03 September 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Saturday, 10 March 2012 22:20

Deep River à contre-courant

Que se passe-t-il chez Deep River Investment Limited ? C’est la question que se posent bon nombre d’actionnaires et d’observateurs ces derniers temps. En effet, le dernier renseignement en date remonte au mois de décembre dernier, lorsque Deep River Investment Limited avait émis un communiqué par rapport à sa fusion avec Flacq United Estate Limited (FUEL).
Published in Actualités

Universitaires, jeunes et syndicalistes ont exprimé leur ras de bol, ce samedi 10 mars. Ils étaient presque un millier  à descendre dans la capit à la demande de Rezistans ek Alternativ d’Ashok Subron et d’autres organisations citoyennes. Ces militants, qui étaient très enthousiastes, ont revendiqué un nouveau projet de société qui ferait, entre autres, place à plus de justice sociale, à moins de communalisme, à une démocratie participative et surtout à une nouvelle République. A la veille du 12 mars, Ashok Subron et ses amis, voulaient marcher pour le changement. 

“We have a dream”. pouvait-on lire sur l'une des pancartes…. Ceux présents avaient la ferme conviction que cette société pouvait exister. Ils le criaient haut et fort. Mais devant la faible mobilisation citoyenne, la manifestation a fait une nouvelle fois la démonstration de l’indifférence de certains Mauriciens face à ces enjeux nationaux. Les manifestants ont marché de Bell-Village à la Place d’Armes scandant leur vision de la société. 

Mais, Ashok Subron, qui soutient avoir réunit quelque 3 000 personnes, affiche sa satisfaction. “ C’est à travers de tels mouvements que le pays a pu obtenir son indépendance. Nous ne nous désespérons pas. C’est plus qu’une conscience citoyenne maintenant. Nous voulons représenter un mouvement de changement, qui sera surtout caractérisé par une nouvelle Constitution. Cette démarche s’est avérée impérative car les partis traditionnels ne veulent pas éliminer le communalisme et peine à élaborer un nouveau modèle économique », soutient le syndicaliste qui a apparu très triomphaliste, hier, vers les 16 h, devant l’hôtel du Gouvernement.

Tellement bien que les mises en garde des policiers, lui demandant de mettre fin, à la manifestation, ne lui faisaient aucun effet. “ Laissez-nous respirer librement à deux jours de l'indépendance,” lance-t-il aux policiers. Un des policiers devaient même demander à un des manifestants à coté d”Ashok Subron de baisser sa pancarte. Mais comme l'heure était aux revendications, le jeune est resté de marbre et n’a pas suivi les directives du policier. 

Les participants eux restent gonflés à bloc après avoir marché pendant une heure dans une chaleur intenable. Joseph Cardella de l’Université Populaire a lui marché car il se dit révolté qu’il n’ait pas suffisamment de justice sociale dans le pays. Ce Francais, habitant à Maurice depuis dix ans, dit ne pas comprendre comment les Mauriciens n’adhèrent à ce genre de discours égalitaire, progressiste, unitaire, alors que le pays est miné par le communalisme, le passe-droit, entre autres. Mais, il  reste convaincu que ces manifestations sont un des moyens pour faire changer la conscience citoyenne des Mauriciens. 

La sociologue, Sheila Bunwaree, voit en cette marche un ‘wake-up call’ même si elle estime qu’il y a déjà un éveil citoyen mais qui tarde à se mettre en place. “C’est à ceux qui ont une conscience très poussée d’offrir cet encadrement pour faire bouger les choses. Moi je l’ai. D’ou ma présence. Il est temps qu’il y ait un nouveau projet de société qui soit plus égalitaire »,  soutient Sheila Bunwaree. 

Les dirigeants politiques, selon elle, ont rendu amorphe la population. Ce qui explique, selon elle, cette faible mobilisation. 

Chaya Hurnath de l’Université de Maurice est une jeune militante qui est révoltée par ce qui passe dans son pays. « Le pouvoir doit être restitué au peuple. C’est inacceptable ces inégalités que nous voyons dans ce pays», soutient cette citoyenne, qui estime que ce n’est pas dans les salons feutrés que l’on discute l’avenir du peuple mais dans la rue. 

