 of 39

Interview Popular Articles

Google+