18 September 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Sunday, 04 December 2011 12:00

Accusé de sévices sexuels sur deux mineurs à l'hôpital psychiatrique – Babylona Isserheeah : « Mon frère est la Mère Teresa de Brown-Séquard » Featured

Rate this item
(2 votes)
Prem Isserheeah a été arrêté, mercredi. Prem Isserheeah a été arrêté, mercredi.
La carrière de Prem Isserheeah, longue de 33 ans, vient d’être entachée cette semaine par une affaire de mœurs. Deux internés de l’hôpital Brown-Séquard, âgés de 10 et 13 ans, l’accusent de leur avoir fait subir des sévices sexuels. Mais, les proches de ce Ward Attendant, âgé de 55 ans, croient en son innocence.
Arrêté mercredi, Prem Isserheeah fait l’objet d’une accusation provisoire de « causing child to be sexually abused ». C’est en présence des officiers de la Child Development Unit (CDU) que les deux mineurs ont porté plainte au poste de police de Barkly.

Chez les Isserheeah à Stanley, c’est le véritable calvaire. Le père Soomangul, 81 ans, et la sœur Babytha se sont confiés à Le Dimanche/L’Hebdo. Ils croient dur comme fer en l’innocence de Prem. « Mon frère est quelqu’un de bien, un père de deux enfants qui jouit d’une bonne réputation dans la société et sur son lieu de travail », explique Babytha.

Pousser vers la mort
Cette Mauricienne, établie en France, pour soutenir ses dires, revient sur la carrière du Ward Assistant : « En 33 ans, il n’a jamais fait l’objet d’une seule plainte. Il est passionné par son métier. Il va même jusqu’à offrir des gâteaux aux enfants. Il les considère de la même façon que les enfants de la famille. Mon frère est aussi généreux que Mère Teresa. Il est la Mère Teresa de Brown-Séquard. Il ne fera pas de mal à une mouche. Aujourd’hui, il paie pour quelque chose qu’il n’a pas fait. »

Si Babytha est convaincue de l’innocence de son frère, c’est que ce dernier l’a rassurée quand elle est partie le voir : « Prem m’a dit qu’il est innocent et qu’il est convaincu que les choses vont s’arranger. Car, il n’a rien à se reprocher. » La sœur de Prem a sa petite idée sur les raisons ayant motivé les deux adolescents à porter plainte contre son frère : « La police les a retrouvés dans leur fugue. De peur d’avoir des ennuis et pour se tirer d’affaire, ils ont fait de fausses allégations contre Prem. Ce sont des enfants qui n’ont pas fait de cadeaux à leurs parents, pensez-vous qu’ils en feront aux étrangers ? »

Babytha va plus loin. Elle confie que son frère a été victime d’une crise cardiaque cette année. Et, avec toute cette histoire, elle craint que Prem ne tienne pas le coup. Elle doit aussi ménager leur père, Soomangul. D’ailleurs, ce n’est que vendredi matin qu’il a été informé de l’arrestation de son fils. « J’ai préféré le lui dire au lieu qu’il l’apprenne de tierces personnes dans le voisinage », précise Babytha.

Cette nouvelle a eu l’effet d’une bombe pour l’octogénaire : « Kouma monn tann sa, mo pann kapav boire ek manz nanye. » Soomangul est également convaincu de l’innocence de son fils : « Prem est un bon garçon. Je suis encore sous le choc. Jamais je ne croirai ce qu’on dit sur lui. » Les proches de Prem n’attendent qu’une chose : sa remise en liberté. En attendant, ils prennent leur mal en patience.

Entre-temps, Prem Isserheeah rejette les allégations portées contre lui. Au poste de police de Barkly samedi, en présence de son avocate, Me Nushmi Balgobin-Kandhai, il a une nouvelle fois clamé son innocence.

Évasion et révélations
Quatre mineurs, âgés entre 10 et 13 ans et internés à l’hôpital Brown-Séquard, s’évadent mardi, vers 23 heures. Ils utilisent une porte près d’un jardin avant d’escalader un mur. Ils se rendent à Rose-Hill. C’est là qu’une patrouille policière les intercepte. Ils sont pressés de questions sur leur présence à cette heure de la nuit. L’un d’eux révèle qu’il habite Mahébourg, éveillant ainsi les soupçons des policiers. Les quatre sont embarqués pour être amenés au poste.

Après un interrogatoire serré, ils admettent qu’ils ont fugué de l’hôpital Brown-Séquard où ils sont internés. Pour deux d’entre eux, ils n’en pouvaient plus car ils subissaient des sévices sexuels d’un membre du personnel de l’hôpital psychiatrique. Une enquête est initiée par le poste de police de Barkly, sous la houlette de l’inspecteur Ramasawmy. Ce qui mène à l’arrestation de Prem Isserheeah mercredi.

Lormus Bundhoo, ministre de la Santé, a expliqué qu’une enquête interne est en cours et qu’il a également demandé une enquête indépendante : « Si toutefois une telle chose s’est produite au sein de cet hôpital, c’est inacceptable et je ne vais pas tolérer ce genre de choses ! »



Last modified on Thursday, 08 December 2011 18:26
Irfaad Olitte

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Cover Story Popular Articles

Google+