18 September 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Sunday, 20 January 2013 11:52

Saint-Julien – L’agréable ! Featured

Rate this item
(1 Vote)
Suivez-nous cette semaine au village de Saint-Julien. Située à l’est de l’île, la localité est l’une des plus animées de la région. En route…
Un ciel dégagé et un bol d’air frais. Le décor est planté. Saint-Julien vient à peine de nous serrer la pince pour nous souhaiter la bienvenue. Drapé de vert, voilà qu’il me prend par le bras, pour une petite visite guidée.

Chemin faisant, il me racontera comment ses habitants sont sympathiques et comment les pères de famille sont courageux. Ils se lèvent tôt pour faire couler leur sueur et ramener des sous pour aider à faire bouillir la marmite familiale. Il me parlera aussi de ces mères courages, qui font tout autant pour donner une meilleure éducation à leurs enfants.

Mettant sa main en abat-jour, il me demande de faire silence pendant quelques secondes. Et il me lance : « Voici Veena Kowlessur et sa fille. » Leur demandant de s’accorder une minute, Saint-Julien s’éloigne non sans passer affectueusement sa main dans les cheveux de la petite. « Cela fait 18 ans que j’habite ici. Je peux vous dire que c’est un village sans histoire où la convivialité est le maître mot. Là, je rentre chez moi, après avoir fait un petit tour avec Vaishnari, ma fille », raconte Veena Kowlessur.

Reprenant notre promenade, Saint-Julien tiendra absolument à me  présenter à un de ses amis. Mais pas n’importe lequel. Il s’agit en effet de Satyanen Sirputty, son marchand de fruits confits attitré. Lui qui a toujours « ene ti aigreur pou refer la bous », comme le dit notre hôte. « Mo vane mangue, zanana et concombre confi. Mai dan la region, mo ena ene specialité : mo vane papaye confi. Dimoune sorti kat cwin sa pay la pou vine aster sa. C ene vié boutiquier sinoi ki ti p vane sa kan mo ti zenfan. Mone sey seyé ziska ki mone gagne la main la », explique-t-il, en me tendant des papayes confites pour goûter.

Prenant l’air devant sa demeure, Rajoon Untoo est nouveau dans le village. S’adonnant à la flatterie, il ne manque pas de faire rougir mon accompagnateur. « Je me suis installé ici il n’y a pas si longtemps. Mais j’aime ce village. Rien que le climat à un effet apaisant sur moi. En effet, à Saint-Julien, il ne fait ni trop chaud, ni trop froid », fait ressortir cet enseignant de comptabilité.

Dans un petit quartier, nous rencontrons Bustom Somsagun. Ce père de famille est carrossier. Dans son garage jonchent des véhicules qui attendent son savoir-faire pour leur redonner bonne mine : « C’est mon oncle qui m’a initié à ce métier. Il m’a encouragé à y faire carrière, moi qui n’étais nullement doué pour les études. J’ai donc fait mon apprentissage, et aujourd’hui je fais vivre ma famille avec mon métier. »

Et avec Bustom, c’est toujours la qualité avec le sourire : « Je fais toujours de mon mieux pour donner satisfaction à mes clients et qui plus est dans les plus brefs délais. C’est probablement pour cela que je jouis d’une petite notoriété que ce soit dans la région et ailleurs. »      

À bon entendeur...
De meilleures infrastructures et plus d’activités sportives pour les jeunes sont les principales demandes des habitants. Ils souhaitent aussi que les autorités se penchent sur l’irrégularité des services de transport en commun qui desservent le village.

GPS
Circonscription : nº 9 (Flacq/Bon-Accueil)
District : Flacq.
Villages avoisinants : Happy Village, Union-Flacq, La Roche et Riche-Fond.
Distance de : Port-Louis – 16 km. Bel-Air-Rivière-Sèche – 12 km. Surinam – 34 km. Curepipe – 16 km.
Nombre d’électeurs : 1 796.

Portrait d’habitant
Manuel Li Piang Nam
Manuel Li Piang Nam est une figure incontournable du village. À la fois gérant et propriétaire du restaurant Chez Manuel, l’octogénaire se souvient encore de ses débuts. « J’avais hérité de la boutique de mes parents. Comme la boutique ne marchait plus, je l’ai converti en restaurant en 1974. À l’époque, je ne vendais que des nouilles bouillies ‘maraz’ à 25 sous le bol. Puis, petit à petit, nous avons amélioré nos menus, surtout quand Paulette mon épouse est partie parfaire ses connaissances culinaires à Hong-Kong. Aujourd’hui, nous avons une fidèle clientèle », explique Manuel, qui soufflera le 6 mars ses 83 bougies.



Thierry Léon

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Reportage Popular Articles

Google+