31 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Tuesday, 15 January 2013 10:32

2013 – Les attentes Featured

Rate this item
(1 Vote)
2013 est synonyme de combat pour certains, à l’instar d’Ashok Subron ou de Hector Tuyau, afin d’assurer le bon fonctionnement du pays. Pour d’autres, le développement sera le maître-mot cette année, afin d’offrir aux Mauriciens une meilleure distribution d’eau et concrétiser des projets routiers, entre autres. Bref, une année qui s’annonce plutôt bien !
Le Premier ministre, Dr Navin Ramgoolam, a jonglé entre discours politiques, bilans et projets dans son message aux Mauriciens à l’occasion du Nouvel an. Pour 2013, le Chef du gouvernement annonce que Maurice sera « un grand chantier » avec des projets routiers, la construction d’une nouvelle aéro­gare et d’une nouvelle université. Il a fait ressortir que le projet métro-léger a démarré et a reconnu qu’il existe « enn problem delo ».

Dans cette optique, il a annoncé que le rapport singapourien sur l’eau potable est prêt et que les recommandations seront appliquées « selon un calendrier précis ». Le Premier ministre s’est félicité que « le taux de criminalité est en baisse » et a promis davantage de moyens pour moderniser les services de la police, avant de confirmer que le permis à points sera introduit.

De son côté, pour cette nouvelle année, le président de la République, Kailash Purryag, annonce qu’il mettra davantage d’accent sur la « consolidation de l’unité nationale ». Il estime que c’est l’harmonie qui règne entre les différentes communautés qui permet le développement de notre patrie depuis l’Indépendance. « Tous les étrangers sont émerveillés par l’harmonie qui règne dans notre pays », a fait ressortir le Prési­dent. Autre point sur lequel s’est appesanti Kailash Purryag : la lutte contre la pauvreté. « La pauvreté n’est pas une fatalité », a-t-il dit. Il a aussi rappelé les moyens mis en œuvre tant par le gouvernement que par le secteur privé pour combattre la pauvreté, cette nouvelle année. « Avec la confiance en soi, on peut sortir de la spirale de la pauvreté », a-t-il affirmé.

Lois du travail : amendements ou pas ?
Outre le Premier ministre et le président de la République, plusieurs acteurs ont un rôle majeur à jouer sur la scène nationale en 2013. En premier lieu, Ashok Subron, qui milite contre les amendements aux lois du travail. L’animateur de la General Workers’ Federation (GWF) et de Rezistans ek Alternativ se montre critique envers les amendements aux lois du travail proposés par le ministre Shakeel Mohamed. Selon lui, cela représente « un gros cadeau empoisonné ».

Les amendements proposés aux deux lois du travail suscitent la « révolte » des syndicalistes. Ashok Subron envisagera par « tous les moyens possibles » d’empêcher un vote éventuel à l’Assemblée nationale à la rentrée. Il réclame le retrait de ces deux documents. « Il n’est pas question que ces deux projets de loi déposés soient votés. Il faudra nous passer sur le corps », dit-il. Ce mouvement de protestation syndicale est composé des membres de la GWF, du Joint Negociating Panel (JNP), de l’industrie sucrière et de la Fédération des Travailleurs Unis (FTU).

L’année 2013 verra, une nouvelle fois, le combat assidu du Chef-Inspecteur Hector Tuyau contre les hauts-gradés. Il réclame à tout prix un syndicat de la force policière. « Comme en 2012, je me battrai encore. L’article 17 de la ‘Police Act’ va à l’encontre des clauses de la Constitution, de l’Employment Relations Act, des règles d’égalité des chances et s’avère être contraire aux conventions du Bureau international du travail (BIT) dont Maurice est signataire », confie-t-il. Le CI Hector Tuyau et le sergent Jaylall Boojhawon estiment que la police doit être considérée au même titre que les gardiens de prison et les pompiers.

Pour le président du Comité Olympique Mauricien (COM), son combat est loin d’être terminé. Philippe Hao Thyn Voon espère finalement qu’en 2013, la Sports Act sera amendée pour éliminer tout conflit au sein des fédérations. Selon lui, le mal au niveau des fédérations se situe au niveau de la ‘Sports Act’ qui n’est pas en conformité aux lois internes des fédérations. Par exemple, comment expliquer le fait que certaines fédérations fonctionnent sans comités régionaux ? C’est au ministère de faire respecter la loi et de ne pas adopter une politique de deux poids, deux mesures.

