25 July 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Jean Claude Dedans

Jean Claude Dedans

Si le gouvernement n’y prend pas garde, le pays risque de connaître un soulèvement social, comme en février 1999. Le père Alain Romaine fustige l’écart grandissant entre les pauvres et les nantis.
Sortie en règle de sir Anerood Jugnauth, samedi, contre le chef du gouvernement. Pour lui, le cauchemar de Navin Ramgoolam est le remake.
Saturday, 22 February 2014 18:20

SAJ : « Il n’y a aucun macadam au remake »

Sortie en règle de sir Anerood Jugnauth contre Navin Ramgoolam qu’il a qualifié de tous les noms samedi 22 février en conférence de presse. Et parlant du remake 2000, SAJ a précisé que les deux partenaires sont tombés d’accord sur plusieurs points et qu’il n’y a aucun macadam.
Son constat est sans équivoque : ce qui se passe dans les branches d’universités indiennes à Maurice est le fruit d’une mauvaise gestion de la Tertiary Education Commission (TEC). La professeure Sheila Bunwaree estime que cette institution a joué avec l’avenir des étudiants.
L’économiste et « associate professor » au Mauritius Institute of Education (MIE) revient sur le dernier rapport sur la démographie de Maurice. Il tire la sonnette d’alarme sur la « générosité » des gouvernements et prône le ciblage.
Cet homme de 44 ans dit avoir vécu un véritable calvaire dimanche dernier, quand trois individus ont saccagé plus d’une vingtaine de vitres chez lui.
Le syndicaliste estime qu’il y a des signes avant-coureurs d’un ras-le-bol des Mauriciens et d’un début de fin de règne pour le régime en place.
C’est l’accalmie entre rouges et bleus. Le président du PTr soutient que son parti n’a jamais voulu pousser le PMSD vers la sortie et critique le remake 2000 qui, selon lui, a échoué « dans sa tentative de coup d’État ».
Les Mauriciens font attention à la dépense. Et pour cause ! Ils s’appauvrissent, soutient l’économiste Chandan Jankee, qui prévoit le départ du PMSD du gouvernement pour se rallier au remake. 
Même s’il dit être satisfait du bilan de l’Equal Opportunities Commission (EOC) qu’il préside, Me Brian Glover se dit attristé de l’attitude de certains du secteur public et parapublic qui, selon lui, ne comprendront jamais le principe de l’égalité des chances. Parce que ce n’est pas dans leurs mœurs.

Interview Popular Articles

Google+