28 August 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Monday, 28 January 2013 12:00

Non-respect des règles sanitaires – Un éleveur de cabris fait l’objet de poursuites Featured

Rate this item
(0 votes)
La fermeture de l’élevage  est réclamée. La fermeture de l’élevage est réclamée.
Ses voisins grincent des dents : il élève des cabris dans une zone hautement résidentielle à Trois-Boutiques. Des plaintes ont été faites au département sanitaire qui le poursuit en justice pour non-respect des normes sanitaires. En attendant le procès, les habitants réclament la fermeture de l’élevage en question.
La situation serait devenue invivable à Macow Lane, Trois-Boutiques. À tel point que huit familles songent sérieusement à manifester leur mécontentement devant le commerce d’un habitant de l’endroit.

« Cet individu se livre à l’élevage de cabris depuis deux ans, sans avoir obtenu l’autorisation des autorités. Qui plus est, il a bâti un mur de séparation sans respecter la distance de trois pieds exigée pour  l’érection de tout mur mitoyen entre voisins. Depuis, ce dernier est contraint de respirer l’odeur d’urine des cabris du matin au soir. Notre quartier; qui est pourtant une zone résidentielle est envahie par une nuée de mouches. « Ena l’odeur, mouche et tapaze ici. Nou fine fatigué cause avec propriétaire là , li pa le écoute nou doléance», confie un des habitants de l’endroit.

En effet, dans un souci de préserver des relations de bon voisinage, les familles affectées avouent avoir tenté de faire entendre raison à cet éleveur en question, mais sans succès.

Devant ce refus, elles ont été obligées de porter plainte auprès du bureau du sanitaire de Rose-Belle. Suite à cette plainte, un officier du bureau sanitaire est venu effectuer un constat. Il lui a accordé un délai de 20 jours à l’éleveur pour prendre des mesures correctives. «Ce dernier, au lieu d’obtempérer, a augmenté son troupeau de bêtes. Nous avons alors écrit une lettre au conseil des districts de Grand-Port/Savanne, avec copie au ministère de l’Environne­ment pour protester contre un tel manque de respect», ajoutent les familles lésées.

« Ce monsieur est très irrespectueux et incivique. Car, de plus, il se permet de brûler tous les déchets provenant de son élevage sur un terrain vague situé en face de son étable. Nous avons téléphoné au poste de police de Plaine-Magnien, mais on nous a demandé de nous référer à la police de l’Environnement. Nous n’en pouvons plus de cette situation», ajoute un autre habitant.

Et de nous rappeler qu’une plainte officielle a été déposée par les voisins contre cet éleveur depuis le 31 mars 2011. «Le 6 avril de la même année, une « sanitary notice » lui a été servie, lui accordant un délai de 20 jours pour qu’il revoie ses activités. Le délai est passé, et le problème perdure. Le ministère lui a fait servir une contravention pour non-respect des règles sanitaires», explique notre interlocuteur.

Un officier du bureau sanitaire nous précise : « Nous avons demandé à rencontrer ce monsieur pour discuter avec lui, mais il ne s’est jamais présenté. Nous avons été contraints de loger une affaire en Cour. Une accusation provisoire de « failing to comply with sanitary notice » pèse sur lui”. L’affaire sera entendue en mars 2013 devant le tribunal de Mahébourg.

Entre-temps, les voisins de l’éleveur réclament la fermeture de cet élevage en attendant le procès. Ces derniers s’appuient sur la section 109 (1) de la Local Government Act 2003 pour justifier cette demande. « The Chief Executive, or any officer authorised by him in writing, may make a provisional closing order in respect of any premises where he is satisfied that (b) the person has failed to comply with any of the conditions referred to in section 107 ».



Emma Chelumbrum

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Xplik ou Cas Popular Articles

Google+