Éducation : rattraper les cours perdus est possible

Par Annick Daniella Rivet O commentaire
Éducation

Depuis le début du premier trimestre scolaire, les élèves ont perdu cinq jours de cours. À cause des grosses pluies et du passage de la forte tempête tropicale Berguitta. L’exercice de transfert des enseignants n’étant pas complété dans certains collèges, plusieurs classes n’ont pas encore démarré. Toutefois, les pédagogues assurent que ce retard peut être ratrappé.

Faux départ pour la rentrée des classes 2018. Après quatre jours de cours, les 183 300 élèves se sont retrouvés à la maison à nouveau. Si quelques-uns étaient heureux de la situation, pour rester au chaud, d’autres auraient préféré pouvoir sortir pour continuer les vacances. Néanmoins, suivant le protocole, les établissements scolaires n’ouvrent pas en période de grosses pluies ou de cyclone.

Cependant, au niveau des écoles il y a tout un programme qu’il faut suivre pour permettre aux élèves de réussir leur année scolaire. Malgré la fermeture des classes pendant cinq jours, les enseignants affirment qu’il n’y aura pas de retard dans le programme.

Pas lieu de couper les congés

«Les enseignants sont des professionnels. Ils sont formés pour parer à toute éventualité. De ce fait, ils pourront rattraper tout retard», rassure le président de la Government Teachers Union (GTU), Vinod Seegum. Il affirme qu’en cette période de l’année, il est souvent question de fermeture d’école à cause du mauvais temps, mais n’empêche que l’instituteur sait comment gérer sa classe. «Lorsque les instituteurs vont suivre leurs cours deux ou trois fois par semaine, ils savent s’organiser. C’est le même principe qui s’applique dans la situation actuelle», avance-t-il.

Utilisation des classes d’activités

Au niveau du secondaire, chaque classe a deux périodes d’activités extracurriculaires par semaine. Si le besoin se fait sentir, il n’est pas exclu qu’elles soient utilisées. Beeharry Panray, le président de l’Education Officers’ Union (EOU) fait ressortir que «depuis quelques années, les classes d’activités extracurriculaires sont utilisées pour la lecture, le jardinage, les recherches, mais là elles peuvent être exceptionnellement utilisées pour des classes de rattrapage». Cet argument est appuyé par Roshan Boodnah de la Government Secondary School Teachers Union (GSSTU).

Un autre moyen de rattraper le retard est de revoir la façon de tenir les examens. Plusieurs enseignants sont d’avis que les contrôles continus sont un avantage, dans de telles circonstances. Au lieu de faire un examen à chaque fin de trimestre, il est préférable de faire des contrôles continus à la fin de chaque chapitre, ainsi chacun pourra connaître son niveau et se rattraper si besoin est.

Par ailleurs, Beeharry Panray, souhaiterait que les examens de fin d’année puissent se tenir sur deux semaines au lieu de trois. «C’est aussi un moyen à exploiter», soutient-il.

Moins d’activités scolaires

Le premier trimestre est utilisé pour plusieurs activités scolaires. Roshan Boodnah insiste sur le fait qu’il ne soit pas question de tout annuler. Avec une réorganisation du calendrier scolaire, les activités extracurriculaires peuvent être réduites.  À titre d’exemple, aux premier et second trimestres, il y a la journée sportive, le cross-country, la journée de la musique, la journée de remise de prix. Toutes ces journées peuvent se faire pendant une demi-journée au lieu d’une journée complète, avancent les enseignants. Il y a également les jours fériés où il n’y a pas de cours et qu’il ne faut pas négliger.

Roshan Boodnah croit également que chaque enseignant doit pouvoir s’organiser comme il le faut. «Le professeur est le maître de la classe. En tant que tel, il doit être capable de faire un plan de travail qui respecte tous les besoins de chaque élève. Il doit aussi pouvoir faire provision des jours où il y a absence des élèves et se rattraper. Un bon planning lui permettra de finir son programme d’études et d’être à l’écoute de chacun de ses élèves.»

L’élève doit faire preuve de sérieux et  profiter des congés forcés pour réviser.

 

Calendrier Scolaire 2018

Les établissements scolaires doivent couvrir 180 jours de travail par an, dont 60 jours par trimestre. Voici le calendrier de chaque trimestre de 2018 :

1er trimestre

Adm. Grade 1 et 7 : lundi 8 janvier

Mardi 9 janvier - vendredi 30 mars

2e trimestre

Lundi 16 avril - vendredi 13 juillet

3e trimestre

Primaire : lundi 13 août - vendredi 1er novembre

Secondaire : lundi 6 août - vendredi 26 octobre


Questions à Ally Yearoo : «Les élèves ne doivent pas perdre de temps»

Le pédagogue et PRO de l’Education Officers’ Union (EOU), Ally Yearoo, conseille de bien planifier son travail pour un résultat optimal. 

