21 August 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Saturday, 26 January 2013 10:00

Vandana Gaonjur, météorologue : « Le tsunami est un phénomène nouveau et dévastateur » Featured

Rate this item
(0 votes)
Une force tranquille, un esprit rationnel et des mots précis. Sur les hauteurs de Montagne-Longue, cernées par une verdure flamboyante, Vandana Gaonjur vit entre ciel et terre. La jeune météorologue concilie la rationalité imposée par ses études scientifiques et un quotidien forgé par ses traditions.
Le fait est tellement rare qu'il mérite d'être souligné : une jeune hindoue fascinée par les sciences, leur exactitude et leur nature rationnelle, qui fait de la raison un argument discursif. Mais pour peu qu'on commence à creuser, on découvre que le cursus qu'a choisi Vandana Gaonjur ne fait que suivre un parcours fléché : un père, Issowarlall Dussoruh, radiologue à la retraite, et une mère elle-même physiothérapeute. « Tout nous disposait, mes sœurs et moi, explique Vandana Gaonjur, à choisir la filière maths-science. » Ses cadettes sont l'une chirurgien-dentiste, l'autre médecin.

Dans le salon de leur maison, à Camp Laboue, aucune figurine sacrée, ni de portrait du même registre. « La religion, la foi, Dieu sont des sujets qui sont dans ma tête, je n'ai pas besoin de les exposer. Je sais où commence le rapport à Dieu et le rapport a la science », dit-elle, flanquée de son père, visiblement admiratif de cette fille qui connaît le sens de chaque mot.

L'ex-pensionnaire du Droopnath Ramphul College a fait une licence en mathématiques à l'UoM, puis a exercé comme 'clerk' sur le campus, avant de se joindre au Bureau de l'Income Tax et au ministère des Coopératives, avant de revenir à Réduit pour compléter une maîtrise en Computerisation Science. Après son diplôme, en  2007, elle se joint comme stagiaire au service de la météo, à Vacoas. La même année, elle part en Inde, à Poona, où durant un, elle étudie, entre autre les moussons, leur formation et leur impact. De retour à Maurice, elle reprend son poste à Vacoas.
 
Trois femmes à ce poste
Elles ne sont que trois femmes à ce poste, mais il n'en reste pas moins que leur 'mission' revêt une importance capitale, à un moment où le changement climatique a beaucoup influé sur les prévisions de la météo, jusqu'à mettre en doute sa crédibilité. « La météorologie n'est pas une science exacte. Ce qu'on prévoit le matin n'est pas sûr d'arriver. Les effets de l'industrialisation, de la déforestation, de la poussée démographique ont des effets directs et indirects sur le climat. Il nous faut des instruments très sophistiqués. Heureusement, la météo mauricienne investit constamment, mais il nous faut encore un radar, qui coûte cher. »

« Cette année, nous avons vu l'arrivée précoce d'un cyclone, d'autres formations sont prévues mais rien n'indique qu'elles se transformeront en cyclones. Ce qui nous est apparu comme un phénomène inattendu, durant des dernières années, ça a été le tsunami.

Nous avons vu les conséquences dramatiques, avec un peu moins d'un demi-million de morts et de disparus, mais à Maurice, nous avons aussi vu ses effets. Aussi, il a fallu investir dans des instruments de détection. Nous savons comment nous défendre contre des cyclones et pas trop contre des tsunamis. C'est un phénomène nouveau et dévastateur. Notre service météorologie ne sous-estime pas les éventuels dangers », dit-elle.



Last modified on Saturday, 26 January 2013 09:33
Pradeep Kumar Daby

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

People Popular Articles

Google+