21 August 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Jean Claude Dedans

Jean Claude Dedans

Avec Yusouf Mohamed, observateur qui pourrait devenir acteur en cas de vote de la réforme électorale, on fait un tour d’horizon de l’actualité politique. Des propos directs…
Le PMSD n’en démord pas, n’en déplaise à certains. Le Dr Mahmad Kodabaccus, secrétaire général des bleus, insiste que sans son parti, le tourisme et le textile n’auraient jamais pris leur envol. D’où les banderoles qui fâchent.
Il croyait que le pire était derrière lui, mais la justice française est tenace. Un généraliste mauricien, accusé de viol et d’agression sexuelle par cinq patientes, a été condamné par la cour d’assises du Gard, Nîmes, France, mardi. Verdict sans appel : 20 ans de prison.
Pour l’ancien leader du Mouvement Républicain, le Remake 2000 est mort et l’alliance PTr-MMM concrétisée. Rama Valayden se réjouit de la mouvance initiée par les jeunes sur le net. 
Elle jette un regard lucide sur les chamboulements politiques de ces derniers jours. Pour Christina Chan-Meetoo, chargée de cours à l’université de Maurice, la 2e République, qui a fait capoter la réforme, n’est pas l’apanage de deux leaders politiques.
Faisant référence au « succès » du congrès du MSM, qui a vu la participation de sir Anerood Jugnauth, à Rivière-du-Rempart mercredi, Pravind Jugnauth estime que le peuple est à la recherche d’un leadership fort, « et non un leader caméléon, assoiffé de pouvoir, qui veut devenir Premier ministre à n’importe quel prix ».
Se félicitant du « succès » du congrès du MSM à Rivière-du-Rempart mercredi 30 avril, Pravind Jugnauth, en conférence de presse samedi 3 mai, estime que le peuple recherche un leadership fort, « pas un leader caméléon, assoiffé de pouvoir et qui veut devenir Premier ministre à n’importe quel prix ».
Paul Bérenger est tombé dans le même piège qu’en 2010. Tel est l’avis de l’ancien ministre Anil Gayan, qui conseille au leader du MMM de prendre sa retraite politique.
Pour le leader du MSM, il ne fait aucun doute que le but du Premier ministre, en présentant son projet de réforme électorale, « était de casser le Remake 2000 ». Et il est parvenu à ses fins.
Le leader du Mouvement socialiste militant (MSM), en conférence de presse samedi 26 avril, estime que c’est le Premier ministre qui a tout fait pour tuer le Remake, Selon Pravind Jugnauth, Navin Ramgoolam a utilisé la réforme électorale et la Seconde République comme une manœuvre politique. Ses discussions avec Paul Bérenger est une “move” politique et il a atteint son but : casser le Remake, personne ne fera de meeting du 1er-Mai et discréditer certains. » 

Interview Popular Articles

Google+