Déviations routières - Retard au travail : un temps de grâce demandé pour les employés

Par Mario Boutia O commentaire
Rashid Imrith

Les employés ne devraient pas être sanctionnés pour des retards qui échappent à leur contrôle... C’est ce qu’a déclaré Rashid Imrith, président de la Fédération des syndicats du Secteur public (FSSP) en parlant de ceux qui arrivent en retard au travail  à cause des embouteillages causés par les travaux du Metro Express. Il demande donc qu’on accorde un temps de grâce aux employés, des secteurs privé et public.

Selon le syndicaliste, à cause des déviations routières qui causent des embouteillages, certains fonctionnaires arrivent au travail avec 30 à 45 minutes de retard. Il s’insurge contre le fait que des fonctionnaires qui arrivent en retard au travail souffrent, dans un premier temps, d’une déduction de leurs local leaves et que tout retard après cinq jours est déduit directement de leurs salaires. Qui plus est, ils courent le risque d’être sanctionnés par la Public Service Commission ( PSC). Il craint que cette situation n’ait des effets néfastes sur la santé physique et mentale des salariés. Par ailleurs, il estime que les déviations routières ont été mal planifiées et que c’est pour cela qu’il y a de graves congestions routières.