23 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Monday, 14 January 2013 12:00

Fugue – Des ados souvent en détresse Featured

Rate this item
(1 Vote)
Pour de nombreux adolescents, fuguer est synonyme de liberté. Cependant, fuguer reste un moyen pour ces jeunes
de dire haut et fort que les choses vont mal.
Elle aurait passé tout un mois loin de chez elle. C’est peu avant Noël que la police a pu mettre la main sur Anna (prénom fictif), âgée de 13 ans, qui s’était enfuie de chez elle le 25 novembre 2012.

La raison de sa fugue, selon sa mère, n’est autre que son amant, Satyam M., 35 ans, un habitant de L’Escalier. C’est en effet chez celui-ci que la police a retrouvé Anna. Lors de son interrogatoire, elle a avoué avoir eu des relations sexuelles avec Satyam M., alors qu’elle était chez lui.

Dans la plupart des cas, les fugueuses échappent à la vigilance de leurs parents pour se réfugier chez un petit ami souvent bien plus âgé qu’elles. Ainsi, Shenaz (prénom fictif), 15 ans, s’était enfuie de sa maison pour se réfugier chez son petit ami Kaviraj, 23 ans, en octobre 2012. Ce dernier, déjà père de deux enfants, avait déjà été arrêté pour le même délit dans le passé. Ne voyant pas d’un bon œil cette relation, les parents de la jeune fille s’étaient opposés à cette amourette, ce qui aurait poussé Shenaz à fuguer pour être avec son ami.

Les cas de fugue sont assez fréquents chez nos jeunes mauriciennes. La plupart des cas rapportés dans la presse locale concernent principalement des jeunes filles âgées entre 12 et 17 ans. Si certaines fuguent par amour, d’autres, en revanche, se retrouvent dans une telle impasse que fuguer devient la meilleure des solutions.

On se souvient de cette jeune fille de 12 ans qui avait fugué en août dernier à cause du comportement de son beau-père. Elle était partie suite à une querelle avec ce dernier. Sa mère a alerté les autorités concernées et la police a pu la retrouver le même jour.

Interrogée par les enquêteurs, elle a finalement craché le morceau. Elle relate que le motif de sa fugue serait les attouchements sexuels commis par son beau-père sur elle. Ce ne serait pas la première fois que ce dernier aurait eu de tels gestes à son égard, a-t-elle précisé aux policiers.

Cependant, la mère de la jeune fille, tout comme le beau-père, réfute les allégations de l’adolescente.
Parmi les nombreuses raisons qui pousseraient les jeunes à fuguer, le Dr Pavi Ramhota, sociologue, parle de modernisme et de nouvelles technologies qui mettraient en péril la bonne entente familiale.

« Les progrès technologiques ont de nombreux impacts sur la famille. Aujourd'hui, un adolescent trouve son bonheur dans son ordinateur et sur internet. Le temps où les jeunes plongeaient la tête dans un livre est révolu. Les librairies sont vides et ces jeunes préfèrent de loin d’autres activités comme les GameHouses », soutient le sociologue.

S’agissant des valeurs familiales qui régissaient toute la famille dans un passé pas très lointain, Pavi Ramhota est catégorique : « Plusieurs familles s’y prennent mal au niveau de la socialisation de leurs enfants. Dès l’enfance, les jeunes sont plongés dans un monde matérialiste et de luxe mais surtout, ils obtiennent tout ce qu’ils demandent. Le jour où rien n’arrive comme prévu, ils fuguent.

Les familles doivent réapprendre à instaurer les bonnes vieilles valeurs familiales. Manger en famille, sortir en famille, regarder la télé en famille peuvent être bénéfiques pour construire des bases solides entre les membres d’une même famille. Les jeunes deviennent de plus en plus individualistes, ce qui est très mauvais, surtout que les familles deviennent de plus en plus nucléaires. Il n’y a plus de grands-parents pour aider à créer ce cocon quand les parents sont au travail », souligne le Dr Ramhota.

Pavi Ramhota est aussi d’avis que les fréquentations d’un jeune peuvent le pousser à fuguer à un moment de sa vie. « La pression des amis peut aussi inciter un jeune à fuguer, ceux-ci lui conseillant d’ignorer l’autorité qu’exercent ses parents sur lui », explique-t-il.

Ce que doivent faire les parents quand leur enfant fugue
Selon un officier de police, les parents doivent tout de suite signaler la disparition de l'enfant s’il est encore mineur. « Normalement, il faut attendre 24 heures à partir du moment où l’adolescent a disparu pour lancer toute recherche. S’il ne réapparaît pas,l’enfant est alors déclaré ‘missing’. C’est la police qui entame les recherches suivant les procédures établies. Si un parent sait où se trouve son enfant mais ne peut aller le chercher, un magistrat émettra un Warrant contre la personne qui est soupçonnée cacher l’enfant pour que la police puisse perquisitionner sa maison. Cette personne peut être poursuivie », explique l’officier.

