03 September 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Tuesday, 22 January 2013 12:22

Brutalité policière alléguée – Arrêté pour vol, le soudeur se retrouve à l’hôpital Featured

Rate this item
(0 votes)
Le Complaint Investigation Bureau (CIB) est appelé à enquêter dans le cas de David, un soudeur de 20 ans. Ce dernier allègue avoir été victime de « brutalités policières » au mois de novembre 2012. Le père du jeune homme a porté plainte.
David soutient avoir été tabassé par des officiers de la Criminal Investigation Division (CID) de Curepipe, alors qu’il était retenu dans le cadre d’une affaire de vol de motocyclette. Après cette interpellation, c’est à l’hôpital Victoria, de Candos, que John, le père du soudeur, dit l’avoir revu. « Mon fils avait des hématomes sur tout le corps. Il a dû passer une radiographie », relate-t-il.

Selon John, son fils a  refusé de reconnaître son implication dans le délit pour lequel il avait été arrêté. « Le 12 novembre 2012, des officiers de la CID de Curepipe ont débarqué chez moi pour arrêter mon fils pour vol de moto. David dit avoir été battu parce qu’il a nié son implication dans ce vol », explique John. Le père d’ajouter que son fils avait déjà été arrêté en juillet 2012, pour un autre cas de vol de motocyclette. L’affaire sera entendue par la justice en mars 2013.

Une déposition a été consignée au Complaint Investigation Bureau de Rose-Hill et une autre à la Human Rights Commission. « J’ai retenu les services d’un avocat pour réclamer justice, en espérant que des actions seront prises contre ces officiers et cette pratique qui déshonore les forces de l’ordre », explique le père.



Sabine Lourde

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Xplik ou Cas Popular Articles

Google+