02 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Sunday, 20 January 2013 12:12

Téléphonie – Les SMS gratuits : phénomène qui prend de l’ampleur qui prend de l’ampleur Featured

Rate this item
(0 votes)
Vous ne disposez pas encore d’un smartphone ? On ne vous force pas la main, mais en avoir est un avantage puisqu’il vous permet d’envoyer des messages gratuitement. Décryptage du nouveau phénomène dans le domaine de la messagerie.
SMS veut dire Short Message Service. Des milliards d’utilisateurs de téléphone portable envoient des milliards des SMS tous les jours. C’est un service payant qui représente une grosse source de revenus pour les opérateurs mobiles. Près de la moitié de leur chiffre d’affaires en 2011, appels exclus, selon une étude. En 2012, les opérateurs télécoms dans le monde ont perdu 17 milliards d’euros, la faute à BlackBerry Messenger (BBM), iMessage sur iPhone ou des applications indépendantes, telles que WhatsApp, Viber, TextPlus ou Fring.

Avec l’émergence des smartphones, les utilisateurs ont trouvé des moyens alternatifs d’échanger des messages hors des canaux mobiles, puisque ces téléphones comportent des applications de messagerie gratuite.

En deux ans, les pertes ont triplé pour les opérateurs télécoms : 6,75 milliards d’euros en 2010 et 10,8 milliards en 2011. Et le phénomène devrait encore s’accélérer, puisque l’étude prévoit une perte potentielle de 42 milliards d’euros d’ici 2016. La part des SMS dans les revenus des opérateurs télécoms, qui est actuellement de 45 %, aura alors chuté de 10 %.

Nazma, qui a reçu un smartphone en cadeau à la fin de l’année dernière, en profite pleinement depuis, elle qui envoie des messages régulièrement, vu sa profession. « J’ai téléchargé Kitesair, FreePP, Tango, OoVoo, Viber et Fring, soit une large gamme d’applications qui me permettent non seulement d’envoyer gratuitement des messages à travers l’île, mais aussi à l’étranger. À condition que le destinataire possède un smartphone avec les mêmes applications », explique-t-elle.

Faiza utilise, elle, l’application BBM sur son BlackBerry pour envoyer des messages gratuits. « Contrairement aux smartphones, l’utilisateur d’un Blackberry peut envoyer des messages gratuits uniquement à celui ou celle qui utilise un Blackberry. L’application est invalide pour tout autre type de téléphone portable », dit-elle.

Comment innover ?
Les opérateurs trouveront-ils la parade pour reprendre du terrain perdu sur la messagerie ? Pour Neha Dharia, analyste, ils devront innover. « Les opérateurs sont sous pression pour tirer le maximum de revenus de cette activité de communication. Ils devront investir le terrain de la messagerie sociale ou, à défaut, s’allier avec des acteurs existants », explique-t-elle. Échanger des messages hors des canaux mobiles n’est pas une mode, mais le résultat d’un changement des habitudes de communication, dit-elle.

Prévoyant ce changement dans les habitudes de communication, Facebook a présenté une nouvelle mouture de son application Android Facebook Messenger. L’utilisateur peut désormais consulter ses SMS via Facebook. La stratégie est d’habituer l’utilisateur à son environnement pour lui faire oublier progressivement le bon vieux SMS.

La situation n’est pas aussi critique en France. On a relevé 45,7 milliards de SMS envoyés dans ce pays lors du deuxième trimestre de 2012, ce qui est un record. L’ARCEP, l’autorité en la matière, a noté que le nombre de messages interpersonnels émis connaît une très forte expansion. En un plus de deux ans, 10 milliards de SMS de plus annuellement ont été enregistrés.
Nous n’avons malheureusement pas pu avoir des informations des opérateurs locaux à propos de la situation à Maurice.

De plus en plus de Mauriciens voyagent
Le nombre des Mauriciens qui ont pris l’avion à Maurice pour se rendre à l’étranger, au cours des neuf premiers mois de 2012, a augmenté de 8,3 % pour passer à 175 566. À la même période en 2011, ils se chiffraient à 162 058. Les principales destinations ont été la France (16,1 % soit 28 183), l’île de La Réunion (15,0 % soit 26 278), les Émirats arabes unis 14,3 % soit 25 050, le Royaume-Uni (10,3 % soit 18 071), l’Inde (10,1 % soit 17 776) et l’Afrique du Sud (9,2 % soit 16 091). Les pays mentionnés ne représentent pas nécessairement les destinations finales, puisqu’on y était peut-être en transit.

Statistiques trimestrielles
L’agriculture, les espaces forestiers et la pêche ont augmenté de 1,5 % durant le troisième trimestre. Par contre, la culture de la canne à sucre a chuté de 7,5 %.

Les demandes du pays en électricité, gaz, vapeur et climatisation ont augmenté de 4,3 % durant la même période, en comparaison avec le trimestre précédent (3,3 %). Idem pour la fourniture en eau potable et les aménagements pour l’évacuation des eaux usées, du maintien de la salubrité et des autres services d’assainissement.

Les ventes en gros et au détail ont augmenté de 3,7 %, durant le troisième trimestre de 2012, soit le même taux enregistré le trimestre précédent. Idem pour les services de transport et de stockage, où l’on note une augmentation de 2,2 % durant la même période, après une hausse de 1,4 % le trimestre précédent. Quant aux activités en rapport avec l’alimentation, une hausse de 1,0 % a été enregistrée, soit la même que le trimestre précédent.

Les activités immobilières ont augmenté de 2,7 % au cours du troisième trimestre, soit le même taux que lors du 2e trimestre. Les activités en rapport avec les arts, les divertissements et la récréation ont, elles, augmenté de 8,5 % lors du 3e trimestre, contre 8,1 % le trimestre précédent.

Hôtellerie
À septembre 2012, 47 hôtels de plage comportant plus de 80 chambres étaient opérationnels à Maurice. Le nombre combiné de chambres était de 8 613, avec 17 695 lits.

Au total, tous genres confondus, on a dénombré 108 hôtels durant la même période, trois étant en rénovation. La capacité de chambres des 105 hôtels était de 11 715 chambres, avec 23 899 lits.



Raj Bissessur

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Magazine Popular Articles

Google+