Résoudre le problème de l’eau pour éviter la catastrophe
Le Premier ministre l’a souligné dans son message le 1er janvier dernier. Le gouvernement, conscient des « tracas par rapport aux problèmes d’eau », prendra le taureau par les cornes cette année. Pour 2013, plusieurs importants travaux devraient aussi se poursuivre, afin d’améliorer la distribution d’eau. L’année dernière, des travaux s’élevant à quelque Rs 500 millions ont été réalisés à Camp- Fouquereaux/Alma, Quartier-Militaire/Mont Ida-L’Unité, Plaine-des-Papayes/Triolet et Pierrefonds.

D’autres travaux, en cours à Balisson, Beemanique et Riche-en-Eau/Ferney, s’élevant à quelque Rs 200 millions, seront achevés d’ici août 2013. Ces différents travaux devraient permettre d’améliorer la fourniture d’eau pour quelque 150 000 abonnés de la CWA. Afin de résoudre l’épineux problème de l’eau non-comptabilisée (Non-Revenue Water), des travaux de remplacement de tuyaux se poursuivront. Ils concerneront environ 1 500 kilomètres de tuyaux les 10 années à venir.

La réforme électorale se fait toujours attendre
Cette année encore, le débat incessant sur la réforme électorale devrait se poursuivre. D’ailleurs, deux développements majeurs devraient aussi donner l’orientation que prendront les choses. Premièrement, en Cour suprême ce mardi, l’État devra faire connaître sa position concernant le « constitutional challenge », porté par ‘Rezistans ek Alternativ’, concernant le rejet de plusieurs candidatures lors des élections générales de 2010. Et deuxièmement, l’État mauricien dispose de moins de deux mois pour prendre les mesures nécessaires selon l’« Optional Protocol » que Maurice a signé sous le ‘Civil and Political Covenant’ des Nations unies.

Le 31 octobre 2012, le Comité des droits humains des Nations unies avait donné gain de cause à Rezistans ek Alternativ, qui avait contesté la classification ethnique et religieuse des candidats aux élections. Ce qui est intimement lié au ‘Best Loser System’. Un délai de six mois avait été accordé à l’État mauricien pour prendre les mesures qui s’imposent. Michel Chiffonne, membre de ‘Rezistans ek Alternativ’, avance trois amendements à la Constitution : « On demande trois amendements pour la réforme électorale où on devra inclure l’élimination de toute forme de communautarisme dans la Constitution. Ensuite l’introduction du terme « séculier » dans la Constitution et finalement l’introduction dans notre Constitution, des conventions préconisées par les Nations unies sur les droits économiques, sociaux et culturels. »

Le dur combat contre le chômage
Le taux du chômage est en légère hausse. Il s’élève à 8 % en 2012 contre 7,9 % en 2011, selon Statistics Mauritius. On dénombre à ce jour 47 100 chômeurs dans le pays, dont 20 500 seraient âgés de moins de 25 ans. Un nombre qui est appelé à augmenter en 2013, même si la Mauritius Employers Federation (MEF) ne prévoit pas de « licenciements massifs ». Si le Budget 2013 prévoit une série de mesures visant à rendre les chômeurs « employables », la bataille n’est pas encore gagnée.

D’autant plus qu’en cette période de crise, les entreprises rechignent à recruter des gens et à créer de nouveaux emplois. Pour Jane Ragoo, présidente de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), « le nombre de nouveaux postes qui sont créés, notamment dans la Zone Franche, sont des emplois à valeur ajoutée, haut de gamme. » De plus, elle affirme que beaucoup de femmes n’ont pas le know-how et perdent leur travail. Selon elle, « le fait d’avoir recours aux travailleurs étrangers ne fait qu’empirer les choses. Les étrangers acceptent de travailler la nuit. Ils viennent seuls et, donc, n’ont aucune obligation familiale. »

La mise en place de l’Utility Regulatory Authority
Le développement principal du secteur de l’énergie pour cette année sera sans doute la mise en place d’une Utility Regulatory Authority (URA). Celle-ci enlèvera certains pouvoirs au Central Electricity Board (CEB), dont le rôle de juge et partie a souvent été critiqué. L’URA aura pour tâche de définir les tarifs d’électricité pour le grand public, mais aussi les tarifs d’achat d’électricité du CEB auprès des producteurs indépendants. Cette nouvelle entité aura aussi un pouvoir décisionnel sur tout ce qui a trait aux énergies renouvelables.

En 2013, l’on devrait être plus avancé sur le projet CT Power, calé sur la ligne de départ depuis plus de cinq ans. Cette année sera décisive pour ce projet très controversé de centrale à charbon à Pointe-aux-Caves, Albion.

