26 November 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Wednesday, 23 January 2013 12:00

Au collège Imperial – La discipline en cours ne fait pas l’unanimité Featured

Rate this item
(6 votes)
Les réglements de l’école sont jugés « excessifs ». Les réglements de l’école sont jugés « excessifs ».
Le collège Imperial, à Curepipe, s’attire les foudres de certains parents. Ces derniers déplorent la « discipline rigoureuse » appliquée au sein de cet établissement. La direction du collège parle d’ « exagération ». En l’absence d’une plainte formelle, la PSSA dit ne pouvoir agir.
À chaque rentrée son lot de parents mécontents. Surtout lorsque son enfant intègre le collège. Une étape délicate de la scolarité où les adolescents sont confrontés à toutes sortes de tentations.
L'indiscipline qui semble devenue la règle dans de nombreux établissements du pays ne manque pas d'interpeller des parents, encore très attachés à la rigueur qui ont marqué leur enfance et forgé leur personnalité. « La recrudescence à l'école fait peur, confie une maman.

Surtout quand on prend connaissance des nombreux cas rapportés dans la presse écrite ou à la radio. Il suffit d'ailleurs de lire l'article publié mardi dans la rubrique société du Défi Quotidien sur le 'bullying'. Un véritable casse-tête pour les autorités de l'éducation qui évoque même 'un véritable fléau'. Je ne peux donc que me réjouir quand je vois que certains collèges ont décidé de mettre de nouveau l'accent sur la discipline et le respect du règlement intérieur...»

Tel est le choix que semble avoir pris, depuis de nombreuses années, la direction du collège Imperial, à Curepipe. Le but est de poser, dès le départ, des règles strictes afin de canaliser tous les débordements d'énergie des collégiens.

Il nous revient cependant que certaines règles imposées par le collège Imperial fout grincer les dents à certains parents ! Ainsi, vendredi, le standard de Radio Plus a explosé après que Stella, une maman, s’est élevée contre certaines pratiques qu'elle juge « excessives » au sein de ce collège. Selon cette mère – son fils est en HSC – aurait été contraint d’acheter des cahiers proposés par le collège.

« On a averti mon fils que, sans ce matériel spécifique, il ne serait pas autorisé à suivre les cours ! Une décision que je trouve très exagérée. En décembre dernier, profitant des vacances j'ai fait le stock de ces effets scolaires. Aujourd’hui, je suis contrainte de payer Rs 245 pour une douzaine de cahiers, ce qui fait très cher. Je ne comprends pas pourquoi la direction n'a rien dit lors de la réunion avec les parents d'élèves », déclarait Stella sur l’antenne d’Xplik ou K.

Le standard explose
Jayen Teeroovengadum, chargé de communication auprès du ministère de l'Éducation, concède qu'il y a là «une anomalie» et qu'il incombe aux autorités concernées de prendre des actions.

Pendant que l’attachée de presse du ministre Bunwaree s'expliquait, le standard a été pris d’assaut par de nombreux parents qui sont revenus sur la question de « discipline de fer imposée par la direction ». Un père raconte ainsi que son fils a été renvoyé parce qu'il a eu le malheur de se faire percer l'oreille (pour porter une boucle); un autre digère mal que son enfant ait été réprimandé pour avoir porté des chaussures de couleur autres que le noir ou le blanc de rigueur.

« Le collège devrait également proposer le tissu pour coudre le pantalon des élèves. Et pourquoi pas ouvrir un magasin pour vendre tous les effets scolaires qu'il impose. Zenfan pa ti pou gagne problème », ironise un autre parent.

Un point sur lequel a rebondi un parent qui se demande si ce genre de commerce n'exige pas au préalable l'obtention d'un permis. « Mo pé écoute ça émission là, mo pensé mo pou alle rane zot ene visite, car tout commerce nécessite ene licence. Est-ce ki produit la ena ene price tag comme stipule la loi ? » s’interroge un officier de la Consumer Protection Unit.

Sollicité par Le Défi Quotidien, l’assistant recteur du collège récuse les accusations portées par Stella. Selon le responsable, « aucun élève n’est obligé d’acheter ses cahiers à l’école. La douzaine ne coûte que Rs 175 et non Rs 245 comme l'affirme cette dame. C’est de l’exagération. Comment pouvons nous obliger 2 000 élèves à acheter nos cahiers? Ils sont libres de décider.

Pour la couleur des chaussures, si un élève se présente avec des chaussures noires ou blanches avec des rayures rouges par exemple, nous le tolérerons, mais la règle est de porter du noir ou du blanc».  Pour sa part, la Private Secondary Schools Association (PSSA) affirme ne pas être en mesure d’agir. «En l’absence d’une plainte officielle, la PSSA ne peut initier une enquête. Toutefois, nous déléguerons un officier pour s’enquérir davantage sur ces allégations des parents.»

Emma Chelumbrum

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Xplik ou Cas Popular Articles