02 April 2015
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin

Une légère dépréciation de l’euro avec une appréciation du dollar : et c’est parti pour le secteur privé de tirer le signal d’alarme en vue de relancer le débat pour une roupie « compétitive » qui sous-tend dévaluation. 
On a assisté, durant la période de fin d’année, à une compétition effrénée entre les différentes grandes-surfaces (supermarchés, hypermarchés et autres centres commerciaux) afin de créer une frénésie d’achats parmi la population.
Après l’installation du nouveau régime, il faut passer aux choses sérieuses et s’attaquer aux problèmes urgents du pays. Les défis sont nombreux dans plusieurs secteurs et en particulier, celui de l’éducation. 
Monday, 29 December 2014 08:00

Tengur tire la sonnette d’alarme

Written by
Dans deux lettres adressées respectivement à la ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun, et au ministre de la Protection des consommateurs, Ashit Gungah, le syndicaliste et président de l’Association pour la Protection des Consommateurs, Suttyhudeo Tengur, tire la sonnette d’alarme sur des problèmes confrontant ces deux ministères.
Elections around the world are globally recognised for evoking high rising emotions of anticipation, optimism, fear and magic moments. The Mauritian general election held last week was no exception.  This was a clear cut opportunity for Mauritians to voice out their frustrations and concerns over issues which penetrate and affect their lives personally.
Thursday, 18 December 2014 07:00

Le peuple a parlé

Written by
Democracy Watch salue le vote démocratique de la population pour un changement de gouvernement. Nous nous réjouissons plus particulièrement de l’humilité avec laquelle les principaux dirigeants de l’Alliance Lepep ont accueilli, non pas une victoire, mais une élection populaire, une mission, don du peuple aux politiciens, ayant présentement sa confiance.
Thursday, 18 December 2014 07:00

La responsabilité des élus minoritaires

Written by
La défaite de Navin Ramgoolam n’est pas surprenante. L’électorat a jugé le gouvernement sortant après neuf ans au pouvoir et a été à même de le basculer à travers un ‘protest vote’. Le pourcentage ‘dépôt fixe’ n’a pas été suffisant pour faire élire l’alliance PTr-MMM. Plusieurs raisons ont contribué à cela. Tout d’abord, des projets impopulaires ont suscité un remous au sein de la population, notamment la nouvelle carte d’identité, les ‘Speed Cameras’, le métro léger, le permis à points et la 2e République.
Texte : Ramgoolam à Pailles : « Inacceptable qu’un diplômé soit chômeur, en 2014 » (L’Express du 17 novembre 2014).
Commentaire : En supposant que cela puisse être vrai, qui peut en être le premier responsable sinon le gouvernement sortant, dirigé par Navin Ramgoolam ? Dans ce cas, comment le demi-chef de l’Alliance MMM-PTr peut-il être aussi sévère, sinon injuste, à son égard.
Wednesday, 03 December 2014 10:30

Le dilemme de la MBC

Written by
Texte : « La MBC ne changera pas, sans le départ de Callikan ». Déclaration de Bérenger, reprise par toute la presse.
Commentaire : Quelques jours avant la dissolution du Parlement, alors que les négociations entre Bérenger et Ramgoolam venaient d’aboutir, la population apprenait que le PM a renouvelé le contrat de Dan Callikan, directeur général de la Mauritius Broadcasting Corporation.
Tuesday, 02 December 2014 08:27

A woman for President

Written by
This is the first time in the history of Mauritius that two women have been asked to hold high level offices.  Professor Ameenah Gurib-Fakim as President of the Republic of Mauritius under the Lepep Alliance  and Françoise Labelle as Speaker of the Legislative Assembly under the PTr- MMM Alliance.
Texte : M. Irfan Rahman justifie l’augmentation de 600% de la caution des candidats (Le Défi /L’Hebdo du 16 novembre 2014).
A) Le pourquoi d’une nécessité absolue d’un système semi-présidentiel aux variantes mauriciennes et françaises à L’île Maurice
Le peuple dans son ensemble, soucieux d’un État démocratique et de l’intérêt général, ne doit pas être la victime permanente des vicissitudes politiques mauriciennes. N’importe quel citoyen mauricien dira ceci :  ‘’sa banne politiciens ici, zotte pren nou pou bourrique’’.