29 July 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Thursday, 17 January 2013 12:00

Meurtre de Marie Georges Claude de Lapeyre – Jean Lido Gentil écope de 27 ans

Rate this item
(0 votes)
Jean Lido Gentil, un maçon de 23 ans, a été condamné, par le juge Benjamin Marie-Joseph, de la cour d’assises, à 27 ans de prison pour le meurtre de son ancien patron Marie Georges Claude de Lapeyre, 57 ans. Le crime a été commis le 7 juin 2008, à Pailles, dans la ferme de la victime.
Habitant de Baie-du-Tombeau, Jean Lido Gentil faisait l'objet d’une accusation d’assassinat. À l’ouverture du procès lundi, il a plaidé coupable sous une accusation commuée de « manslaughter ». Il était défendu par Me Shyam Servansigh. La poursuite était représentée par Mes Rajkumar Baungally, Pravin Harrah et Nitisha Seebaluck.

Les circonstances entourant le crime sont relatées par le prévenu dans ces dépositions produites devant la justice. Marie Georges Claude de Lapeyre était âgé de 57 ans. Il a été retrouvé gisant dans une mare de sang par sa concubine de 23 ans. La victime a été poignardée et égorgée.

Il ressort que Jean Lido Gentil était familier avec la ferme de la victime, car il y travaillait quelques années avant de commettre ce délit. Selon les aveux du prévenu, il avait planifié avec un ami, D.T., de cambrioler le coffre-fort qui se trouvait dans la ferme de la victime, et ce deux mois avant le crime.

Il pensait alors que le coffre-fort contenait environ Rs 300 000. Le soir du délit, selon le prévenu, il a affirmé avoir pris possession d’une arme tranchante dans le but de se défendre. Il a évoqué que D.T. l’a conduit à proximité de la ferme de la victime. Il a ensuite grimpé sur un climatiseur pour avoir accès à une fenêtre, qu’il a brisée pour pénétrer dans une chambre.

Aussitôt dans la pièce, Jean Lido Gentil a soutenu qu’il cherchait l'argent dans l’armoire lorsqu’il a été pris en flagrant délit par la victime. Il a affirmé avoir eu une altercation avec la victime. C’est alors qu’il lui a infligé plusieurs coups de couteau. Après l’acte, il a pris la fuite avec le coffre-fort. Puis, ils se sont rendus chez D.T. et ils l'ont forcé avec un burineur. Celui-ci ne contenait que Rs 10 000.

Selon le rapport médical de l’ancien médecin légiste, le Dr Satish Boolell, il a été révélé que la victime portait sept blessures, notamment au cou, au bras droit et aux épaules. Le coup fatal a été « the stab wounds » au cou.



Le Défi Quotidien

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Tribunaux Popular Articles

Google+