28 July 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Saturday, 05 January 2013 07:00

Ané Mouga Narrainen, fondateur du Tandoori : « Le fast-food a affecté notre restaurant » Featured

Rate this item
(2 votes)
Il appartient à cette génération de notables qui ont assisté à la mutation de la capitale. Sunmoogum Narrainen, dit Ané Mouga, fondateur du restaurant Tandoori, raconte à grands traits l’histoire de cet établissement intimement liée à celle de Port-Louis.
Le nom est resté mais la clientèle a presque déserté le célèbre restaurant situé à la gare centrale de Port-Louis. Trop de restaurants, de fast-food et de restaurateurs qui agissent sur le trottoir, ont fini par décourager Sanmoogum, dit Ané, 89 ans au compteur, de réinvestir dans l’établissement qui a fait sa fierté pendant plus d’un demi-siècle.

Originaire de Camp-Diable, Ané Mouga perd son père alors qu’il a 10 ans, ce qui l’oblige à mettre fin à ses études. Il est le troisième enfant d’une famille qui compte trois garçons et deux filles. À 15 ans, il débarque à Port-Louis, où un de ses frères exerce dans un restaurant à la rue Moka.

Il a 22 ans lorsqu’il décide d’ouvrir son restaurant à proximité de la gare de Port-Louis en achetant un emplacement à la famille Tulsidas. Dans l’immeuble suffisamment spacieux, il emménage un restaurant et un espace pour consommer du thé. À l’arrière, la famille y fonde son foyer. « Lorsque je suis arrivé ici, la statue de la reine Victoria y était encore. Dans le restaurant, tout le monde a mis la main à la pâte, y compris mon épouse Sarojini ».

Mais le Tandoori n’est pas qu’un restaurant. À l’étage, Ané Mouga a aménagé une quinzaine de chambres pour les étrangers de passage dans la capitale. « Ils étaient essentiellement des Réunionnais qui voulaient séjourner dans le centre, pas sur le littoral. On avait des contacts réguliers avec eux ».

GOSK
En 1976, Ané Mouga décide de laisser la gérance des lieux à ses deux garçons, Navin et Deva. Depuis, le restaurant a commencé à péricliter. La gare Victoria s’est transformée en un lieu désordonné, où se côtoient prostituées, marchands ambulants et autres badauds patibulaires. « Il n’y a aucun signe que l’État veuille rénover la gare pour la rendre plus attrayante.

On ne peut pas prendre le risque d’investir lourdement, comme on l’avait fait dans les années 60. Puis, les habitudes alimentaires de Mauriciens ont profondément changé, ensuite aucun des enfants n’est prêt à prendre le relais », explique Deva.  Aujourd’hui, la succession du restaurant se trouve au sein de la Société Enfants Narrainen.

Titulaire du GOSK (Grand Officer of the Star and and Key), membre éminent de la Hindu Maha Jana Sangam, Sunmoogum Narrainen vit entouré de sa famille, à Pointe-aux-Sables. Parfois, sa mémoire lui joue des tours, mais on peut encore saisir l’émotion qu’il éprouve à se souvenir de ces années de gloire.




Last modified on Saturday, 05 January 2013 07:59
Le Defi Plus

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

People Popular Articles

Google+