24 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Sunday, 26 February 2012 12:00

Participation d’Emamdee au meurtre de Khairoonessa Tengur – Ses deux coaccusés se contredisent Featured

Rate this item
(1 Vote)
Naseerudin Tengur, contrairement à Zuber Noordaully, insiste sur la présence d’Amanulah Emamdee chez la victime. Naseerudin Tengur, contrairement à Zuber Noordaully, insiste sur la présence d’Amanulah Emamdee chez la victime.
Naseerudin Tengur et Zuber Noordaully, tous deux accusés du meurtre de Khairoonessa Tengur, ont des points de vue divergents sur la participation du troisième prévenu, Amanulah Emamdee. C’est ce qu’a révélé vendredi l’enquête préliminaire qui se déroule devant la cour correctionnelle de Port-Louis. L’audience reprendra le 8 mars.
L’identité d’un des trois hommes ayant participé au meurtre de Khairoonessa Tengur fait l’objet d’un contentieux devant la cour correctionnelle de Port-Louis. Naseerudin Tengur, neveu de la victime et accusé numéro deux dans cette affaire, est catégorique. Amanulah Emamdee se trouvait bel et bien dans la maison de sa tante lorsque celle-ci a été tuée le 22 décembre 2008. L’accusé numéro un, Zuber Noordaully, récuse toutefois cette version. Il maintient que le troisième homme portait une cagoule et qu’il n’a pu le reconnaître.

Naseerudin Tengur, un soudeur âgé de 26 ans, Zuber Noordaully, 17 ans, et Amanulah Emamdee, 33 ans, sont accusés d’avoir assassiné Khairoonessa Tengur. Cette dernière, âgée de 55 ans, avait été retrouvée morte dans sa maison, à Vallée-des-Prêtres, le 22 décembre 2008. Elle avait été violée et sodomisée avant d’être étranglée.

Après enquête, la Major Crimes Investigation Team (MCIT) a procédé à l’arrestation du neveu de la victime, Naseerudin Tengur, de Zuber Noordaully et d’Amanulah Emamdee. Selon les enquêteurs, les trois prévenus s’étaient rendus chez Khairoonessa Tengur pour voler des bijoux et de l’argent. Mais la situation a pris une tournure beaucoup plus dramatique quand la victime a refusé de divulguer l’endroit où elle avait dissimulé ses objets de valeur.

Homme cagoulé

Naseerudin Tengur, Zuber Noordaully et Amanulah Emamdee sont défendus par Mes Raouf Gulbul, Yannick Fok, Joy Seewooram et Neeroo Ramdharry Sowumbur. L’enquête préliminaire, qui se déroule devant la cour correctionnelle de Port-Louis, est placée sous la présidence de la magistrate Nalini Senevrayar-Cundun.

Vendredi, la poursuite a appelé le constable Auckloo, membre de la MCIT, à la barre des témoins. Le policier a expliqué qu’il avait enregistré la déposition de Zuber Noordaully, le 6 octobre 2009. Ce jour-là, le prévenu est revenu sur une déposition antérieure dans laquelle il avait incriminé Amanulah Emamdee. Le 6 octobre 2009, il a avoué au constable Auckloo qu’il n’était plus en mesure de confirmer si Amanulah Emamdee se trouvait effectivement dans la maison de Khairoonessa Tengur au moment du crime.

Selon Zuber Noordaully, le troisième homme se trouvait avec lui et Naseerudin Tengur était plus grand et avait une plus forte corpulence qu’Amanulah Emamdee. Zuber Noordaully a précisé au constable Auckloo que cet homme portait une cagoule.  Deux jours plus tard, le constable Auckloo a enregistré la déposition de Naseerudin Tengur à la New Wing de la prison de Beau-Bassin. Ce dernier a donné une toute autre version. Il a maintenu qu’Amanulah Emamdee avait participé à l’assassinat de sa tante Khairoonessa Tengur. Selon le prévenu,  Amanulah Emamdee avait aussi violé sa tante.

Outre le constable Auckloo, l’inspecteur Ghurburrun, les sergents Bhugaloo, Balgobin, Donhye, Jingooree et Luchmun, et les constables Doomun et Rambhorose ont également témoigné pour le compte de la poursuite. L’audience a été renvoyée au 8 mars. Des pièces à conviction, notamment les objets utilisés pour agresser Khairoonessa Tengur, seront alors produites.




Nilen Kattany

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Actualités Popular Articles

Google+