Le retour de l’inflation
L’inflation occupera les devants de la scène économique cette année. Pour le Gouverneur de la Banque de Maurice et certains économistes, l’inflation reprendra du poil de la bête en raison de plusieurs facteurs : le paiement du PRB en janvier, la dépréciation de la roupie, la cascade d’augmentations des prix des produits alimentaires, la menace d’une hausse des prix de l’essence et du diesel et les majorations de prix dans le dernier Budget (hausse des prix des cigarettes, des boissons gazeuses et alcoolisées et du sirop…).

L’Économiste Éric Ng avance que le retour de l’Inflation était attendu. « Si en 2012, l’inflation a connu une baisse, par contre, cette année-ci, on prévoit une hausse. Cela est dû à la dépréciation de la roupie et la crise alimentaire sur le marché international. En 2013, la hausse des prix du carburant est inévitable. Avec le PRB également, la tendance augmentera. Si la Banque de Maurice avance déjà un taux d’inflation à 5,7 %, j’affirme que la barre sera en dessous des 5 % », confie-t-il.

Les procès très attendus
Ils sont nombreux, les procès qui sont suivis avec une attention particulière par les Mauriciens. Si certains ont déjà débuté en Cour, d’autres le seront en 2013. Parmi les prévenus, on retrouve des politiciens, des avocats, d’anciens ministres, des hauts-cadres du secteur privé, du gouvernement et du monde des affaires.

À l’instar de deux hommes d’affaires, Rohit Auckle et Rooplall Beerjeraz ; l’ancien directeur général de la DBM, Benyram Chooramun, poursuivi pour abus ; l’homme d’affaires Raffick Peermamode est en attente d’une décision de la Cour intermédiaire dans l’Affaire Bel Air Sugar Estate ; le procès d’Ajay Gunness, ancien ministre des Infrastructures publiques, ou encore celui de Dhaneswar Soobrah, ancien directeur général de la Development Works Corporation (DWC). Ils sont poursuivis devant la Cour intermédiaire. Puis, il y a l’affaire Showkutally Soodhun, l'assassinat de Denis Fine, le cas du magistrat Beeharry et celui de Marie Linley Savriacooty pour fausse déclaration, entre autres… Des procès qui défrayent toujours la chronique !

Ce qu’en pense le public…
Juanita Marie, 33 ans, Curepipe » : « Vivre en parfaite harmonie »
Elle souhaite une parfaite harmonie dans la société mauricienne. « Pour cette nouvelle année, je prie pour que les Mauriciens fassent preuve de plus de moralité et s’adonnent à la spiritualité pour que nous puissions vivre en parfaite harmonie. »

Ameera Peer, 24 ans, L’Escalier : « Réduire le nombre d’accidents »
Cette habitante du Sud s’attend à ce que tous les Mauriciens puissent accéder à une meilleure qualité de vie. « Il est vraiment difficile de s’en sortir avec le coût de la vie qui ne cesse de grimper. J’espère aussi que nous ne connaîtrons pas autant d’accidents de la route cette année, en comparaison avec l’année dernière. »

Anand Rajcoomar, 40 ans, Fond-du-Sac : « Cesser avec les fausses promesses »
Il espère plus de pouvoir d’achat et moins de fausses promesses. « Tout devient trop cher et la classe moyenne n’arrive plus à garder la tête hors de l’eau. De nombreux Mauriciens ont besoin de stabilité financière et j’espère que les politiciens ne feront pas de fausses promesses et qu’ils prendront des décisions en vue d’alléger notre fardeau. Le chômage gagne du terrain et la lutte contre la pauvreté sera un nouveau défi pour le pays cette année. »

Mahendra Ramsamy, 14 ans, Rose-Hill : « Avoir la tablette comme promis »
« J’espère que le gouvernement tiendra sa promesse en nous offrant une tablette tactile qui nous aidera dans nos études. Cela nous ouvrira les perspectives pour l’apprentissage numérique. Elle facilitera l’accès à une montagne d’informations stockées en ligne et nous permettra d’effectuer des recherches et de développer nos aptitudes. »

David T., 21, Plaines-Wilhems : « Baisse du prix des cigarettes et des boissons alcoolisées »
Pour 2013, David souhaite la création d’emplois. Dans un autre régistre, il souhaite la baisse du prix de la cigarette et des boissons alcoolisées. « Pour éviter le chômage, le gouvernement doit créer plus d’emplois. Cela peut se faire avec des innovations, de nouvelles stratégies et en incitant les entreprises à recruter. Mais je souhaite également la révision à la baisse, du prix de la cigarette et des boissons alcoolisées pour cette année et que le ministre des Finances n’augmente plus les prix. »







Cedric Ramasawmy

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Societé Popular Articles

Google+