16 September 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like

Même s’il confie être un amoureux du ballon rond, Reza Issack est contre le retour à l’ancienne formule comme préconisé par le gouvernement. Pour lui, il ne faut pas réveiller le chat qui dort.
Le ministre de l’Enseignement supérieur évoque les difficultés auxquelles son ministère a été confronté avec l’explosion du nombre d’institutions étrangères à Maurice. Néanmoins, il rassure qu’il est déterminé à demeurer vigilant. 
Son avocat Erickson Mooneapillay estime que cette décision du Passport and Immigration Office est un « acharnement »  contre son client Catherine Boudet.
Pour l'économiste le nombre de chômeurs dans le pays n’aurait pas dû avoisiner les 50 000, car il est d’avis que s’ils ne choisissaient pas leur travail et ne faisaient la fine bouche, ils ne seraient pas au chômage.
Il ne fait pas dans la langue de bois. Les propos de l’économiste Pramode Jaddoo, responsable de cinq départements tertiaires au Mauritius Institute of Education (MIE), pourraient faire sourciller quelques-uns. 
Le Dr Ramesh Boodhoo rappelle que le cas Mauras, qu’il a soulevé depuis 2003, est similaire à celui d’EIILM University (Mauritius Branch Campus). Si les autorités, dit-il, avaient agi à l’époque, on n’en serait pas là. 
La Commission of Prerogative of Mercy n’a pas accordé de grâce présidentielle dans l’affaire L’Amicale. Elle a indiqué sa décision vendredi. Sanjeev Teeluckdharry, un des membres du panel d’avocats qui réclamait la libération des condamnés, s’en prend à la police. 
Il estime qu’il faut se méfier de la professionnalisation de la criminalité à Maurice. Ce phénomène, selon lui, peut attirer des criminels d’autres pays, ce qui aggraverait une situation déjà préoccupante.
Selon Ram Seegobin, le Premier ministre n’a pas tort quand il soutient qu’il n’a aucune obligation légale vis-à-vis des Nations unies. Il soutient également que pour se débarrasser du Best Loser System, il faut une réforme en profondeur.
L’alliance MSM-MMM prend son bâton de pèlerin pour sillonner l’île avec une série de meetings. Pas de répit, malgré les vacances parlementaires et le froid hivernal, affirme le leader de l’opposition, qui souligne que le remake 2000 va continuer à pousser « pour des législatives anticipées ».
S’il est d’accord que les organisations religieuses peuvent s’engager sur le plan social, le président du Conseil des religions met en garde contre « l’amalgame politico-religieux ».
L’observateur de la société et ancien lecturer du Mauritius Institute of Education (MIE) est d’avis que le pays va « de mal en pis »; la faute à un « manque de leadership ».

Interview Popular Articles

Google+