Vijay Ramanjooloo, psychologue : « Quelles sont les raisons qui poussent les adolescents à fuguer ? »
Il y a différentes raisons qui poussent un jeune à fuguer. Ces raisons sont souvent associées au processus de développement. La personnalité de l’adolescent est en construction et il se retrouve donc à une étape entre l’enfance et l’adolescence. Il est bouleversé physiquement aussi bien qu’émotionnellement. Ce processus peut faire qu’il s’éloigne de ses parents pour être plus proche de ses amis. Des gens auxquels il peut s’identifier.

Les conflits à la maison peuvent s’amplifier avec l’adolescence. Cette période correspond aussi au moment où l'individu commence à s’affirmer. Il dit ce qui lui plaît et surtout, il apprend à dire non à ses parents. Ce qui est tout à fait normal. Dire non est signe qu’un enfant grandit et qu’il cherche à créer sa propre personnalité. L’adolescent remet aussi souvent en cause les structures familiales. Ces nombreuses raisons peuvent expliquer pourquoi un adolescent a fugué.

> Les parents doivent-ils s’inquiéter de ce comportement ?

Oui, car l’adolescent n’est pas souvent le seul à blâmer. Les parents doivent s’interroger et remettre en question la qualité de la relation qui existe entre parents et enfants. Fuguer est un moyen pour l’adolescent d’exprimer son mal-être et sa frustration. Si un jeune a fugué, c’est qu'il n’a pas trouvé de meilleure solution. Peut-être qu’il n’y a pas eu assez de dialogue entre parents et enfant.

> Un jeune qui a fugué peut-il recommencer ?
Dans certains cas, l’adolescent ne récidive pas car tout s’est arrangé avec ses parents. Dans d’autres cas, en revanche, l’adolescent estime que la fugue est un moyen d’attirer l’attention. C’est pour cela que je conseille aux parents de régler la source du problème pour éviter toute récidive. Les parents sont souvent aussi fautifs que les enfants. Ceux qui fuguent sont comme ceux qui font une grève de la faim. Quand ils n’obtiennent pas ce qu’ils souhaitent, ils emploient les grands moyens.

Témoignages
Marie : « Ma mère me privait de tout »
Elle a aujourd’hui 31 ans et est mère de famille. Cependant, elle n’oubliera jamais ce qu’elle a fait vivre à sa mère alors qu’elle était âgée de 16 ans. Elle dit toutefois regretter son geste même si cela lui a permis de goûter à « la liberté » pendant trois jours.

« Je suis issue d’une famille très conservatrice où toute forme de plaisir était interdite. Quand j'étais collégienne, j’avais des amis qui écoutaient un style de musique, qui lisaient des magazines pour ado, qui sortaient entre eux mais moi, je n’en avais jamais le droit. Et surtout, les flirts étaient interdits. J’étais la seule fille de ma famille, car j’ai deux frères, mais nous étions traités différemment », raconte Marie.

À 16 ans, elle rencontre un garçon, qui est aujourd’hui le père de ses trois enfants. N’ayant jamais connu l’amour auparavant, elle s’amourache de ce garçon au grand dam de sa mère. « C’est par les rumeurs que ma mère a appris notre relation. Elle m'a interdit de le voir et, un jour, après une dispute à ce sujet, je suis partie de la maison pour aller chez mon petit ami. Ses parents ne voulaient pas que je reste et au bout de trois jours, ils m’ont ramenée chez moi. Durant ces trois jours, j’ai eu un sentiment assez étrange.

J’aimais être avec mon petit ami mais en même temps, j'étais angoissée à propos de ce que ma mère allait faire. J’étais partagée entre la satisfaction et le regret. Ma mère, entre-temps, est allée voir la police, mais je suis rentrée avant que les choses ne dégénèrent davantage », se souvient Marie.
Aujourd’hui, elle est mariée à son petit ami de l'époque et ils ont trois enfants. Mère de deux fillettes, elle ne voudrait pas que celles-ci fuguent. « C’est un scandale familial qu’il faut à tout prix éviter », dit-elle.

Nathalie : « Les ragots des gens sont insupportables »
Nathalie est une mère dont la fille a fugué l’année dernière. « Ne pas savoir où se trouve son enfant est très angoissant. Comment dormir quand on ne sait pas où il dort, avec qui il est et ce qu’il fait. »

Sa fille, une mineure de 15 ans, avait déserté le toit familial pour aller chez son amant. « Nous savions où elle était, mais il fallait attendre que la police aille la chercher. Elle avait disparu pendant une semaine. Quelques membres de ma famille m’ont accusé d’avoir mal élevé ma fille mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que vous pouvez surveiller votre enfant autant que le voulez, il trouvera bien le moyen de fuguer s’il le veut. Les ragots des gens à ce sujet me sont insupportables », dit-elle encore bouleversée.




Melanie Duval

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Societé Popular Articles

Google+