20 April 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Jean Claude Dedans

Jean Claude Dedans

Du bonheur de se sentir Mauricien au mal-être d’une société en manque de repères, le journaliste Yvan Martial nous livre un point de vue dépassionné de la société mauricienne. Singapour est le temple de la méritocratie et nous en sommes loin. En quoi une deuxième République pourrait solutionner les maux des Mauriciens ? Autant de thèmes qu’il aborde…
Tout en espérant que le mauricianisme, basé sur des valeurs fortes, touchera un plus grand nombre de compatriotes, Jane Valls est catégorique : 46 ans après l’indépendance, les Mauriciens pensent plus en termes de clan et de « banne ». Elle s’élève aussi contre la violence dont sont victimes les femmes.
La Managing Director du Centre for Phytotherapy and Research estime que le secteur de l’Enseignement supérieur est en crise et que la Tertiary Education Commission en porte l’entière responsabilité. Ameenah Gurib-Fakim demande au ministre Rajesh Jeetah de se ressaisir.
Même s’il marche sur des œufs sur la question, le président du PTr, Patrick Assirvaden, avoue que quand il a appris le cas du collège médical Patil, cela l’a choqué. Il aborde également le parcours du PTr pour les 78 ans du parti, dimanche.
Si le gouvernement n’y prend pas garde, le pays risque de connaître un soulèvement social, comme en février 1999. Le père Alain Romaine fustige l’écart grandissant entre les pauvres et les nantis.
Sortie en règle de sir Anerood Jugnauth, samedi, contre le chef du gouvernement. Pour lui, le cauchemar de Navin Ramgoolam est le remake.
Saturday, 22 February 2014 18:20

SAJ : « Il n’y a aucun macadam au remake »

Sortie en règle de sir Anerood Jugnauth contre Navin Ramgoolam qu’il a qualifié de tous les noms samedi 22 février en conférence de presse. Et parlant du remake 2000, SAJ a précisé que les deux partenaires sont tombés d’accord sur plusieurs points et qu’il n’y a aucun macadam.
Son constat est sans équivoque : ce qui se passe dans les branches d’universités indiennes à Maurice est le fruit d’une mauvaise gestion de la Tertiary Education Commission (TEC). La professeure Sheila Bunwaree estime que cette institution a joué avec l’avenir des étudiants.
L’économiste et « associate professor » au Mauritius Institute of Education (MIE) revient sur le dernier rapport sur la démographie de Maurice. Il tire la sonnette d’alarme sur la « générosité » des gouvernements et prône le ciblage.
Cet homme de 44 ans dit avoir vécu un véritable calvaire dimanche dernier, quand trois individus ont saccagé plus d’une vingtaine de vitres chez lui.

Interview Popular Articles

Google+