19 September 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Thursday, 08 November 2012 13:17

Abaim – 30 ans déjà ! Featured

Rate this item
(1 Vote)
Les membres se sont réunis  dimanche 28 octobre  au centre pour une journée de célébration. Les membres se sont réunis dimanche 28 octobre au centre pour une journée de célébration.
30 ans d’existence, 30 ans de chansons. C’est au rythme d’une musique typiquement locale qu’a évolué le groupe Abaim. L’heure est maintenant à la réjouissance.
30ans de combat. C’est aussi 30 ans d’avancement. Tout a commencé en 1982, et Abaim avait pour acronyme Association pour le bien-être des malvoyants. Aujourd’hui encore, les malvoyants ont une place de choix chez Abaim, mais l’organisation lutte aussi pour l’émancipation de la langue créole et au bon développement des enfants.

« Quand on regarde d’où on vient et ce qu’on a accompli durant ces 30 ans, c’est encourageant, et ça nous motive davantage pour concrétiser d’autres projets qui nous sont chers », fait ressortir Alain Muneean, l’un des responsables du groupe.

En attendant, l’heure est à la fête.
Les membres se sont ainsi réunis, le dimanche 28 octobre, au centre d’Abaim, rue Colonel Main­gard, Beau-Bassin, pour donner le coup d’envoi à une série d’activités dans le cadre de ses trente ans. Par ailleurs, les trente d’ans d’Abaim sont aussi l’occasion d’apporter du neuf au groupe. D’abord, il y a le nouveau logo, plus moderne et coloré. Ensuite, il y a le lancement du site web, www.abaim.mu. Une nouvelle vitrine où l’histoire d’Abaim est contée.

Au fil de ces trente ans, plusieurs vies ont changé. Les plus anciens y ont passé plus d’une vingtaine d’années. Les plus jeunes, eux, ont grandi avec Abaim. Aurélie Eléonore est de ceux dont la vie au quotidien est marquée par ce groupe. Elle a intégré le groupe Abaim à l’âge de 5 ans et, aujourd’hui, Aurélie est âgée de 20 ans. « J’ai été parmi les premiers enfants à avoir profité du programme d’accompagne­ment scolaire, qui est l’utilisation de la langue maternelle pour apprendre l’anglais par exemple », explique Aurélie.

Quinze ans plus tard, elle se retrouve à l’Université de Technologie de Maurice (UTM) sans pour autant délaisser Abaim. Elle fait partie du comité exécutif et actuellement, elle est en stage et travaille comme coordinatrice de projet. « Abaim, c’est l’école de la vie », indique-t-elle. « On y apprend à chanter et à danser, mais pas que ça ! Abaim permet aux enfants d'avoir un développe­ment intégral », estime la jeune femme.




Fateema Capery

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Magazine Popular Articles

Google+