20 April 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Sunday, 11 March 2012 12:10

Son époux et sa maîtresse tentent de se suicider – Pooja : « Je l’aime toujours, mais je ne peux lui pardonner » Featured

Rate this item
(7 votes)
Pooja dit avoir tout fait pour sauver son mariage avec Kavish. Mais, Roshni a été un obstacle... Pooja dit avoir tout fait pour sauver son mariage avec Kavish. Mais, Roshni a été un obstacle...
Pooja s’est unie à Rajiv pour le meilleur et pour le pire. Mais le pire semble avoir pris le dessus, et la vie de la jeune femme, du haut de ses 22 ans, a viré au cauchemar. Son mari, Kavish pour les proches, découche, alors qu'elle fait tout pour que son couple marche. Jeudi, l'homme, âgé de 26, et sa maîtresse, Roshni (prénom fictif), une mineure de 16 ans, ont attenté à leurs jours en ingurgitant du « thinner ». Aujourd'hui, Pooja ne peut lui pardonner, même si, admet-elle, elle l'aime toujours...
Le coup est encore chaud, mais Pooja semble être sûre de ses propos. « C’est mon premier et dernier amour », nous confie-t-elle, le cœur brisé. Elle ne pourra plus jamais aimer un autre homme ni refaire sa vie avec quelqu’un d’autre. Et elle ne veut surtout plus avoir affaire avec celui qu’elle a toujours aimé depuis qu’elle a 11 ans. « Mo leker rode li, mais mo pe tini...» lance cette jeune femme en larmes, très affectée par les actes de son mari. Non seulement la trompait-il avec une ado de 16 ans, mais comme il ne pouvait vivre pleinement cet amour, il a préféré attenter à ses jours, en entraînant sa jeune maîtresse avec lui...

C’est en 2001 que Pooja et Kavish se lient d’amité. Les deux habitent le même village, dans le nord, du l’île. « J’étais en Form I quand j’ai connu Kavish. Il était seul et nous avons sympathisé. Je lui avais dit que s’il avait des problèmes et s’il voulait en parler, je serais là pour lui. C’est ainsi qu’on est devenu amis », relate Pooja.

Après trois ans, l’amitié cède place à l’amour. Toutefois, comme Pooja est encore à l’école, elle demande à Kavish d’en parler à ses parents. Mais le jeune homme a peur du père de Pooja, mais en parle au frère de sa bien-aimée.  « Mon frère m’a affirmé que Kavish m’aimait vraiment et qu’il était un bon garçon. Toutefois, quand mon père a appris que nous sortions ensemble, il n’était pas d’accord », explique Pooja.

Première tentative
Juin 2004. Devant le refus des parents de Pooja, Kavish fait une première tentative de suicide. Il ingurgitera du poison. « Il est resté à l’hôpital pendant deux semaines. Il me disait qu’il ne supportait pas l’idée de vivre sans moi », raconte la jeune femme. Un mois après, l’accord des parents obtenu, les deux amoureux se fiancent. En septembre 2005, Pooja abandonne ses études. « Nous nous sommes mariés et, deux ans plus tard, j’ai donné naissance à Rehan, au grand bonheur de toute la famille », poursuit-elle.

Ce n’est qu’en 2009 que Pooja fait un surprenant constat : « Notre vie de couple ne marche plus comme avant. On avait l’habitude de dîner et de nous mettre au lit ensemble. Mais d’un seul coup, tout a changé. Kavish ne dînait plus avec moi et il me demandait d’aller me coucher plus tôt. Le soir, il était toujours sur son portable. Quand je lui posais des questions, il me répondait qu’il parlait à son ami. J’avais des doutes et j’ai partagé mes craintes à mes proches. Un jour, en avril 2011, la sœur de mon mari est venue m’informer qu’elle l’avait vu en compagnie d’une collégienne qui habite le même endroit. Ma vie a basculé d’un coup », se désole Pooja.

La famille est informée, et tout le monde essaye de ramener Kavish sur le droit chemin. Mais celui-ci s’est amouraché de Roshni, une mineure. « Li dir mwa li pa kapav kit tifi la. Person pa pu kapav separ zot, mais ki li tuzur kontan mwa. Li dir ki li pu gard nu tu le de dan mem lakaz », raconte Pooja, d’une voix très pénible.

« J’ai tout essayé pour sauver mon mariage. J’ai fait tout ce qu’il voulait. Je lui ai donné tout mon amour et toute mon affection. Il avait eu un accident l’an dernier et je me suis occupée de lui comme s’il était un enfant », pleure Pooja. Elle ajoute que sa belle-famille l’a soutenue et qu’elle lui a demandé de ne pas quitter le toit conjugal.

Promesses en l’air
En août 2011, Kavish est arrêté par la Brigade des mineurs. La mère de Roshni, qui n’approuvait pas la relation qu’entretenait le mari de Pooja et sa fille, l’avait accusé de viol et sodomie sur Roshni. « Kavish est venu s’excuser. Il m’avait promis qu’il allait changer, qu’il oublierait Roshni et ne vivrait que pour notre enfant et pour moi. J’ai cherché conseil auprès de mon père qui m’a dit de lui pardonner puisque c’était la première fois qu’il faisait une erreur. »

Mais ce ne sont que des promesses en l’air. Il voit toujours Roshni. Pooja n’en peut plus. Il y a deux semaines, elle quitte le toit conjugal et retourne chez ses parents. Elle prend de emploi pour devenir indépendante. « Quand je suis partie, Kavish a demandé à sa famille de ne pas me laisser revenir et ne ne plus se soucier de moi. » Néanmoins, elle entretient de bonnes relations avec sa belle-famille qui la soutient toujours. D’ailleurs, Rehan continue de faire le va-et-vient chez ses grands-parents.

Trahison
Mercredi soir, avant d’aller rencontrer Roshni, Kavish dit à son fils qu’il allait avoir un accident. D’ailleurs, c’est pourquoi Rehan ne cherchait pas son père, le croyant à l’hôpital. Jeudi, la famille est informée de la mauvaise nouvelle.

« Je suis allée les voir à l’hôpital. J’avais déjà demandé à Roshni de ne pas mettre en péril mon mariage. Elle m’avait alors répondu qu’elle ne me dérangera pas, mais qu’elle allait vivre sa vie amoureuse comme elle le sentait. »
Pooja affirme qu’elle est triste de voir Kavish dans cet état et qu’elle prie pour qu’il se remette rapidement. Elle téléphone à l’hôpital pour demander de ses nouvelles. Toutefois, elle souligne que c’est impossible pour elle de se remettre avec son mari même si elle l’aime encore. Elle va consacrer tout son temps à son fils. « Il m’a trahie une fois, il peut le faire encore. Je n’aurai pas le courage de vivre cette trahison une autre fois. Mais je continue à l’aimer. Il reste mon premier et dernier amour ».



Last modified on Sunday, 11 March 2012 12:34
Le Dimanche/L' Hebdo

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Cover Story Popular Articles

Google+