22 August 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Sunday, 05 February 2012 12:00

Jacques de Maroussem : « Je suis MMM, mais je vote travailliste » Featured

Rate this item
(0 votes)
« À travers moi, c’est le cœur de la famille Le Clézio qui bat » « À travers moi, c’est le cœur de la famille Le Clézio qui bat »
C’est une propriété d’un autre âge, avec sa grande maison coloniale dont le toit, indique le maître des lieux, a grand besoin de rénovation, ses dépendances, le tout baignant dans une verdure luxuriante. À l’entrée de la Maison Eurêka, quelques voitures, un car de touristes, tous subjugués par l’endroit à mille lieux des sables brûlants, des cocotiers lourds de leurs fruits et des hôtels clinquants du littoral.
Ici souffle une page de l’histoire coloniale qui commence avec quelques noms de familles françaises disparues, puis celui d’un Anglais, enfin celui de l’illustre et puissante famille Le Clézio, Eugène et Henri, « sans doute la famille la plus riche de l'île ». C’est ici, explique Jacques de Maroussem que les grandes orientations de la colonie ont été prises. Ici aussi que la famille Le Clézio, engagée dans un subtil jeu de pouvoir avec d’autres familles franco-mauriciennes, fait venir Georges V, héritier de la couronne britannique. Une prestigieuse victoire qui fait jaser dans les somptueuses demeures coloniales.

Nul autre que Jacques de Maroussem peut vous narrer ces intrigues au sein de la communauté franco-mauricienne, où chacun mérite sa place selon sa proximité avec les autres communautés. « À l’époque, pour être mieux vu, il fallait avoir un sang pur, même le mariage avec une Française pouvait être douteux, car à Maurice, on avait les possibilités de vérité la pureté de la race. » La famille Le Clézio, réaliste et visionnaire, s’associe en affaires avec celle des Gujadhur. Ce qui leur attire les foudres de leurs communautés respectives.

Comment un ‘bon Blanc’, est-il parvenu à briser les tabous sectaires ? « Ma belle-mère y est pour quelque chose. Elle était très riche, mais pouvait s’habiller en guenilles, elle lui arrivait de voir d’autres Blanches qui, elles, montraient signes extérieurs de richesse alors qu’elles n'étaient pas de grandes bourgeoises. Ma belle-mère était une femme lucide, honnête et capable de juger les gens à partir de leurs qualités intrinsèques. Elle m’a appris l’humilité. J’étais son seul gendre. »

Pour cet homme qui donne l’impression de cultiver les paradoxes, le plus étonnant est d'être ‘MMM’ mais de voter ‘travailliste’. Pourquoi ? Pour le respect qu’il voue à Navin Ramgoolam à la suite d’une affaire de terres qui l’avait opposé à ce dernier, il y a plus de 25 ans. « Bien des années plus tard, je me suis rendu compte que c’est un homme qui n’a aucun sentiment de vengeance. Il m’a donné une grande leçon de gentleman. »

Havre de paix
Terre de bataille, havre de paix. Le domaine n’a jamais aussi bien porté son nom. Témoin d’un passé colonial turbulent, mais aujourd’hui en retrait des bruits de la grande ville, et de ses espaces bétonnés, la Maison Eurêka est un des derniers vestiges de l'ère coloniale, même si elle a dû être amputée de la moitié de sa superficie.

Parmi les 40 employés qui y sont affectés, une dizaine est actionnaire au sein de la compagnie. « Nous sommes une véritable famille. Chacun a un lien sentimental avec l’endroit. Certains, grâce à leur travail ici, ont permis à leurs enfants de terminer leurs études à l’étranger. Mais ces mêmes gosses qui ont vécu ici, ne veulent plus y rester. C’est un autre monde pour eux. Je pense qu’à travers moi, c’est le cœur de la famille Le Clézio qui bat. »



Last modified on Sunday, 05 February 2012 10:30
Le Dimanche/L' Hebdo

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

People Popular Articles

Google+