31 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Sunday, 28 October 2012 11:32

Nita Deerpalsing : « Je ne suis pas contre le port du hijab » Featured

Rate this item
(5 votes)
Bien qu’elle prône un État séculier, la députée travailliste est souple dans son approche concernant certains sujets « délicats », notamment le port du hijab dans des lieux publics, comme au collège ou à l’université.
> Vous avez suggéré au Premier ministre, lors d’une séance parlementaire, d’inclure dans notre Constitution le fait que Maurice est un État séculier. Pourquoi ?
J’avais soulevé cette question dans le cadre des débats sur la légalisation de l’avortement dans des cas spécifiques. J’ai dit que les institutions de la République et la religion ne doivent pas s’entremêler. Nous avons tacitement un État séculier, alors qu’il y a des groupes non-séculiers qui veulent faire partie des institutions.

Je préfère « séculier » à « laïcité ». La laïcité à la française n’est pas appropriée pour Maurice. Il y a plusieurs sortes de laïcité. Il n’y a pas de recette figée, il faut qu’elle soit tailor made et enracinée dans la société. Maurice a une diversité culturelle plus importante que la France.
Le modèle français me dérange, c’est trop eurocentrisme. En revanche, la laïcité dans les pays anglo-saxons tels le Canada, l’Australie ou la Grande-Bretagne est bonne. Il faut une philosophie plus adaptée à notre pays et on doit aller dans ce sens pour la construction d’une laïcité à la mauricienne.

> Qu’en est-il du port du hijab ?
Le port de signes ostentatoires, comme le hijab, ne me dérange pas. En France, ils sont trop extrémistes et ce genre de laïcité n’est pas soutenable à Maurice. Il nous faut avoir notre propre vision qui intègre tout le monde. La sécularité ne veut pas dire l’absence de religion ou d’expressions religieuses.

> Une infirmière pourrait alors porter le sari sous la blouse blanche…
Là où il y a l’uniforme, il ne faut pas que cela empiète sur le professionnalisme. Petit à petit, on s’achemine vers une laïcité version mauricienne. Il ne faut pas être d’un extrémisme philosophique.

> Les ministres Shakeel Mohamed et Rajesh Jeetah ont décidé de renvoyer des contrôles, prévus vendredi à l’université de Maurice, pour ne pas pénaliser les étudiants de confession musulmane, alors que le ministre Vasant Bunwaree pense que cette décision revient au gouvernement. Qui a raison ?
Ne soyons pas braqués. C’est un sujet qui fait débat et c’est tant mieux pour le pays. Let’s dig into it. Les institutions de la République et la religion ne doivent en aucun cas s’entremêler. Mais, en même temps, il nous faut savoir où s’arrêtent les paramètres de la République.

C’est à travers des issues comme le renvoi des contrôles qu’on prendra des décisions jusqu’à trouver une juste mesure. Nous explorons notre esprit séculier et il ne faut pas porter des jugements de valeur. Maurice est en transition vers le modernisme, tout en gardant des valeurs traditionnelles. L’identité nationale se construit avec la multiplicité.

> Devrait-on légiférer pour empêcher le port du voile en public et dans les établissements scolaires ?

La laïcité à la française, je dis non ! C’est une mouvance à laquelle je n’adhère pas.

> Êtes-vous de ceux qui pensent que la religion se pratique en privé ?
Je suis pour la spiritualité. Pourquoi en faire de la publicité ? Ma relation avec Dieu est privée. Ce qui est important, c’est que les institutions de la République ne soient pas mêlées avec la religion.

> Mardi, le ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum s’est emporté à l’Assemblée nationale et a jeté sa tablette…
Les Standing Orders doivent être revus. J’utilise moi-même une tablette dans l’hémicycle. Tous mes dossiers s’y trouvent. À l’heure où l’on parle de paperless, l’opposition fait tout un ramdam parce que le ministre des TIC a utilisé une tablette lors des travaux ! Au contraire, elle aurait dû soutenir cette démarche allant dans le sens d’une modernisation des Standing Orders.

> Les marchands ambulants de Port-Louis ont finalement eu raison du gouvernement relatif aux sites où ils seront relogés. Est-ce parce que les municipales sont imminentes ?
Pas du tout ! C’est une question qui perdure depuis des années. Les marchands ambulants sont des opérateurs économiques ; j’ai de la sympathie pour eux, car ils gagnent leur vie honnêtement. Il y a un aspect important du progrès économique qu’il y a derrière et c’est le pays qui avance.
Le Hawkers Palace ne pouvait pas accommoder tous les 1 200 marchands ambulants et si on était allé de l’avant avec ce projet, cela aurait créé davantage de pagailles. Le gouvernement a voulu trouver une solution qui prend tout le monde on board. Notre action n’a rien à voir avec les municipales.

> Est-ce que les fonctionnaires ont tort d’être mécontents du rapport du PRB ?
À chaque rapport, il y a des anomalies et des Errors and Ommissions. Jamais il n’y a eu de consensus. D’où la décision du Premier ministre de nommer un comité élargi pour faire la part des choses.




Jean Claude Dedans

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Interview Popular Articles

Google+