19 April 2015
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Christina Vilbrin-Le Bon

Christina Vilbrin-Le Bon

Saturday, 18 April 2015 09:28

Affaire BAI : Les 7 dommages collatéraux

L’affaire BAI est celle de la chute d’un géant. Mais, ce n’est pas seulement les compagnies du groupe qui sont affectés par l’affaire, mais aussi ses employés, ses clients, ses fournisseurs, ses actionnaires. Comment ces derniers vivent-ils toute cette affaire ? Le point !
Beaucoup a été dit sur le Groupe BA Investment depuis que les dirigeants politiques ont dénoncé « un Ponzi Scheme d’une vaste proportion qui dépasserait les Rs 25 milliards ». Jusqu’ici, il n’y a eu qu’un seul son de cloche. Dans un document remis à la presse vendredi, le Groupe BA Investment vient mettre les points sur les ‘i’. Il réfute, point par point et preuves à l’appui, les allégations qu’il juge « dénuées de tout fondement » faites à son encontre. En voilà les grandes lignes.
Les avis sont mitigés dans le monde des affaires depuis l’éclatement de l’affaire BAI. Si pour certains, cette affaire causera du tort à l’économie, pour d’autres, les répercussions peuvent être positives.
L’affaire BAI-Bramer pourrait causer du tort au secteur financier mauricien et impacter sur les transactions en Bourse, appréhende Imrith Ramtohul. Le Senior Investment Consultant chez Aon Hewitt livre son avis sur toute l’affaire.
La roupie a perdu 20 % de sa valeur face au dollar depuis janvier 2014. Ce raffermissement du billet vert n’est pas sans effet, selon les observateurs. Qui sont les plus touchés ? Le point. 
L’affaire Whitedot, les scandales de Ponzi Scheme et, tout récemment, la polémique autour du Super Cash Back Gold de la BAI. Toutes ces affaires impliquent des Mauriciens qui ont investi leurs économies avec la perspective de toucher des rendements alléchants. Qu’est-ce qui les incite à se tourner vers ces types de plan ? Explications. 
La baisse des taux d’intérêt sur les achats à crédit n’a pas eu l’effet escompté, explique Parlen Rengen, directeur de deux magasins d’électroménagers et d’ameublement. Du point de vue du consommateur, les économies réalisées sur les mensualités seront annihilées par l’appréciation du dollar. 
Iframac, Courts et Apollo Bramwell sont les trois filiales de la BAI qui seront vendues en priorité.  Des appels d’offres devraient être lancés dans les jours à venir.  Un plan d’action sur la BAI est également en préparation.
Un panel de légistes travaille actuellement sur le dossier des assurés du Super Cash Back Gold de la British American Insurance (BAI). Une plainte sera logée contre l’État et la Financial Services Commission dans les jours à venir. Quant aux assurés, ils organisent ce lundi une marche pacifique à Port-Louis.
On en sait plus sur la National Commercial Bank, la nouvelle entité bancaire dont l’unique actionnaire serait l’État qui remplacera la Bramer Bank. Elle sera opérationnelle lundi prochain et aura son siège à Ébène, soit dans les mêmes locaux que la défunte Bramer Bank, indique Said Lalloo, ex-président de la Financial Services Commission, qui assumera les fonctions de président au sein de la nouvelle banque.
Page 1 of 160