07 July 2015
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Pradeep Kumar Daby

Pradeep Kumar Daby

Depuis deux ans, Matthieu Coret, bientôt 25 ans, préside aux destinées de Le Rocher, la première boîte de strip-tease à Maurice. Le jeune Managing Director, qui hérite d’une entreprise familiale, compte sur ses proches pour moderniser une enseigne qui doit aujourd’hui compter avec un concurrent quand bien même ‘bas de gamme’.
Aucune lumière ne semble attendre les artisans mauriciens au bout du tunnel. Les produits artisanaux chinois inondent plus que jamais le marché mauricien, s'échangeant à des prix dérisoires comparé à ceux des authentiques créations locales. À ce jour, il n'existe aucune législation qui réglemente le milieu de l'artisanat mauricien. Aux yeux de France Ditsylva, président de l'Arts & Crafts Association of Mauritius, une telle situation perdurera sans une politique de relance... 
Ses tableaux sont éparpillés aux quatre coins du monde, d’Alaska jusqu’en Amérique centrale, en passant par l’Afghanistan et des pays européens. Des compositions abstraites, des paysages ou encore des petits formats aux chromatismes chatoyants. Elle n’en est pas peu fière. Gilberte Marimootoo-Natchoo n’a jamais eu la reconnaissance officielle. à l’étage dédié à l’artisanat, le Craft Center, au Caudan Waterfront, le peintre a su se forger un espace et une identité.
Depuis 10 ans maintenant, depuis qu’il a été victime d’un cambriolage, Sanjay Reekhaye dirige une société engagée dans la surveillance, GPS Security, implantée à Rivière-du-Rempart. Selon lui, Maurice joue son image de destination touristique fiable si les autorités n’assurent pas une protection à toute épreuve de sa population d’abord, et des étrangers ensuite. Là où la police peine à servir, sa société entre en jeu avec une couverture sécuritaire, grâce à une logistique adéquate.
Comment concilier la passion et la raison, lorsqu’on est jeune et ambitieux dans une île Maurice où rien n’est gratuit, où les portes ne s’ouvrent que devant les surdiplômés ? Heerish Cheeneebash, qui correspond à ce profil, a très tôt compris qu’il lui fallait d’abord se trouver un job stable et parallèlement, s’investir dans sa passion, l’événementiel. Mais, cette voie est aussi parsemée d’embûches.
Au-delà de la rhétorique circonstanciée, c’est un regard sans complaisant que lance la pédagogue, Vina Balgobin sur les résultats du récent scrutin municipal. Sur le taux d’abstention, elle explique sans ambages que les citadins ont pris une décision « réfléchie ». Ce n’est pas de la paresse ou une absence de motivation pour exercer son devoir civique, fait-elle ressortir.
Il porte un nom qui évoque d'emblée le métier qu'il exerce : Hazra, marchand briani. Son lieu de travail : Quatre-Bornes. Au royaume du briani, Hazra (Sadullah Mosafer pour l'état civil), s'est forgé une réputation de perfectionniste qui ne s'est jamais démentie, grâce a une clientèle huppée. À telle enseigne qu'elle lui a valu des petites mesquineries provoquant « la guerre des brianis » à la route Royale, à Quatre-Bornes. Mais, aujourd'hui, c'est de l'histoire ancienne, et le spécialiste du briani a diversifié son business.
La problématique que pose la question de la sexualité a secoué Maurice ces derniers mois. Quelles réponses doit-on donner aux interrogations qui se posent dans les cours des collèges ou au sein des familles ? Auteure d’un ouvrage lancé la semaine dernière, « Sexuality Education for the Family », Mila Dhunnookchand tente une analyse de la situation, forte de ses expériences sur le terrain.
Attention ! Voilà une jeune femme qui cultive le paradoxe naturellement. Patricia Bhugowandeen, 23 ans, mariée, photographe et web designer, est en équilibre entre son souci d’indépendance et sa proximité intégrale avec sa famille. La tête pleine de projets, la jeune Portlouisienne veut s’inscrire dans une école de photographie à Paris, avant de parcourir le monde avec mari et enfant.
Il a la bonne humeur contagieuse. Raj Gokhool, la quarantaine, balade son sourire, son dynamisme et son côté positif, de collèges privés en hôtels, avec en bandoulière l’art théâtral auquel il préfère celui de la communication.
Page 1 of 52
Podcasts