Quant à Thierry Le Breton, du Block 104, il dit avoir une conscience plus écologique. Il marche pour une nation plus moderne et durable. «  La Constitution détermine les règles du jeu politique. Il faut la changer pour répondre mieux aux nouveaux défis du 21ème siècle », insiste-t-il.

Deux interpellations
 

Deux manifestants ont été interpellés par la police. Ils sont Margaret Savrimuthu, Field Worker à la Federation of Progressive Union (FPU) et son gendre Steven Ramasamy. 

« Nous étions à l’arrière du 4x4 sur lequel il y avait les haut-parleurs. A la hauteur du bâtiment d’IBL, à La Chaussée, des policiers nous ont demandé de garer le véhicule à proximité du Jardin de la Compagnie. J’ai vu un policier discuter avec mon gendre. Il était sur le point de l’emmener. Je me suis approchée pour l’en empêcher. Des policières m’ont tirée du véhicule. J’ai insisté pour accompagner mon gendre », explique Margaret Savrimuthu. 

Les deux manifestants ont passé plus d’une heure aux Casernes centrales en présence de leur avocat, Me Dev Ramano. Ils ont été, par la suite, autorisés à partir. Plusieurs jeunes, qui participaient à la marche, ont effectué un sit-in à La Chaussée en signe de solidarité avec Margaret Savrimuthu et son gendre. « La façon dont la police a agi est une honte », fulmine Ashok Subron.

Published in Live News
Saturday, 10 March 2012 18:58

L’entrepreneuriat au féminin

La Medcare Academy diversifie ses activités. Elle propose une variété de cours aux habitants du Sud. Les personnes vulnérables bénéficient, elles, de cours gratuits.
Published in Magazine
Saturday, 10 March 2012 12:00

Roméo et Juliette à la mauricienne

Ils ne supportaient pas l’idée de vivre l’un loin de l’autre.  Le couple a songé à se donner la mort. Il a 26 ans, est marié et père de famille. Elle est étudiante et n’a que 16 ans. Les amoureux ont tenté un double suicide, jeudi matin, en avalant du « thinner ».
Published in Faits Divers
Drôle de scénario qui interpelle sur nos routes : un scooter (Vespa) et une voiture de maître (Toyota Vitz) portent le même numéro minéralogique : AF 374. Tous deux sont en circulation.
Published in Faits Divers
Cet habitant de Vacoas croyait faire une bonne affaire en s’associant avec son ami qui venait de lancer une compagnie opérant dans l’immobilier. Dans une déposition, consignée au poste de police de Vacoas mercredi, il affirme avoir été escroqué. Flash-back.
Published in Faits Divers
Flic et voyou ? Le constable Emambocus, interdit de ses fonctions pour être impliqué dans un cas de recel, fait une fois de plus parler de lui. Vendredi, cet habitant de Rose-Belle de 26 ans a été arrêté par ses collègues. Il lui est reproché d’avoir attenté à la vie de Roger, le 19 février.
Published in Faits Divers
Depuis lundi, le Président de la République est au centre de toutes les attentions. Après le point de presse du Premier ministre, tous les yeux se sont braqués sur le locataire du Réduit. Le Premier ministre lui posera ce qui ressemble beaucoup à un ultimatum : soit la démission, soit un désaveu sur une éventuelle participation dans le remake de 2000.
Published in Actualités
Paul Bérenger estime que, dans la conjoncture, il sera difficile de mettre le gouvernement en minorité. Selon lui, les propos que Navin Ramgoolam a imputés au Président suite à leur réunion de jeudi ne reflètent pas la réalité.
Published in Politique
Cette semaine a été riche en événements politiques, surtout la sortie du Premier ministre, lundi.
Published in Politique
Page 1 of 6

Reportage Popular Articles

  • Donner un sens à la vie
    Donner un sens à la vie Il arrive qu’une personne porte une montre sophistiquée, mais n’a guère le temps à consacrer aux choses importantes, qu’elle poursuive…
    Written on Sunday, 17 August 2014 14:00 in Reportage Read 805 times Read more...

Google+