Nous sommes encore au début du premier trimestre et déjà une semaine de perdue. Comment le professeur peut s’organiser pour rattraper le retard ?
Au début de chaque année, l’enseignant doit faire un plan de travail pour chaque trimestre. Comme nous sommes encore au début, il peut donc se rattraper ou réajuster son planning. Si besoin est, il peut demander à son recteur d’utiliser les classes d’activités pour les classes de rattrapage. Ceci peut être utile pour les classes comme la biologie, la chimie, la physique ou le dessin auxquelles deux périodes par semaine sont consacrées.

Et les élèves ?
Les élèves doivent comprendre qu’ils vont à l’école pour étudier. De ce fait, ils peuvent profiter des jours de congé forcé pour réviser, faire de la lecture, parce que ce ne sont pas vraiment des vacances. Les élèves ne doivent pas perdre de temps. Faire un emploi du temps et le suivre est aussi essentiel. Suivre les instructions des enseignants est important.

L’île Maurice est souvent frappée par le mauvais temps durant le premier trimestre. Ne croyez-vous pas qu’il faudrait revoir le calendrier scolaire ?
Pas vraiment, le calendrier scolaire prend en considération tous les aspects de la vie de l’école, bons ou mauvais. Nous avons environ 180 jours de travail, c’est donc à l’enseignant de savoir s’organiser, tout planifier dans les moindres détails pour que les élèves en sortent gagnants.

L’utilisation de l’outil informatique ne serait-il pas une bonne chose pour que les élèves ne soient pas perdants ?
L’outil informatique est définitivement un avantage pour l’enseignement, mais il faut encore savoir l’utiliser. Toutefois, il faut être guidé par l’enseignant pour savoir quel site consulter. Chacun a sa façon d’expliquer les chapitres au programme d’études.


Transfert d’enseignants

Le secondaire peine toujours, contrairement au primaire

L’exercice de transfert des enseignants dans les établissements publics retient toujours l’attention. Si au primaire, ces derniers sont déjà casés, tel n’est pas le cas pour le secondaire. Certains n’écartent pas l’éventualité que cela va encore durer, la semaine perdue avec le cyclone n’aide pas à décanter la situation... « Il faut agir vite. Ce sont les élèves qui sont les plus grands perdants du manque d’enseignants », martèle le président de l’association des recteurs et des assistants recteurs des collèges d’État, Soondress Sawmynaden. Avec la perte d’une semaine de cours, il est nécessaire que les classes puissent reprendre normalement, soulignent les concernés. Roshan Boodnah tout comme Soondress Sawmynaden sont d’avis que cet exercice devrait se faire dès le deuxième trimestre de chaque année. Ceci évitera que le premier trimestre ne démarre sans professeurs.

Le recteur nous confie que le problème se situe principalement au niveau des académies. Comme les douze collèges concernés ne prennent pas d’élèves en Grade 7, il y a un surplus d’enseignants dans ces établissements. C’est du devoir du ministère de l’Éducation de veiller à ce qu’ils soient redéployés ailleurs. « Ceux qui sont considérés surnuméraires n’ont pas eu de Time table. De ce fait, à  la demande ses recteurs, ils remplacent leurs collègues qui sont absents.  Les autorités ignorent le mal que cela peut causer à un enseignant qui vient travailler, mais qui au final ne peut exercer sa profession comme il se doit...» Dans une correspondance de l’association au ministère concerné à la rentrée des classes, les recteurs souhaitaient que des actions soient prises au plus tôt, mais rien n’a été fait.

Critères de transfert

Un enseignant est transféré d’une école à une autre après dix ans de service. Pour des raisons spécifiques, des transferts peuvent aussi se produire avant. Il y a également le changement d’adresse, l’état de santé ou l’âge de l’enseignant.

Au primaire

L’exercice de transfert pour les établissements primaires semble avoir été complété. Le président de la Government Teachers Union (GTU), Vinod Seegum, avance que lors de l’exercice de transfert un nombre plus important d’enseignants est envoyé dans le Nord, par rapport aux écoles de Port-Louis.

Le syndicaliste explique que la gestion de quelques chefs d’établissement est à blâmer. Vinod Seegum propose que les autorités fassent un relevé très précis pour savoir combien d’enseignants vont à la retraite et veiller à ce que les besoins des uns et des autres soient respectés.

115 nouveaux instituteurs

À partir de ce lundi 22 janvier, 115 instituteurs rejoignent la profession. Ils doivent se présenter au Mauritius Institute of Education (MIE) et commencer leurs formations. Ce n’est qu’après deux ans et demi qu’ils pourront exercer. En attendant, Vinod Seegum souhaite que les autorités fassent le nécessaire pour que les écoliers ne soient pas perdants. Il soutient qu’autrefois il y avait des floating teachers, mais cela n’existe plus. Actuellement, il y a des assistants maîtres d’écoles qui assurent une permanence auprès des écoliers. Notons qu’ils étaient 3 000 à avoir postulé pour ce poste.