04 September 2015
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Jean Claude Dedans

Jean Claude Dedans

Le Bar Council est divisé. D’un côté, il y a ceux qui font bloc derrière le président démissionnaire Me Antoine Domingue et, de l’autre, ceux qui pensent qu’il est allé « trop loin » dans ses déclarations. 
Me Hervé Duval Jr rappelle que c’est la deuxième fois en une année que le Directeur des poursuites publiques (DPP) a dû s’en remettre à la Cour suprême pour « préserver son indépendance ». Il insiste aussi sur le fait que la police voulait l’arrêter, ainsi que son confrère Anwar Moollan.
Pour le nouveau président du conseil d’administration de SBM Holdings, il n’y a rien de choquant concernant la « golden handshake » obtenue par son prédécesseur. Le contrat de Muni Krishna Reddi, nous dit Kee Chong Li Kwong Wing, était « en béton ».
L’électorat urbain et les militants, selon Ivan Collendavelloo, avaient à choisir entre Paul Bérenger et lui aux dernières municipales. Le leader du MMM, dit-il, « a perdu ».
Le leader du MMM a mis son titre en jeu dans des arrondissements dominés par les mauves pour les municipales du 14 juin et a perdu, affirme le leader du Muvman Liberater (ML), lors d’un point de presse samedi 11 juillet.
Il se veut tempéré dans ses commentaires sur l’affaire MedPoint. Toutefois, Me Sanjeev Teeluckdharry ne peut s’empêcher de constater que ce jugement remet en cause la procédure pénale concernant l’arrestation et l’interrogatoire de tout suspect, entre autres.
Il dit respecter le jugement « étoffé et motivé » des magistrats Ramsoondur et Neerooa, mais le Senior Counsel Yusouf Mohamed vole au secours de Pravind Jugnauth. Il n’y a aucun conflit d’intérêts dans l’affaire MedPoint, précise-t-il.
S’il était à la place de Pravind Jugnauth et qu’il n’avait rien à cacher, Paul Bérenger demanderait une commission d’enquête pour faire toute la lumière sur l’affaire MedPoint.
Première réaction du leader de l’opposition et du MMM Paul Bérenger après le verdict de culpabilité prononcé mardi 30 juin par la cour intermédiaire contre Pravind Jugnauth dans l’affaire MedPoint.
Cela pourrait faire tiquer. L’économiste Pierre Dinan accepte mal le fait que l’État fasse les frais (« foot the bill ») des transactions financières privées qui ont foiré. Pour lui, l’État providence s’est transformé en nounou.
Podcasts