22 December 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like

Un policier de carrière s’est vu déchu de l’autorité parentale sur son fils de quatre ans. Cela, après que la mère du petit garçon ait obtenu un ordre de la Cour suprême en ce sens. La décision a été prononcée par la juge Gaytree Jugessur-Manna le 19 décembre dernier.
Daniel Larose et Nathaniel Ravina ont retrouvé la liberté conditionnelle après leur comparution, le 17 décembre dernier, devant le tribunal de Rodrigues. Ils sont soupçonnés d’avoir tué Rosita Cupidon.
À l’issue de son procès en Cour intermédiaire, un habitant de Tranquebar, âgé de 31 ans, a obtenu le bénéfice du doute. Il était accusé d’avoir abusé de sa fillette, alors âgée d’un an et demi. Lors de son procès, le père a plaidé non coupable.
La Cour de district de Pamplemousses a refusé d’émettre un ordre d’injonction comme réclamé par une habitante de Pamplemousses. Cette dernière recevra néanmoins des dommages de Rs 33 000 de sa locataire, somme représentant le loyer impayé pour 11 mois.
Il est poursuivi pour pot-de-vin allégué. Le constable Ravi Ramsing a obtenu une décision favorable du tribunal visant à annuler la présentation d’une conversation enregistrée sur portable et jugée préjudiciable pour lui.
La Cour intermédiaire a condamné un musicien de 25 ans à une amende de Rs 10 000 après qu’il eut été reconnu coupable de possession illégale de munitions.
Mohammad Zyaad Kurmallee, un mécanicien de 26 ans, et Avinash Ramburn, aussi connu comme Ali Baba, un aide-chauffeur de 24 ans, ont été jugés coupables par la cour intermédiaire, dans une affaire de chèque sans provision.
Jugé coupable d’escroquerie en Cour intermédiaire, Samy Govinden s’en est sorti avec la liberté surveillée. Ce directeur de compagnie, aussi connu comme Ganesh, avait escroqué Rs 155 000 à un planteur de 47 ans.
Initialement, il était poursuivi pour coups et blessures ayant causé la mort de Jacques Dartagnan Pate, sans intention de le tuer. Alain Michel Désiré Séblin, un maçon de 26 ans, échappe ainsi à la prison. À l’issue de son procès, la Cour intermédiaire l’a reconnu coupable d’agression et il bénéficie d’une liberté conditionnelle.
Le présumé chef du gang des encagoulés, Louis Steven Franco Ritta, a été disculpé par la Cour intermédiaire, jeudi, pour attentat à la pudeur sur une étudiante en 2011. Le témoignage de celle-ci comportait plusieurs contradictions.
La Cour intermédiaire a reconnu coupable un homme qui a saoulé sa fille de 11 ans pour permettre à son ami d’abuser d’elle. L'ami a, lui, été jugé coupable de « causing a child to be sexually abused ». Ils connaîtront leur sentence ultérieurement.
Poursuivi en Cour intermédiaire pour entente délictueuse et recel, Shanawaz Sayedchane (32 ans), un habitant de la capitale, a été condamné à quatre ans de prison. Sous la première charge, il était reproché d’avoir agi de concert avec deux habitants de Vallée-Pitot, en janvier 2013, pour se débarrasser des objets provenant du cambriolage d’une maison à Plaine-Verte.